Teamfight Tactics : les coulisses d’une cinématique signée Brunch

3DVF : Le décor principal est somptueux : éclairage soigné, vitraux, éléments décoratifs… Comment l’équipe a-t-elle approché cette partie du projet ?

Mathieu Maurel : Déjà on a la chance de recevoir de Riot des concepts très détaillés des décors et assets, ça permet d’aller rapidement au résultat voulu sans trop se perdre en recherche. Le superviseur du studio et co-réalisateur Jean-Charles Kerninon a pu assez tôt travailler l’ambiance générale en lighting/compo de cette partie du film, ça a permis de bien dégrossir le travail de rendu. Quand le lighting a commencé il y avait une bonne base de recherche et les allers-retours entre le lookdev du décor et le rendu ont permis d’arriver rapidement à un résultat très propre.

Pour l’autre décor (Carrousel) c’est l’autre co-réalisateur Clément Lauricella qui s’est chargé de superviser le modeling et look du set, et on a pu en lighting avoir rapidement un résultat encourageant grâce aux détails de sculpt et de textures.

3DVF : S’ils restent discrets à l’écran, les aliments sont variés et appétissants : peux-tu nous en dire plus ?

Que dire de plus à part que les graphistes qui ont travaillé dessus ont beaucoup de talent ! Le modeling et le surfacing ont été poussé assez loin car Riot était assez exigeant sur la quantité et la qualité de la nourriture sur la table. Je n’étais pas là quand ces assets ont été créés mais en arrivant sur la prod j’ai pu voir que le résultat était superbe.

3DVF : Tourbillon, flèche lumineuse, flammes vertes… Le projet est riche en FX. Quelques mots à ce sujet ?

Les FX ont été un gros challenge. Riot recherchait un style proche de la 2D mais la grosse contrainte des fx 2D c’est que l’animation de la camera et des personnages doit être def avant de pouvoir animer. Dans ce planning, faire les fx en 2D ne paraissait pas viable donc nous avons opté pour une solution 3D et compositing.
La Black Myst [fumée noire, NDLR] a rapidement été testée et validée pour que l’ont puisse avancer dans les plans. Certains FX ont du être refait plusieurs fois comme le vitrail qui explose, mais d’autres ont été quasi validés du premier coup.

3DVF : En termes de rendu/compo, quels ont été les défis principaux ?

Les temps de rendus principalement. Entre les poils, les décors et les armures le temps de calcul pouvait vite s’envoler, il fallait trouver des astuces pour réduire ça au maximum sans perdre en qualité. La partie compo est en général moins problématique, il y a bien sûr un travail d’aller-retour avec les mattepaintings (ciels, arbres, nuages, etc) qui demande un peu plus d’attention pour éviter d’avoir des soucis en fin de prod, ou de la recherche sur l’intégration des FX (Black Myst, portails, etc) mais rien qui nous a posé de gros problèmes.

3DVF : Quel bilan dresses-tu de cette collaboration avec Riot Games, et de quoi es-tu le plus fier ?

Pour moi l’expérience a été très positive ! Le fait que les réalisateurs de Boddicker soient avant tout des graphistes senior de longue date aide énormément le process de création. Jean-Charles et Clément connaissent parfaitement le métier et savent très bien ce qu’implique chaque décision prise pendant les réunions avec Riot. Je pense que c’est une des plus grande force de Brunch d’avoir ce combo réalisateur / graphiste, et vu la réussite de leurs récentes réalisations je pense que ça va durer. Pour Riot comme dit plus haut ils ont été rapidement en confiance et connaissent les étapes de création d’un film d’animation, c’est un gros plus. Ils ont aussi des artistes très talentueux qui nous ont fourni énormément de recherches visuelles précises, ce qui nous a beaucoup aidé. Pour ma part je suis super fier du résultat, on est souvent vite blasé à force de voir et revoir les mêmes plans et on se concentre sur les détails et les défauts, mais sur ce film je continue à prendre du plaisir à voir le résultat final !

3DVF : Pour finir, aurais-tu un conseil pour les jeunes artistes qui nous lisent et vont bientôt finir leurs études, entrer sur le marché du travail ?

Je pense que c’est une bonne période pour se lancer sur le marché du travail à Paris en ce moment. Il y a beaucoup de demande et je vois passer énormément d’offre de poste pour pleins de projets. Le plus dur a toujours été de commencer quelques part, après en général ça s’enchaine assez vite si on bosse bien. Mon conseil principal a toujours été de ne pas avoir peur de contacter les boites pour se présenter et montrer sa démo, et surtout à faire le plus de projets persos chez soit pour montrer ce dont on est capable. En plus de progresser très rapidement ça permet aux recruteurs de voir ce que vous savez faire seul et c’est un gros plus, car dans la pub on est souvent une petite équipe et chaque membres a besoin d’avoir de bonnes compétences dans plusieurs domaines.

Pour en savoir plus

A Lire également

Laissez un commentaire