Laval Virtual

Laval Virtual 2021 : une édition atypique mais passionnante

Recherche

Hovitron

En raison des contraintes liées à l’édition 2021 et de l’absence des universités japonaises, la recherche avait une place plus limitée de d’habitude sur cette édition. Ce qui ne veut pas dire qu’elle était absente : nous avons par exemple longuement échangé avec Sarah Fachada-Dury et Daniele Bonatto de l’Université Libre de Bruxelles, qui nous ont présenté le projet de recherche Hovitron.

Plus précisément, nous avons pu tester des démonstrations d’affichage de scènes réelles dans un casque et à partir d’un nombre très réduit de points de vue : en les combinant à une carte de profondeur (obtenue par exemple par LiDAR), le système déforme les images disponibles et génère une vue pour chaque oeil. A partir de seulement quatre vues et grâce à cette interpolation, il devient ainsi possible d’observer la scène et son relief avec un rendu très propre et réaliste.

Une démo en ligne vous donnera une idée du résultat (évidemment, sans le relief lié au casque VR). Dans la section showcase, vous trouverez même des exemples avec 2 et même une seule caméra.

Ci-dessus et ci-dessous : deux points de vue créés à l’aide du projet de recherche présenté.

L’intérêt de cette approche, par rapport à de la photogrammétrie par exemple, vient du fait que le traitement pour obtenir l’affichage final peut se faire en temps réel, là où la photogrammétrie nécessite de lourd calculs. Cette méthode est donc particulièrement adaptée pour certaines situations, par exemple pour contrôler un robot mobile sur lequel seraient placées quelques caméras, en vue subjective et avec une certaine liberté de mouvement au niveau du regard.

Et justement, le projet de recherche Hovitron a pour but de développer un système de vision holographique pour des usages de type contrôle à distance de robots. Plus précisément, il s’agit de combiner la capture light-field et des systèmes d’affichage light-field afin de proposer un affichage plus confortable et moins fatiguant que les systèmes actuels : de quoi commander un robot à distance sur de longues périodes sans inconfort visuel, avec accommodation et vergence.

En pratique, Hovitron implique plusieurs partenaires technologiques : le Laboratory of Image Synthesis and Analysis (LISA) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), le Centre for Software Technology and Multimedia Systems (CITSEM) de l’Université Polytechnique de Madrid, la startup suisse Creal spécialisée dans les light fields, le Deutsches Zentrum für Luft und Raumfahrt (DLR).
La raison de ce partenariat : le projet nécessite de nombreuses compétences et implique la création de briques technologies complexes, la démo que nous avons pu tester étant un de ces points techniques.

Justin Beaver

Sur un tout autre sujet, l’initiative “Justin Beaver” dirigée par la chercheuse colombienne Alexandra Sierra est constituée de multiples projets autour d’un castor nommé Justin.

Alexandra Sierra s’intéresse à la création d’animaux virtuels susceptibles de générer de l’empathie. Par exemple, un castor qui renforcera l’envie de protéger cette espèce vulnérable.

Pas de fusil ici, donc, et hors de question de faire un trophée de chasse. En revanche, Justin Beaver Stories vous permettra de discuter avec Justin le castor, en lui parlant en langage naturel, après avoir enfilé des lunettes de type Magic Leap ou HoloLens.

Justin Beaver Survivor, de son côté, est un futur film en VR qui met en scène la vie d’un castor, le but étant que les spectateurs éprouvent de l’empathie pour ces animaux et leurs difficultés quotidiennes.

Après ce petit intermède dans le monde de la recherche, nous vous invitons dans la suite de ce dossier à découvrir des entités travaillant sur la réalité virtuelle/mixte/augmentée en Afrique.

Page 1, la grande tendance de cette année, les solutions de salons/réunions/évènements virtuels ou hybrides ;
Page 2, les entreprises et startups ;
Page 3, la recherche ;
Page 4, un focus sur la session XR Talents in Africa, avec des entreprises et initiatives africaines ;
Page 5, enfin, notre bilan et quelques photos supplémentaires.

A Lire également

Laissez un commentaire