Accueil » Rédactions » DeeX VRay Arsenal

DeeX VRay Arsenal

DeeX VRay Arsenal

Damien Bataille sort aujourd’hui (le 7 février 2013) son nouvel outil DeeX VRay Arsenal, plug-in destiné à optimiser le travail des artistes sous Maya et V-Ray.  

 

Nous revenons avec lui sur cet outil, ses fonctions et limitations, mais aussi sur les futures mises à jour. Les autres plug-ins développés par Damien Bataille sont également évoqués.

3DVF : Bonjour Damien, aujourd’hui sort DeeX VRay Arsenal destiné à V-Ray pour Maya. Peux-tu nous présenter cet outil ?

Damien Bataille : Bonjour 3DVF, DeeX VRay Arsenal est un plug-in qui permet d’accélérer et de faciliter la gestion et mise en place des scènes de rendu dans Maya.
Le but étant de travailler le plus rapidement possible, sans contrainte technique.

3DVF : Pourquoi t’être lancé dans la création de ce plug-in ?

D.B. : Durant mes expériences de post-production (VFX et publicité), j’ai remarqué que les lighters/renderer passaient plus de temps sur le côté technique, c’est à dire : mettre en place les scènes, débugguer, gérer leurs scènes de rendu; plutôt que le côté artistique : placer les lumières, ajuster certains shaders, etc., etc.

Cela peut devenir vite un enfer quand les scènes sont très lourdes, et surtout, quand il y en à plusieurs. Ce plug-in est là pour minimiser au maximum le côté technique, et ainsi, se focaliser sur le côté artistique.
Étant TD Rendu (c’est-à-dire que je fais du développement et sors des plans de production en même temps), j’étais moi-même souvent confronté à ce genre de problème. C’est à ce moment-là que je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire, surtout en terme de workflow.
Car plus un workflow est simple, plus une image devient rapide à sortir, et donc, plus il y a de temps pour le côté artistique.

Exemple  simple : l’artiste veut sortir plusieurs masques pour certains objets. Dans la plupart des moteurs, il y a un système d’ID : mettre un numéro sur un objet, puis créer un AOV (un renderElement dans VRay) en lui mettant ce même numéro, pour enfin sortir le masque.

Je n’ai jamais compris pourquoi il fallait passer par un numéro pour sortir un masque. Surtout qu’ensuite, la gestion des ID (numéro) peut devenir vite un enfer sur de grosse scène.
Avec DeeX VRay Arsenal c’est très simple : les ID n’existent plus !

 

Deex VRay Arsenal


Deex VRay Arsenal

 

3DVF : Quels sont les points forts d’Arsenal ?

D.B. : La puissance de DeeX VRay Arsenal est que la plupart des features se font non pas dans la scène Maya, mais à la volée pendant le rendu.
Ainsi, votre scène Maya n’est pas modifiée, ce qui évite de créer des nodes dans la scène (donc allège la scène, et évite des problèmes spécifiques à Maya).

De plus, l’interface est pensée pour faciliter complètement la gestion et mise en place de la scène.

Un exemple concret : dans Maya et VRay, chaque objet peut avoir des « propriétés » de rendu. Par exemple, la primary visibility, des réflexions, réfractions, de la Gi, etc., etc.
On peut spécifier ceci :
    – soit sur l’objet (la shape)
   – soit créer un node VRay (« object properties », qui est un « set »), régler ces « object properties » avec les bonnes propriétés, et mettre les objets dans le set.

En termes de gestion, cela peut devenir vite difficile avec beaucoup d’objets. Si par exemple  je veux quatre objets en « primary visibility off », je dois donc créer un « object properties » avec le « primary visibility off », et y mettre les quatre objets.

Mais si je veux que l’objet 2, soit aussi invisible en réflexion, je dois donc le retirer du 1er « object properties » , créer un deuxième « object properties », lui mettre les deux propriétés (« primary visibility off » et « invisible in reflection ») , et donc, mettre l’objet 2 dedans.

Mais si je veux que l’objet 3 ne génère pas de GI, je dois refaire encore la manipulation avec un 3ème « object properties »…

C’est la que l’on comprend que cela peut devenir vite un enfer, car avec 8 propriétés, il y a 255 possibilités, 255 nodes a créer et à gérer dans Maya.
Dans DeeX VRay Arsenal ce problème n’existe pas. Il suffit de sélectionner un objet et de l’ajouter dans une propriété, tout simplement.

Le plug-in s’occupera au rendu d’appliquer ou pas la propriété à l’objet.

3DVF : Inversement, y a-t-il des limitations, qu’elles soient volontaires ou en cours d’amélioration ?

D.B. : DeeX VRay Arsenal n’est pas compatible avec Mac OSX et Linux.
Ces versions sortiront dans le futur.


3DVF : Comment s’est déroulé le développement ? Depuis combien de temps travailles-tu sur Arsenal ?

D.B. : J’ai commencé le développement du plug-in il y a un peu plus d’un an.

Au début, le plus dur était non pas le côté technique (le développement du code), mais réfléchir au meilleur workflow pour faciliter le travail (le but 1er de DeeX VRay Arsenal).
J’ai inversé le développement en pensant d’abord à l’interface plutôt qu’au code, à me disant :  » Si je dois faire une tache, comment pourrais-je la faire rapidement ? « .
Ensuite, j’ai pensé au côté technique : comment appliquer mes idées dans Maya et VRay. Avec mon expérience de VRay pour Maya, j’ai tout de suite compris qu’il fallait que j’utilise au maximum la fonction qui permet de modifier les scènes de VRay à la volée.
Le soir, je prenais quelques heures (ou minutes !) pour développer le plug-in.
C’était des fois assez difficile du fait que je rentrais du travail, et devais me motiver à travailler une deuxième fois sur l’outil.
Ensuite, tout ce qu’il y a autour a pris beaucoup de temps, comme la création du site, le lancement de la bêta, les papiers,  la création de la documentation, etc., etc.
Mais aujourd’hui, cela fait plaisir de voir que le résultat est là.

3DVF : Quels ont été les retours des utilisateurs durant la phase de beta ?

D.B. : Durant la phase de bêta, la plupart des retours que j’ai eus étaient par rapport à la difficulté de l’installation du plug-in (Maya.env),
En ce qui concerne l’outil en lui même, beaucoup étaient enthousiastes par rapport à ce workflow très simplifié.
J’ai été content de voir que certains bêta testeurs n’hésitaient pas à me parler de certains problèmes rencontrés durant leur production et de me donner des idées à intégrer à DeeX VRay Arsenal.

3DVF : Arsenal repose sur V-Ray pour Maya ; la compatibilité sera-t-elle élargie avec le temps, par exemple sous Max ou Softimage ?

D.B. : Cela n’est pas prévu. J’essaye vraiment de me focaliser sur Maya en apportant au maximum mon expérience de production.
De plus, l’utilisation de VRay diffère dans certains cas entre Maya, Max et Softimage, ce qui peut compromettre une logique de workflow appliqué au plug-in.

 

Deex VRay Arsenal

Réglage des samplings de V-Ray avec un slider


A Lire également