Le Bal de Paris
Accueil » Le Bal de Paris: BackLight mêle danse et VR

Le Bal de Paris: BackLight mêle danse et VR

Temps de lecture : 5 minutes

A l’occasion du PIDS, qui se tenait la semaine passée à côté de Paris, le studio BackLight a dévoilé les coulisses de son dernier projet majeur en réalité virtuelle : Le Bal de Paris. Une expérience qui mêle danse, travail graphique soigné et suivi des mouvements d’une douzaine de personnes en simultané.

En voici la bande-annonce, suivie des coulisses présentées au PIDS.

Blanca Li, de la danse à la VR

La genèse de ce projet débute par une rencontre avec la chorégraphe et réalisatrice Blanca Li, connue pour son travail dans des styles très variés allant du classique au hip-hop en passant par le flamenco.
Celle-ci avait testé Eclipse, escape game spatial en VR porté par BackLight et Virtual Adventure, s’appuyant sur le full-body awareness : autrement dit, les mouvements de l’avatar virtuel suivent celui des personnes jouant au jeu, grâce à des trackers Vive positionnés sur le corps pour créer une forme de motion capture.
Durant son test d’Eclipse, Blanca Li avait totalement détourné l’objectif du jeu. En effet, plutôt que de se focaliser sur la mission théorique, elle avait profité du full-body awareness pour danser en VR avec ses amis.

Un projet d’expérience VR mettant la danse à l’honneur en a rapidement découlé.

Graphismes inclusifs et partenariat avec Chanel

Le Bal de Paris est le résultat de ce projet. L’expérience met en scène une histoire d’amour impossible. Le public crée en début de séance un avatar personnalisé, avec un visage stylisé qui évoque les masques vénitiens via une approche très low poly (ce qui a l’avantage d’alléger le rendu).
Il est aussi possible de choisir couleur de peau, genre et costumes, ces derniers étant issus d’un partenariat avec Chanel : la marque a même conçu des costumes masculins, alors qu’elle ne propose habituellement que des vêtements féminins.
Blanca Li ayant souhaité une approche inclusive et donnant libre cours aux envies du public, chacun a le loisir de choisir ses vêtements, sans contrainte : un avatar masculin pourra donc porter une robe.

Le Bal de Paris

On notera que BackLight a fait le choix audacieux d’appliquer de la simulation physique temps réel aux vêtements, une décision osée étant donné les besoins d’optimisation et les contraintes que cela implique (Chanel a dû éviter de multiplier les couches de tissu superposées, pour minimiser les problèmes de collisions). Le résultat s’en trouve cependant nettement amélioré : non seulement la physique apporte un degré de réalisme supplémentaire, mais en plus elle devient un jeu pour les personnes qui participent à l’expérience.

Jonathan Tamene, co-fondateur de BackLight, durant le PIDS 2022

Toujours au niveau visuel, quelques astuces ont été employées comme le “plane shifting”, spécialité de BackLight qui évite toute téléportation en VR : l’idée est de créer des mouvements plus naturels sans que le public ne le réalise, par exemple via la montée dans un wagon virtuel, ou en trichant sur la représentation 3D d’un labyrinthe. Ce dernier se modifie quand on avance dans les allées, sans que cela ne soit perceptible. Ainsi, les personnes restent dans la zone physique réduite de l’expérience, 10m sur 10m, mais ont le sentiment d’avoir parcouru l’espace VR de façon totalement libre.

Le Bal de Paris

Enfin, BackLight a souligné que les décors ont été conçus en VR avec des outils comme Gravity Sketch ou Medium, ce qui a permis de s’assurer immédiatement que quelle que soit la direction du regard, des éléments visuellement intéressants étaient proposés : un exercice qui aurait été plus délicat avec un viewport classique, non immersif.

Le Bal de Paris

La motion capture en groupe, un défi

Le concept est exigeant techniquement, puisqu’il suppose que 10 personnes et 2 danseurs/danseuses puissent évoluer simultanément dans un espace de 10m de côté, tout en captant leurs mouvements.

La motion capture optique classique (avec des marqueurs collés sur les articulations et des caméras autour de la zone de capture) a évidemment été écartée : trop longue et complexe à installer et calibrer, elle ne serait pas adaptée aux besoins d’une expérience VR, qui implique de pouvoir enchaîner les séances. La même technique que pour Eclipse a été retenue, avec des trackers Vive et une calibration automatique.
En pratique, explique BackLight, la précision est évidemment moindre qu’en capture optique. Mais les quelques centimètres d’imprécision sont compensés par le fait que les danseurs/danseuses n’ont pas de casque VR, ce qui leur permet de s’affranchir de cette marge d’erreur et, par exemple, de saisir les mains du public.

Jonathan Tamene, co-fondateur de BackLight, durant le PIDS 2022

Enfin, l’expérience tourne à la fois avec un serveur (qui gère les calculs de position) et des sacs à dos contenant chacun un ordinateur portable équipé d’une GTX 1070, pour la partie graphique.

Une expérience poétique à découvrir

Le Bal de Paris semble rencontrer son public : 14 000 personnes ont par exemple testé l’expérience entre octobre 2021 et janvier 2022 à Paris. Une tournée mondiale est organisée : après Madrid, Paris, Venise, Liège, il sera possible de s’immerger dans le Bal de Paris à Londres, New York, Athènes, Luxembourg ou encore Barcelone.

Les réservations sont ouvertes pour tester le projet à Paris au Théâtre le Palace, jusqu’au 13 février. Prévoyez 75 minutes pour une séance, dont 35 minutes de VR. Le tarif varie de 60 à 70€ environ selon l’horaire choisi.

Le Bal de Paris

Crédits du projet :

PRODUCTION

Compagnie Blanca Li (Film Addict – Calentito )

COPRODUCTION

BackLight Studio (France)
Fabrique d’Images (Luxembourg)
Actrio Studio (Allemagne)
Chaillot – Théâtre national de la Danse (France)
Teatros del Canal Madrid (Espagne)

PARTENAIRE EXCLUSIF

CHANEL

Avec le soutien et la participation de

Centre national du cinéma et de l’image animée CNC (France)
Film Fund Luxembourg
Epic MegaGrants  (USA)
HTC Vive
Programme Europe Créative de l’Union Européenne
Ville de Paris (France)
Medienboard Berlin Brandenburg (Allemagne)
DICRéAM (France)

REMERCIEMENT À

l’Institut Français, Rencontres de Coproduction du Film Francophone (Luxembourg), Festival NewImages (Paris, France) , Festival International de Film de Genève (Suisse), VR Days (Pays-Bas), Cannes XR (France), Kaleidoscope (USA), Centre Phi (Canada), Toute l’équipe de CHANEL

Le Bal de Paris

A Lire également

2 commentaires

phicata 31 janvier 2022 at 18 h 42 min
Whaou! ça doit être top! Toujours surpris que très peu de projets vr ne soient déclinés en bandes annonces ou extraits Youtube 360
Shadows 1 février 2022 at 11 h 14 min
J’avais déjà vu un projet mêlant danse et VR durant Laval Virtual 2019 (on en parlait ici, tout en bas : https://www.3dvf.com/redaction/dossier-1468-retour-sur-laval-virtual-2019-html/2/ )
Eve Dance In An Unplaceable Place, de Margherita Bergamo et Daniel Gonzalez, proposait au spectateur de voir une performance en VR, tandis qu’une personne reproduisait la chrorégraphie dans le monde réel, y compris les contacts physiques présents en VR.
Résultat, en VR la personne a le sentiment que ce qu’elle voit dans le casque est bien réel. Durant le salon et pour le public extérieur, un écran reprenait en synchro l’affichage du casque.

Manifestement, le mix danse / VR est à continuer à explorer… D’autant que comme le souligne Backlight, une fois le casque sur la tête les personnes qui paticipent perdent en timidité, osent plus facilement danser.

Pour Youtube 360 : le format ne semble vraiment pas prendre, même les contructeurs de caméras 360 ne l’utilisent pas. C’est dommage.

Laissez un commentaire