Women In Animation lance une charte anti harcèlement, déjà 14 studios signataires

L’association Women In Animation, qui se donne pour but de promouvoir la place des femmes dans de domaine de l’animation et de mettre fin aux discimininations, annonce le lancement d’une charte anti harcèlement.

Elle est intitulée ASAP : Animation Studio Anti-Harassment Pledge. Le nom est aussi un jeu de mots, ASAP étant l’acronyme d’As Soon As Possible, « dès que possible ».

Dans la lignée des l’affaire Weinstein et John Lasseter, et suite à la lettre ouverte publiée par plus de 200 femmes du secteur de l’animation, Women In Animation avait pris l’initiative d’échanger avec la direction de studios indépendants de la région de Los Angeles.
Le but, trouver des solutions pour faire des studios d’animation des environnements de travail plus sûrs pour toutes et tous.

Le résultat est donc une charte qui sera signée par les studios volontaires. Ces derniers s’engagent à sécuriser leur environnement de travail, à travailler sur les questions d’équité et à lutter contre les discriminations et le harcèlement. Une fois qu’un studio a signé la charte ASAP, les personnes employées devront également la signer.
Le texte de la charge est accessible sous forme d’un PDF de deux pages courtes et claires. On y trouve notamment des définitions des notions de harcèlement (incluant racisme, orientation sexuelle, sexisme) et de harcèlement sexuel.
Les studios s’engagent par exemple à ne pas fermer les yeux sur les cas lorsqu’ils en prennent connaissance et à soutenir les personnes qui dénonceraient du harcèlement. Les personnes employées ou sous contrat, elles, s’engagent notamment à ne pas harceler, à agir si elles sont témoins de faits problématiques.
Le texte assure en outre aux signataires qu’aucune mesure ne sera prise contre une personne qui dénoncerait du harcèlement.

Les engagements vont dans le sens de la loi et une grande partie des points évoqués (soutenir les victimes, refuser des conduites illicites) peuvent sembler être évidents ; on sait malheureusement qu’en pratique, bien des entreprises ferment les yeux ou encouragent les victimes à se taire, quel que soit le milieu.
La charte est donc un engagement de la part des employeurs à se pencher sur la question, et à évoquer le sujet au sein des studios, dès la phase de recrutement. Elle comporte en outre des sections liées à la formation et à communication envers les employés : des éléments qui permettront d’encourager les victimes et dissuader les harceleurs potentiels.

14 studios ont déjà signé la charte : OddBot, Six Point Harness, Titmouse, Bento Box Entertainment, Counterpunch Studios, Duncan Studio, Incessant Rain Animation Studios, Renegade Animation, Stoopid Buddy Stoodios, Tonko House, Wild Canary Animation.
Si l’initiative visait au départ les studios de la région de Los Angeles, d’autres entités ont depuis contacté l’association pour rejoindre le mouvement. On imagine par ailleurs que des personnes en place dans des studios pourront inciter leur direction à signer le texte.

Pour en savoir plus : la page de la charte, chez Women In Animation.
Notez enfin que Women In Animation, et l’association française Les Femmes s’Animent, seront présentes lors du Festival d’Annecy.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite