Trésor

Interview : dans les coulisses d’un Trésor du SIGGRAPH 2021

3DVF : Le court a été produit durant la pandémie : comment cela a-t-il affecté la production du film ?

Silvan : Je pense pouvoir parler au nom de nombreux réalisateurs et réalisatrices qui ont récemment validé leur diplôme comme nous : ce fut une difficulté inattendue.

De toutes les choses qui peuvent affecter une production, nous n’aurions jamais envisagé être touchés par une pandémie mondiale !

Philipp : Comme beaucoup d’autres, nos workflow et plannings ont totalement changé du jour au lendemain. Les écoles fermaient leurs portes et les routines quotidiennes ont été transformées.

Même si nous quatre n’étions plus dans la même pièce, nous avons mis la communication au cœur de nos priorités et avons pris ce temps comme l’opportunité, tout d’abord, de ralentir, et ensuite, de reprendre les choses à plat au niveau écriture et storyboard afin de pousser l’histoire au maximum.

Après deux mois de confinement strict, nous avons heureusement pu nous remettre sur les rails et nous avons approché les mois restants avec un regard neuf et une nouvelle perspective.

3DVF : De quoi êtes-vous les plus fiers, en repensant à ce projet ?

Philipp/Silvan : Honnêtement, conserver notre moral et notre motivation à un haut niveau durant une pandémie a été de loin le plus gros défi durant notre année de travail sur ce film.

Nous sommes assez fiers que le film soit allé si loin depuis sa projection lors de notre jury de fin d’études.

Travailler sur le même projet pendant plus d’un an a un gros impact sur la perception que l’on a sur celui-ci, donc voir que le film est capable de voyager autour du monde, d’être projeté et même de recevoir des prix dépasse nos attentes pour Trésor.

Globalement, c’est une expérience qui nous rend très humbles et qui est très gratifiante.

Nous aimerons aussi ajouter que nous sommes très fiers de Dorian (Spiess) et de son travail sur la musique du film. Les accomplissements du film sont aussi les siens, sans aucun doute, la bande originale du film à d’ailleurs été primée dans un festival à Sao Paulo au Brésil.

3DVF : Trésor a été shortlisté pour les BAFTA Student Film Awards, et le court est également sélectionné au Computer Animation Festival, le festival d’animation du SIGGRAPH. Avez-vous un conseil pour les élèves qui nous lisent en école et souhaitent créer un court à succès ?

Guillaume : Je ne suis pas certain. Voir le film avoir un tel succès est une grosse surprise pour nous. Je crois que le meilleur conseil auquel je puisse penser est : faites un film ! Tentez des choses et amusez-vous (c’est le plus important).

Alexandre : Être shortlisté pour les BAFTA a été une grosse surprise pour moi, je ne m’attendais pas à un tel succès, je me souviens ce que j’ai ressenti et je pensais que tout ça n’était pas réel. La même chose s’est produite pour le SIGGRAPH, deux jours d’affilée ! Je ne crois pas qu’il y ait de règles à suivre pour créer un film à succès. Les films sont des histoires et il n’y a pas de mauvaise histoire à raconter, ce qui compte c’est la manière dont vous les racontez. Donc j’aurais tendance à dire de ne pas se concentrer sur le succès que vous espérez avoir avec votre film. C’est imprévisible, il est donc sans intérêt d’y penser. Essayez juste de faire le meilleur film possible et impliquez-vous du début à la fin sur le faire de raconter votre histoire.

Philipp : Si quelqu’un m’avait dit il y a un an que notre film serait en présélection aux BAFTA et diffusé au SIGGRAPH, je n’y aurais pas cru !
J’étais sans voix quand j’ai appris, et j’ai toujours du mal à y croire.
Le moins que l’on puisse dire est que c’est vraiment extraordinaire, mais aussi et surtout… Cela rend très humble.

Je ne pense pas que je puisse donner un conseil unique, mais après 5 années en tant qu’étudiant, je pense que j’ai des choses que je pourrais me dire à moi-même dans le passé si je le pouvais.
Même s’il n’y a pas d’étape ou formule spécifique qui détermineront le succès de votre film, la première chose que je dirais serait d’accepter l’inattendu.
Plongez dans votre art tout en restant fidèle à vous-même, vos racines et les histoires que vous voulez raconter. Gardez un esprit ouvert, un cœur ouvert et préparez-vous à être surpris, que ce soit par les échecs ou les petits succès le long du chemin.

Alors, soyez créatifs et foncez !

3DVF : Enfin, quelle a été votre évolution depuis votre sortie de l’école ? Et êtes-vous disponibles sur le marché du travail ?

Guillaume : Je travaille chez Studio Hari depuis novembre 2020 en tant que prop modeler. À l’avenir j’aimerais travailler dans différents studios et pays, apprendre de nouveaux workflows et améliorer mes compétences en modélisation.

Alexandre : De retour dans le Sud après quelques mois sur Angoulême ou je travaillais en tant que lighting artist sur une série d’animation, je travaille à Arles, en Lighting aussi. Je travaille en lien étroit avec Cube Creative sur l’écriture et le developpment de projets animés. Les deux sont très amusants à faire, même si mon cœur penche principalement vers l’écriture et le développement. Un point qui m’importe beaucoup au travail est d’avoir le sentiment de progresser jour après jour. Donc toute opportunité de m’améliorer sur le plan artistique est bienvenue.

Philipp : J’ai été très occupé ! Après la fin des études (et un repos bien mérité), j’ai désormais la joie de travailler en tant que storyboard artist chez Cube Creative à Paris.

Je suis totalement ouvert à de nouvelles opportunités à l’avenir. Le monde de l’animation est vaste et il me reste beaucoup à découvrir. Je dirais que mon objectif principal, en dehors de voyager et de tenter ma chance dans différents studios, est de continuer à apprendre, grandir et me faire plaisir au passage.

Silvan : Je suis animateur 3D chez Superprod Studio en France depuis novembre 2020, je cherche à pousser mes compétences en animation toujours plus loin, à continuer le dessin et le développement d’univers graphiques.

Le monde de l’animation étant ce qu’il est, je reste ouvert à tout projet qui me permettra de m’améliorer et grandir en tant qu’artiste tout en appréciant au passage le processus et le plaisir qu’il pourrait m’apporter.

Pour en savoir plus

Trésor sera visible au SIGGRAPH 2021 dans le cadre de l’Electronic Theater. Il est d’ores et déjà possible de s’accréditer : à partir de 40$ pour l’Electronic Theater seul, et de 25$ si vous prenez en complément une accréditation à la conférence.

A Lire également

Laissez un commentaire