Image default

Rencontre avec Lanig Fleury de la FAB AR / VR du groupe SNCF

Nous avons récemment eu l’occasion d’échanger avec Lanig Fleury, qui utilise les technologies 3D dans un cadre professionnel au sein de la SNCF, mais aussi à titre personnel.
Cet aspect de la SNCF n’étant pas forcément bien connu du grand public, nous vous proposons donc une interview en sa compagnie, pour en savoir plus sur les usages internes de la photogrammétrie/du scan 3D, mais aussi de la réalité virtuelle et augmentée. La suite de l’interview se focalise sur des projets concrets et personnels de Lanig Fleury, mais aussi les raisons qui l’ont poussé à choisir le logiciel 3DF Zephyr, là où beaucoup citent plutôt RealityCapture ou Metashape.

3DVF : Bonjour Lanig, et merci d’avoir accepté cette interview. Pour commencer, peux-tu présenter en quelques mots ton parcours et ton poste actuel ?

Bonjour, de formation ingénieur travaux publics et génie civil, j’ai commencé ma carrière dans la maintenance d’infrastructures au sein de SNCF. Ma passion pour le digital et l’innovation m’a mené à découvrir le domaine de la numérisation pour répondre à des problématiques liés au relevé d’ouvrages. De fil en aiguille j’ai commencé à m’intéresser à la réalité virtuelle et augmentée. Depuis un an j’ai rejoint la direction du digital du groupe SNCF au sein de la FAB AR VR, pour laquelle je suis principalement en charge des sujets liés à la 3D.

3DVF : Du côté de la SNCF, quels sont les usages des technologies de numérisation 3D/scan 3D mais aussi de la réalité augmentée et virtuelle ?

La numérisation 3D est surtout utilisée dans le domaine de l’ingénierie de maintenance afin de pouvoir relever des infrastructures pour des projets de maintenance, de régénération ou d’investissement. Niveau VR, les principaux usages sont la formation métier et les savoirs-faire comportementaux. Niveau AR, nous commençons cette année à nous atteler à la tâche, le secteur étant moins mature que celui de la VR.

3DVF : Comment avez-vous géré le confinement ? L’équipe de l’entité a-t-elle pu poursuivre le travail ?

La situation actuelle n’est évidente pour personne, mais le fonctionnement de notre équipe a été pensé dés le début pour pouvoir travailler à distance, une partie de notre équipe étant sur Lyon et l’autre sur St Denis. Du coup tout notre suivi était déjà embarqué sur la suite Office365 et Teams. Nous avons cependant été obligés de revoir partiellement notre feuille de route pour continuer d’avancer et surtout se centrer sur les valeurs supplémentaire de la VR que la crise dégage, à savoir la VR collaborative.

3DVF : Metashape ou RealityCapture sont souvent cités dans le domaine de la photogrammétrie, mais tu as fait un autre choix : 3DF ZEPHYR de la société 3DFlow, qui se décline en plusieurs versions (gratuite, lite, pro et enfin Aerial). Qu’est-ce qui t’a poussé vers cet outil plutôt que vers les concurrents ?

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la numérisation, il y a 3 ans, j’ai réalisé un benchmark avec la plupart des softs du marché, c’est là que j’ai découvert 3DF Zephyr. Je n’avais aucune connaissance en photogrammétrie et c’est le seul qui rapidement m’a permis de produire des modèles 3D qualitatifs sans rentrer dans un paramétrage incompréhensible pour un néophyte. Je suis depuis monté en compétence sur le sujet et 3DF Zephyr est toujours mon outil de prédilection, son mode avancé de paramétrage me satisfaisant pleinement.

3DVF : Si les contraintes de confidentialité nous empêchent d’évoquer en détails tes projets professionnels, tu utilises aussi ces mêmes outils pour des projets personnels.
Tu as par exemple reconstitué une grande zone de terrain au niveau de Disneyland Paris à l’aide de vues aériennes issues de l’IGN… Quelques mots sur le contexte du projet et la manière dont tu as travaillé ?

La numérisation est une passion débordante, je passe mon temps libre à tester des idées. Pour le sujet que tu évoques, je me suis inspiré d’un challenge qui avait été mis sur une page de passionnés de photogrammétrie. Je suis allé télécharger des photo aériennes libres de droits sur le portail de l’IGN pour voir comment 3DZephyr allait réussir à me reconstruire le terrain depuis ce genre de clichés. J’ai téléchargé une à une près de soixante photos de la zone où j’habite. J’ai ensuite lancé la reconstruction dans 3DF zephyr en utilisant leur algorithme dédié au photos aériennes. j’ai ainsi reconstruit une zone d’environ 100km2 ! J’ai rencontré quelques écueils, le premier la puissance de ma machine. 32Go de Ram c’est trop juste. Le second, n’ayant que des photos nadiral (prises depuis le haut), la reconstruction sur l’axe Z est assez limitée.

3DVF : Autre projet personnel, la reconstitution d’une église complète : un travail difficile du fait à la fois du manque de lumière, de la géométrie complexe et des zones inaccessibles à partir du sol. Quels outils as-tu employés et comment s’est déroulée la captation ?

C’était un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps. J’ai une magnifique église romane dans ma commune et ça faisait quelque temps que je me disais que ça serait un beau challenge de me lancer dans ce projet.

Après avoir obtenu l’autorisation, j’ai réfléchi aux différentes contraintes inhérentes à ce type d’ouvrage, à savoir:

  • Un grand volume complexe ;
  • Une faible luminosité.

Pour échapper à ces problématiques, le relevé au moyen d’un scan3D était une partie de la réponse. En effet cela permet de relever beaucoup plus rapidement que la photogrammétrie.
Pour le projet j’ai utilisé un reflex avec un objectif à la focale 10mm, un scanner 3D Leica BLK360 et un drone DJI Mavic Air.
J’ai réalisé 14 stations de scan, plus d’une centaine de photos, en particulier pour quelques statues. Ce qui a été délicat, c’était de faire voler le drone entre les lustres !

3DVF : Vient ensuite le traitement de ces données… Comment se fait la fusion de données issues de techniques différentes, sous 3DF Zephyr ? Es-tu satisfait du résultat ?

J’ai eu la chance de suivre une formation chez les développeurs de 3DF Zephyr en Italie. Nous avons justement pas mal travaillé ce cas d’usage qui vise à mixer des relevés en lasergrammétrie et photogrammétrie. Du coup, maîtrisant la technique, ce n’a pas été insurmontable. Le principe de base c’est d’appuyer le relevé photogrammétrique sur celui issu de la lasergrammétrie qui est bien plus précis dimentionnellement parlant. J’ai finaliser le rendu de la scène avec Blender pour retoucher les surfaces en sculpting. Je suis assez satisfait du résultat, mais il y a quelques détails à améliorer dans la partie capture, en particulier pour les images issues du drone.

3DVF : Au niveau matériel, quel type de station de travail (CPU, RAM, GPU) utilises-tu pour tes projets personnels ?

J’utilise un pc portable Asus ROG strix scar 2, c’est un I7 avec une RTX 2070 et 32Go de Ram.

3DVF : 3DF Zephyr avance à grands pas, et une version 5 est en préparation. Qu’attends-tu de cette mise à jour ? Dans l’absolu, quelles améliorations souhaiterais-tu vois arriver pour 3DF Zephyr, ou pour les outils de photogrammétrie/scan 3D en général ?

Déjà, grosse nouvelle pour la V5.0 Dragon Fruit, le français sera enfin de la partie. Des optimisations des différentes parties rendront le soft plus rapide, en particulier quand le dataset est important. L’emploi des fichiers Tiff et raw sera largement amélioré. Nous verrons aussi l’arrivée d’un logiciel dédié à la structuration des données acquises par laser, Scarlet. Encore quelques semaines pour tester la beta, la release est proche!
Pour ma part j’aimerais que les softs commencent à se poser la question de l’intégration de la visualisation en VR nativement dans leur solution.

Pour en savoir plus

  • L’entité FAB AR VR de la SNCF ne dispose pas de site officiel, mais le communiqué de presse de lancement pourra vous donner quelques détails supplémentaires.
  • Le profil de Lanig Fleury sur Sketchfab.
  • Le site du logiciel 3DF Zephyr. Outre une version d’essai limitée dans le temps, une version gratuite est disponible mais limitée à 50 images. D’autres déclinaisons payantes (Lite, Pro, Aerial) sont disponibles à des prix variés.
    Nous aurons évidemment l’occasion de relayer l’annonce de la sortie de la version 5.

A Lire également

1 commentaire

corentin3d 13 mai 2020 at 13 h 21 min
Sur l’église c’est assez impressionnant sur certains point de l’intérieur, bien joué!

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite