Shinsen

Shinsen : un samuraï en fuite (court Isart Digital)

Omayla Arciniega, Emeline Cordier, Paola Gentil, Fanny Le Fur, Morgane Périer, Aurélien Schmitt, Cécile Zwiller présentent leur court de fin d’études à Isart Digital : Shinsen.

Shinsen raconte l’histoire d’un samouraï, au début de l’ère Edo, fuyant le champ de bataille. Affamé et épuisé, il mange les offrandes destinées à une statue abandonnée au milieu de la forêt. Victime d’une étrange vision, il reprend sa fuite.

Sound Design : Quentin Adoue / Johan Becart / Adrien Dautel / Valentin d’Aubuisson / Thilo Goluza / Pablo Gomez / Maxime Hoareau / Adrien Sesé

En termes de character design, le samouraï ne reprend pas forcément les clichés du genre. Un choix qui s’explique, nous a indiqué l’équipe du film, par le scénario et la volonté de représenter le personnage principal comme un déserteur, une victime de la guerre, à l’opposé des codes classiquement associés aux samouraïs.

La statue, elle, devait incarner une présence forte, une puissance, et avoir une apparence à la fois sublime et effrayante. Le design s’inspire de plusieurs divinités et figures bouddhistes et japonaises.

Bien entendu, ce personnage a demandé un gros travail puisqu’il évolue au cours du film et dispose de multiples membres mobiles. L’équipe a notamment travaillé sur l’automatisation de certains éléments, sur la création de modules de rig pouvant être réutilisés : de quoi par exemple faciliter la gestion des bras.

Si un test de personnage unique avec un rig multifonctions avait été fait en préproduction, l’approche adoptée a finalement été celle d’avoir deux modèles distincts, avec chacun leur rig, pour la statue debout et au sol.
Le rig pour cette dernière partie était très pratique à utiliser pour l’équipe : par exemple, un unique contrôleur permettait d’enrouler la langue, ce qui a simplifié l’animation. En termes de déplacements, araignées et scorpions ont servi de références pour obtenir des mouvements naturels.

On note évidemment la présence de plans relativement sombres dans le film, ce qui nécessite un soin particulier afin de conserver une bonne lisibilité. Pour ces séquences de nuit, un master lighting a été créé, une base sur laquelle sont venues se rajouter d’autres sources de lumière selon le plan (rim lights, en particulier).
Au compositing, de même que pour le lighting, une base a été déployée pour l’ensemble de ces plans, avant des ajustements plus précis.

Cette approche a permis de conserver une cohérence globale sur l’ensemble des plans de nuit, tout en affinant chaque plan.
Plus largement, le compositing a été une étape clé pour de nombreux éléments, comme l’intégration de la pluie.

Ce film achève notre couverture des courts de fin d’études 2021 d’Isart Digital, mais nous allons également évoquer les jeux vidéos créés par d’autres élèves de l’école.

A Lire également

3 commentaires

M
Morgane Périer 13 août 2021 at 18 h 00 min
Merci beaucoup pour cet article !
j’ai travaillé dessus, c’était une expérience inoubliable ! je suis un peu attristée de voir en revanche que l’article ne contient aucunes images pour appuyer le texte, contrairement à tout les autres films de notre promo. Cela nous contrarie un peu. Nous espérons quand même que vous avez apprécié le film :) Bonne continuation !
Shadows 13 août 2021 at 20 h 24 min
@Morgane Périer Effectivement, les images manquaient, je viens de repasser sur l’article et de les ajouter ! Désolé pour l’oubli initial.
Au passage, merci encore à l’équipe pour les infos sur le projet (je suis celui qui avait discuté avec vous lors de la journée de présentation des courts)

A titre personnel j’ai beaucoup aimé la statue dans sa version arachnide, en particulier avec ce plan final visuellement très marquant : les yeux luisants, la tête de côté, la mâchoire désarticulées sont vraiment efficaces. :)

M
Morgane Périer 14 août 2021 at 15 h 16 min
class="bbCodeBlock bbCodeBlock--expandable bbCodeBlock--quote js-expandWatch">

@Morgane Périer Effectivement, les images manquaient, je viens de repasser sur l’article et de les ajouter ! Désolé pour l’oubli initial.
Au passage, merci encore à l’équipe pour les infos sur le projet (je suis celui qui avait discuté avec vous lors de la journée de présentation des courts)

A titre personnel j’ai beaucoup aimé la statue dans sa version arachnide, en particulier avec ce plan final visuellement très marquant : les yeux luisants, la tête de côté, la mâchoire désarticulées sont vraiment efficaces. :)

Merci infiniment ! c’était un réel plaisir d’avoir pu échanger avec vous, et on est super content que vous ayez apprécié le film ! merci encore pour vos compliments

Laissez un commentaire