Image default

Test : MSI WS75, mobilité et Quadro RTX 4000 au programme

MSI nous ayant proposé de tester leur gamme de stations de travail mobiles, nous avons évidemment accepté : après notre test d’une machine Gigabyte, il s’agissait d’une bonne opportunité d’explorer ce que proposaient d’autres marques.

Nous vous invitons donc ici à découvrir la WS75 9TL-628FR, une machine dotée d’une carte Quadro, d’un large écran et de Windows 10 Pro. Comme dans notre test précédent, nous ferons à la fois le tour des caractéristiques, du design de la machine, mais aussi des logiciels fournis et bien évidemment des performances.
L’occasion également de tester une carte graphique de type NVIDIA Quadro RTX 4000 dans différents scénarios.

MSI nous a prêté la machine utilisée pour le test, qui n’est pas sponsorisé.

Caractéristiques et design

Avant de nous intéresser aux performances, commençons par un petit tour de la fiche technique du produit et de son apparence.

La machine de test, vendue sous la référence WS75 9TL-628FR, affiche les caractéristiques suivantes :

Windows 10 Pro
Core i7-9750H
Ecran 17.3 pouces full HD 1920×1080, IPS 60Hz 72% du profil de couleurs NTSC
NVIDIA Quadro RTX 4000 8Go GDDR5
SSD Pcie Gen3x4 NVMe 512 Go
2 slots DDR4-26666 2x16Go
Batterie 82WHr 4 cellules, adaptateur 230 Watts
Webcam HD
39,6 x 25,9 x 1,89 cm
2,28 kg
Garantie 3 ans enlèvement sur site

Connectique :
1 x USB 3.2 type C Gen2 (DP/ Thunderbolt 3)
3 x USB 3.2 Gen2 type A
1 x Thunderbolt 3 type C
1 x HDMI 2.0
1 x slot Micro SD
1 x entrée microphone
1 x sortie casque (HiFi)

La station se trouve actuellement aux alentours de 4000€ TTC, et le produit bénéficie de l’offre temporaire avec 3 mois de Creative Cloud Adobe offerts (valeur de 269.97€).

L’esthétique globale est séduisante : MSI a parsemé sa station de touches cuivrées qui apportent une certaine originalité sans pour autant tomber dans les excès de certains produits « gamer ».

Cette esthétique se retrouve sur les aérations, le logo au dos de l’écran, la charnière ou encore sur le contour du pavé tactile.

Le clavier, lui, dispose de touches rétro-éclairées en blanc. Un bon point : contrairement à certains modèles de la concurrence, tous les éléments des touches sont bien lisibles dans l’obscurité, y compris les caractères et symboles secondaires.
Les touches sont places et ont une course assez réduite.

On retrouve sur le pavé tactile un lecteur d’empreintes.

Un détail : les prises USB et Thunderbolt sont alignées sur leur côté inférieur, tandis que la prise HDMI est alignée avec le bord supérieur des prises USB type A. Un point qui ne gênera évidemment que les obsessionnels de l’alignement.

Sous la machine, enfin, une large zone anguleuse pour compléter l’aération.

Logiciels

MSI livre ses machines avec un « Creator Center », qui propose plusieurs fonctionnalités.
On note tout d’abord un « Mode Creator » qui peut être activé et personnalisé application par application.

De quoi s’agit-il ? En théorie, d’un moyen d’améliorer les performances de vos applications créatives. Bien évidemment, pas de baguette magique : ces optimisations, comme le montrent la communication de MSI, apportent un gain de quelques % au maximum sur des projets de type export vidéo sous Premiere. Un gain limité même si toujours bon à prendre.

Une présentation du Creator Center, ici sur une autre station MSI

En revanche, ce système a aussi un autre rôle : il promet d’améliorer la réactivité des applications, et les optimisations évoquées plus haut sont personnalisables.
En clair, vous pourrez facilement ajuster les ressources allouées à chaque logiciel. De quoi donner systématiquement la priorité à un outil, ou au contraire domestiquer une application qui aime un peu trop monopoliser les ressources alors que vous comptiez faire plusieurs tâches en parallèle.

C’est surtout cet aspect du Creator Mode qui nous semble prometteur, puisqu’il peut améliorer le confort de travail.
Bien évidemment, proposer ce système et ces profils n’a aucun intérêt si le constructeur ne couvre pas les logiciels les plus courants. A ce niveau, nous sommes plutôt rassurés : les outils Adobe, Corel, Magix, Autodesk, entre autres, sont supportés. Mieux encore, c’est en mettant à jour Creator Mode sur la machine de test que nous avons vu arriver le support de produits Autodesk (dont, évidemment, Maya et 3ds Max), Dassault Systèmes, de SketchUp, Rhino ou encore KeyShot. MSI semble donc activement chercher à étendre la liste de presets d’optimisation et de logiciels bénéficiant du système de paramètres : un très bon point.

En plus de cette fonctionnalité, le Creator Center propose d’autres outils : du monitoring système, par exemple.

Plus loin, on trouve de quoi gérer l’affichage, paramétrer la touche Windows ou encore couper la webcam (qui ne dispose pas d’un cache physique), mais aussi un système de « scénarios utilisateur » selon que vous préfériez une machine silencieuse ou ultra-performante.

Gestion de la batterie, manuel, aide sont aussi présents. On n’en attendant pas moins de MSI sur un produit visant le secteur professionnel.

Autonomie

Nous utilisons ici le test d’autonomie « gaming » du benchmark PCMark, avec une tâche particulièrement intensive : la machine affiche recharge en boucle une scène 3D temps réel dynamique, jusqu’à épuisement total de la batterie.
Pourquoi ce choix de test, plutôt qu’une approche plus classique ? Tout simplement parce que la plupart des machines du marché proposent des durées d’autonomie largement suffisantes lorsqu’il s’agit de lecture vidéo, surf sur le web ou bureautique. A l’inverse, avoir une idée de la durée de batterie dans un cas critique nous semble bien plus utile et se rapproche de cas d’utilisations réels tels qu’une démonstration avec un client.

Lors de notre test, le WiFi est connecté mais non utilisé.

Ici, la station a rendu l’âme en 1h30 d’affichage intensif. Au bout d’une heure environ, le framerate s’effondre (et passe de 25 à 9 images/s environ), sans doute par mesure d’économie automatique.
A titre comparatif, nous avons obtenu une durée quasi identique avec le Gigabyte que nous avions testé récemment, à ceci près que pour ce dernier le framerate chute encore plus bas (de l’ordre de 1 image/s) lorsque la batterie faiblit.

A Lire également

1 commentaire

Shadows 5 février 2020 at 10 h 52 min
<div class="bbWrapper">Au passage, n’hésitez pas à apporter vos suggestions sur les tests effectués : si certains benchs/éléments supplémentaires vous intéressent, par exemple. On essaie évidemment de proposer des éléments pertinents et pas forcément présents ailleurs, d’où des tests axés sur les outils créatifs et l’autonomie en usage 3D, pas en lecture de pages web.</div>

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite