Accueil » Weart : chaud, froid et sensations tactiles en réalité virtuelle !

Weart : chaud, froid et sensations tactiles en réalité virtuelle !

Cette article est disponible en: English (Anglais)

Les gants haptiques ne sont pas une nouveauté, et nous en croisons régulièrement sur les salons comme Laval Virtual depuis de nombreuses années.

Durant l’édition 2022, nous avons pu tester une nouvelle solution lancée par la société Weart, aux promesses alléchantes : TouchDIVER reproduit en effet forces, textures et même chaud et froid ! Le tracking des doigts est aussi prévu, afin de pouvoir saisir, toucher des objets virtuels.

Voici la présentation du produit via une interview de Weart, suivie de notre avis sur cette solution.
L’interview est en anglais, mais des sous-titres français et anglais sont disponibles (ils devraient s’activer automatiquement : si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à le faire via l’interface Youtube).

Nous avons évidemment profité de notre passage sur le stand pour tester par nous-mêmes ce produit.

Les résultats de ce type de système haptique ne sont pas toujours être à la hauteur des promesses : certains systèmes sont compliqués à enfiler ou ne s’adaptent pas à toutes les morphologies, sont encombrants, et surtout le ressenti peu s’avérer peu convaincant.

Ici, le chaud et le froid sont particulièrement bien reproduits, et pour cause : les modules utilisés permettent réellement de générer de la chaleur ou au contraire de refroidir la zone de contact.
L’écart de température ressentie est largement suffisant pour simuler la prise en main d’une canette sortant du frigo, ou pour nous inciter à retirer notre main d’une flamme virtuelle. Evidemment, la chaleur restait sous le seuil de la douleur et de la brûlure physique, mais l’effet psychologique était bien réel.
Si le ressenti des textures reste limité (comme avec toutes les solutions que nous avons pu tester jusqu’ici), la température apporte un vrai plus dans certaines situations : toucher du marbre virtuel froid, par exemple, est bien plus réaliste.
La gestion de la force se limite en pratique à une pression sur le bout des doigts : un compromis par rapport à d’autres gants plus encombrants, mais qui permet au TouchDIVER d’être bien plus facile à enfiler.

Notez enfin que Weart a aussi développé une version allégée de sa technologie, TouchKey : un système qui relève plutôt de la touche tactile que du gant haptique, mais qui sera du coup plus adapté à certains usages, et pourra aussi servir d’outil de développement et prototypage.

A Lire également

Laissez un commentaire