Image default

Interview 3DVF : au croisement de la musique et de l’image, rencontre avec Raphaël Pazoumian

Artiste aux multiples facettes, Raphaël Pazoumian est à la fois un passionné de musique et de création visuelle. Son dernier projet mêle ses deux passions puisqu’il s’agit d’un clip pour son propre groupe, Rio Tigre. Nous profitons du lancement de ce projet pour revenir en sa compagnie sur son parcours, ses projets et sa vision artistique.

3DVF : Bonjour Raphaël, tu as un profil atypique, puisque tu as à la fois un pied dans l’image et un autre dans le son. Quel est ton parcours, et comment en es-tu arrivé à cette double activité ?

Bonjour 3DVF. Effectivement, je jongle entre image et son depuis quelque temps maintenant, pas toujours facile à gérer. Je suis musicien depuis mes 7 ans, mais ai toujours été passionné par l’image.

Après avoir été diplômé de l’ISTS en tant qu’ingénieur du son, je me suis immédiatement inscris à Penninghen, une école d’Art Parisienne, et en suis sorti avec un diplôme de Directeur Artistique en poche. Sorti de l’école de son en pleine crise du disque, j’ai rapidement compris que c’est l’image qui me sauverai et m’aiderai à développer ma passion pour la musique.

3DVF : Il est difficile de se faire une place en tant que directeur artistique/réalisateur… Quelle est ta vision du métier et ta « stratégie » pour séduire studios et clients ?

Je me vois plus comme un créateur d’expériences visuelles qu’un réalisateur. Spécialisé en Motion Design, j’ai appris la 3D sur youtube, et ai toujours essayé d’obtenir un niveau technique assez avancé pour pouvoir créer mes vidéos sans équipe derrière moi. Ce niveau technique mêlé à la culture du graphisme que m’a donné Penninghen me permets de trouver de beaux projets à New York assez facilement. Etre Français aide beaucoup.

3DVF : Tu viens de dévoiler Olympiades, clip que tu as réalisé pour ton groupe Rio Tigre. On y retrouve statues antiques, effets de fracturation et de lumière… Quel a été le point de départ du clip, quelles idées voulais-tu mettre en avant ?

Le clip est basé sur la chanson “Olympiades” composée entre Paris et New York, sur une période de 5 ans. La chanson est divisée en 2, reliée par une interlude piano/voix. On y entend deux styles très différentes, d’un coté une chanson dense aux synthétiseurs acides et batteries électroniques, de l’autre une partie plus lente et douce, où la synthèse sonore se calme et laisse la place au piano et batterie. Ces deux styles suivent mon changement de vie et l’apaisement que j’ai pu trouvé en partant vivre à Brooklyn.

Le clip quand à lui, nous dépeint un monde virtuel inspiré par la Grèce Antique et la Mythologie. Ce monde se brise et s’envole, se fragmente en millions de morceaux qui ne toucheront jamais le sol.
J’ai voulu y exprimer ce mal-être Parisien. Mon groupe de musique s’était arrêté, et je ne voyais plus de positif dans ma vie. Les fondations tremblaient et il était temps pour moi d’essayer de reconstruire un futur loin de chez moi. En arrivant à New York j’ai tout fait pour faire renaître le groupe, en repartant de ces fondements que nous avions créé à Paris pour construire ce nouveau projet qu’est Rio Tigre.

3DVF : En pratique, quels outils as-tu utilisés ? Y a-t-il eu des difficultés techniques ou artistiques ?

Je me suis fabriqué un PC, pièce par pièce, si puissant qu’il faisait sauter les plombs de mon ancien appartement, et ai travaillé sur Cinema 4D. Ce projet est certainement le plus compliqué de ma vie, je suis resté environ 4 mois devant l’écran (sans parler des millions d’heures de recherches et idées avortées) Un seul effet a été utilisé: Fracture Voronoi.

3DVF : En ce qui concerne le groupe lui-même, Rio Tigre mêle synth pop et musique électronique. Quel est votre projet artistique, et quelles sont vos influences ?

Le but de ce groupe est de tourner aux US, de sortir les plus belles chansons. Nous sommes maintenant 3 dans le groupe, un Australien (Daniel), un Anglais (Rajan) et un Français, les goûts sont divers. Les influences de la plupart de ces chansons sont un mélange entre Radiohead, The XX, Tame Impala ou plus récemment L’Imperatrice, un très bon groupe Français.

3DVF : Un autre de tes projets récents est Peloton Experience, un concept en deux parties destiné à la marque Peloton. Peux-tu revenir sur le contexte de ce projet, et la façon dont tu l’as abordé ? Comment approcher ce genre de commande qui mêle écrans, musiques, effets de lumière pour obtenir un tout cohérent ?

J’ai travaillé ce projet en collaboration avec le studio New Yorkais “Harley & Company”. Peloton et Harley avaient déjà décidé du style graphique, je suis arrivé dans un deuxième temps. Le travail graphique a été réfléchi avec mon ami d’enfance Arthur Vallin, (Directeur de création du studio), qui avait une idée très précise en tête. Peloton nous a donné son entière confiance, et n’a découvert le résultat final que la veille du lancement. Cette confiance nous a permis de créer sans barrières.
Arthur avait réfléchi au scénario de expérience, l’idée que le sportif soit en compétition avec d’autres coureurs partout dans le monde via la technologie en était le fil conducteur. La musique a été crée par un compositeur à distance, et nous avons réfléchi ensembles aux effets de lumières dans un second temps.

3DVF : La partie Warm Up met en scène des visualisation géographiques et sportives avec effets de particules : techniquement, comment ces éléments ont-ils été créés ?

Les visualisations géographiques ont été créé grâce aux plugins Plexus et Trapcode Particular. J’ai aussi utilisé Trapcode Form pour apporter cet effet de particules aux sportifs en 3D dans After Effects. Les mouvements ont été créé grâce à Mixamo, une incroyable bibliothèque en ligne.

3DVF : Enfin, évoquons le projet « Apollo 11: The Truth », une animation très décalée censée montrer les vraies images filmées par Armstrong et Aldrin sur la Lune. Comment est né ce concept, et comment as-tu géré l’animation ?

J’ai réussi à récupérer un film tourné par Neil Armstrong en piratant son ordi il y a quelques années. Je l’ai simplement partagé, tout le monde pense que c’est de la 3D, mais pas du tout !
Plus sérieusement, l’idée est venue de la frustration d’un projet qui n’en finissait pas. L’astronaute apparaissait à la dernière scène, mais ne bougeait pas assez à mon goût.
A la fin du projet, pour me détendre un peu (chacun son truc), je l’ai uploadé dans Mixamo et lui ai demandé de danser pour moi. Le résultat a été un succès immédiat, il se déformait comme un pantin et m’a fait hurler de rire. J’ai donc poussé la blague jusqu’au bout en l’intégrant sur la lune, avec des belles lumières et textures, et ai lancé un rendu de 32 heures. Il a fait un carton sur Facebook et j’ai plein de nouveaux amis Russes.

3DVF : L’actualité, c’est aussi la pandémie de Covid-19. Quel a été son impact à ton niveau, en termes de projets, demandes ?

L’impact a été assez violent, tous mes projets se sont arrêtés d’un coup, d’autres ont été annulés. J’avais anticipé le problème en travaillant non stop avant le confinement, j’ai pu utiliser ces quelques mois pour me reconnecter avec la musique et ce que je voulais vraiment faire, écrire dans différents styles et expérimenter. Je suis très heureux du résultat, et ces nouveaux morceaux, moins électroniques et plus humains correspondent plus à mes envies.

3DVF : Quelques mots sur tes futurs projets, si tu peux en parler ?

Un album était prévu pour cet été, mais nous avons choisi de le décaller pour la rentrée.
J’aimerai continuer à composer de la musique pour Rio Tigre au maximum, même lorsque la crise sera derrière nous. J’adore la video et la 3D, mais la musique restera toujours numero 1, navré 🙂

Pour en savoir plus

A Lire également

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite