Court-métrage EXIT – ESMA

 

 

3DVF : Dans quel mesure s’intègrent ils a votre pipeline de production ?

 

Xavier: Modélisation, Setup, Animation et même le rendu est Maya software…

 

 

 

3DVF : Pouvez vous me parler de la naissance de Exit, la génèse ?

Xavier: C’est une ambition commune d’arriver à réaliser un film qui aie un écho chez le spectateur. Il nous a fallu un certain temps pour tomber d’accord sur un thème qui nous semblait suffisamment riche et polémique, tout en nous laissant la possibilité de nous amuser et d’amuser.

Quelle est limite entre la folie et la normalité ? Qui est normal, qui est fou ? Qui sommes nous et comment nous situer par rapport aux autres, par rapport à ceux qui font le monde, et finalement quelle participation et implication avons-nous dans cette aventure humaine ?

Ce sont les questions que pose Exit. Toute l’attention s’est posée la dessus et nous a permis de donner naissance au scénario.


 

Guillaume:
Le principal pour nous était de faire passer un message, et par dessus tout, faire en sorte que le spectateur se pose des questions après avoir vu le film, qu il se sente concerné.
Nous sommes confronté à deux visions opposées du monde, chaque personnage essayant de convaincre l’autre à travers le dessin. Le spectateur ne se reconnaîtra pas toujours dans les personnages car nous avons à faire à deux extrêmes, mais cela nous a permis d’aborder de nombreux thèmes sur notre société.

 

 

3DVF : Quelles ont été vos recherches et références utilisées sur ce projet ?

 

Xavier: Vol au-dessus d’un nid de coucou ou encore L’armée des douze singes pour les références filmiques. Mais au-delà de ça, comme nous étions en huis clos, il s’agissait de retranscrire une atmosphère théâtrale, le minimalisme des décors, les éclairages, le dialogue écrit en vers et la mise en scène. Et puis il nous paraissait important de délivrer notre message un peu « grave » avec une certaine légèreté de ton, d’où l’animation cartoon pose to pose.

 

 

 

 

3DVF : Quel sont les solution matériels et logiciels 3D retenu ainsi que le moteur de rendu ?

 

Xavier: PC classique, monoprocesseur, Maya software en multi passe, composité sur Digital Fusion. Tant que ça fonctionne !

 

 

 

 

 

3DVF : Avez-vous quelques conseils à donner aux artistes 3D qui veulent faire progresser leurs compétences en réalisations ?

 

Xavier: Sans parler de conseils, nous avons souhaité oublier la 3D, il s’agit plutôt de s’attarder sur le sens et ne pas perdre de vue l’objectif qui est de délivrer un message. Chaque image doit porter du sens, chaque plan, chaque choix esthétique, chaque mot et chaque moment où il sera employé. Je pense que l’essentiel est ailleurs que dans la technique pour le spectateur, il est dans l’émotion. Cela peut être une bonne ligne de conduite pour réaliser un projet.

 

 

 

 

3DVF : Quelle sont les étapes les plus complexes à vos yeux ?

 

Xavier: Tout est un peu complexe, mais c’est le plaisir de faire qui l’emporte, et puis on s’arrange toujours pour faire ce qu’on aime et laisser faire aux autres ce qu’ils aiment faire, on fini toujours par s’entendre, alors je dirais que le plus complexe c’est ça, gérer l’équipe, le potentiel de chacun et garder la motivation et l’énergie qui entraîne le groupe jusqu’au où il ne pensait même pas pouvoir aller.

 

 

 

 

Guillaume:
Ficeler le scénario et la mise en scène, et s’y tenir jusqu au bout. Il nous vient toujours des idées en cour de production, mais il est difficile de savoir si elles correspondent exactement à notre idée de départ, ou si au contraire, elles vont venir perturber le tout.
Il faut réussir à examiner le film dans son ensemble, pour savoir si tel événement est percutant ou non et ce n’est pas toujours évident.

 

 

3DVF : D’autre projet en vue ?

 

Xavier:
Un petit studio de réalisation de série TV en 3D… chut… ce serait tellement de bonheur !…

Guillaume :
Pour l instant je travaille dans une boite spécialisée dans le cinéma d animation, mais je me réserve du temps pour des projets personnels…

 

 

3DVF : Pouvez vous nous parler de votre point de vue face aux évolutions des logiciels de création graphiques ?

 

Xavier: Le cinéma est neuf, l’informatique encore plus, et la 3D n’en parlons pas… Mais si l’on regarde bien, il s’agit encore et toujours de spectacle et cela a toujours fonctionné de la même manière, de l’illusion qui crée de l’émotion. Alors oui, king kong est plus vrai que nature, mais est-il plus impressionnant a nos yeux qu’à ceux d’il y a 72 ans ? Je ne crois pas. L’évolution, de mon point de vue, se trouve devant et derrière l’objectif, autour de la technologie. Tout a toujours été possible à partir du moment ou l’on émet le souhait de le réaliser.

 

 

 

 

Guillaume:
Notre milieu est en constante évolution. A nous de nous adapter pour toujours rester dans le coup techniquement. Mais artistiquement, nous sommes les maîtres du jeu. La seule contrainte est de créer quelque chose d intéressant aux yeux du public. Le principal reste ce que l’on a à dire, et non la technique employée.

 

 

3DVF : Rêvez vous d’un outils particulier qui révolutionnerais le processus de création ou simplement les méthodes de travail ?

 

Xavier : Non je pense qu’il faut que cela reste compliqué… je m’explique… Si un outil miraculeux nous permettait de réaliser ce que l’on veut comme on le veut, on obtiendrait des productions identiques et sans personnalité. La beauté née de la frustration, la trouvaille née de la recherche, pas de traversées sans galères…

 

 

 

 

Guillaume:
J’aurais juste aime pouvoir éditer le son dans Maya, pour éviter de multiples aller-retours entre logiciels, afin d’affiner le timing du dialogue au moment de l’animation. D’ailleurs, si vous connaissez un plugin à ce sujet, faites moi signe!
Sinon la greffe de cafetière, ça existe?!

 

 

3DVF : Auriez vous des conseils pour les jeunes infographistes ?

 

Xavier: Bien tenir sa souris, garder la tête face à l’écran pour éviter les maux de cou et les maux de tête, ne pas opter pour un clavier qwerty quand on n’y est pas habitué, et surtout ne pas oublier de sauvegarder. Non sans rire, étant donné que je suis encore jeune infographiste, je ne me sens pas trop à ma place pour donner des conseils, mais selon moi ce qui nous joue des tours parfois c’est la volonté d’être original, je pense que c’est faire fausse route. Il ne faut pas vouloir être original en trouvant l’idée auquel personne n’a pensé, tout a déjà était fait, il faut tout refaire et changer la manière, et le montrer comme on le voit nous. Développer son style et sa personnalité.

 

 

 

 

Guillaume:
Faites rêver par votre côté artistique et non par la technique, sinon vous risquerez de vous faire rattraper par Mr Plugin et Mme Software.

 

3DVF : Pour finir, un petit mot pour les artistes numériques français et les lecteurs 3DVF ?

 

Xavier: Un grand merci à l’équipe de 3DVF qui met en relation tout ce beau monde avec brio, cela ne doit pas être évident tous les jours, et ma foi nous sommes plutôt heureux d’apporter notre petite pierre à l’édifice de la création numérique en y participant un peu, j’espère qu’ Exit plaira au plus grand nombre…

Guillaume:
Tout d’abord merci à l’équipe 3DVF qui est au centre de la toile numérique.
J’espère que Exit sera apprécié et que nous n’avons pas fait fausse route.
Surfez bien sur 3DVF !

 

 

A Lire également