Interview – SolidAnim – Isaac Partouche


3DVF – Peux-tu nous présenter vos différents outils, et nous expliquer leurs particularités et leurs atouts ?

 

Isaac Partouche : A ce jour, nous avons développé des outils qui se concentrent sur deux domaines différents.

Le premier domaine concerne « l’animation faciale » :

– SolidEyes : Nous avons développé un système de tracking de pupilles temps-réel et embarqué, qui permet de capter le mouvement de l’oeil pendant une session de capture de mouvements.

 

– SolidFace : Un outil d’animation faciale sans marqueurs qui est en cours de développement et qui arrive bientôt sous la forme d’une version utilisable en production. La captation s’effectue à partir d’une seule caméra et permet d’être installée très  facilement. Cela permettra notamment de capter les expressions du visage et le lipsynch des comédiens durant les enregistrement voix. Nous bénéficions d’un partenaire « audio », Native Prime, avec qui nous allons déployer cette solution dans les mois qui viennent.

Le second domaine s’ inscrit autour de la prévisualisation « on-set »
Nous avons développé un outil aujourd’hui opérationnel appelé « Solidtrack »
SolidTrack est une nouvelle technologie développée pour améliorer la vision que le metteur en scène a de son film pendant le tournage. Il combine un suivi temps réel de la caméra et réalité augmentée pour prévisualiser les effets spéciaux directement pendant la prise de vue. SolidTrack peut être utilisé avec tout type de caméras y compris les steadycam et il autorise les mouvements aléatoires de caméra. Grâce à cet outil, nous pouvons proposer au réalisateur toutes les étapes de previz du film jusqu’à la post-viz (images sorties du tournage qui servent de référence aux VFX)

 

 

3DVF – A l’heure où la performance capture a déjà fait couleur beaucoup d’encre depuis des films comme Avatar ou encore Tintin pour ne citer qu’eux, comment vois-tu évoluer l’approche des productions vis à vis des techniques actuelles de préviz et de postviz ?

 

Isaac Partouche :  La motion-capture est aujourd’hui une technique maitrisée et mûre. On sait reproduire l’animation des corps parfaitement en suivant des règles biomécaniques précises et l’animation des visages évolue aussi très vite. Aujourd’hui, on s’attache donc davantage à la mise en scène en intégrant des outils de previz et postviz, soit comment pendant le tournage, donner le plus de contrôles au réalisateur avec un retour temps-réel des images. Nous proposons également du mélange de techniques d’animation, de l’hybridation de techniques, ce que l’on a appelé Keymotion avec le studio Delacave. Cela consiste à mélanger de la mocap au keyframe, afin de donner un style d’animation différent. Nous avons donc utilisé cette technique d’animation pour le film « Cendrillon au far ouest » de Pascal Herold qui est sortie en Juillet 2012.


 

3DVF – Justement, comment se positionne SolidAnim sur une production, qu’il s’agisse de projets live-action avec fx ou de films d’animation ?

 

Isaac Partouche :  Nous nous adressons aux deux marchés avec une approche différente, mais les compétences demandées peuvent être similaires pour les deux types de productions. L’aspect temps réel que nous avons toujours développé chez SolidAnim (tous nos outils intègrent cette composante) est aujourd’hui demandé pour tous les projets auxquels nous participons. Par exemple, dans une production live + FX, on utilisera davantage notre outil SolidTrack pour la préviz on-set. Mais on peut aussi utiliser SolidFace pour du « face replacement » en temps réel. On se servira également de données de motion capture pour animer des personnages intégrés lors de la previz. Sur un projet d’animation, on utilisera essentiellement nos outils d’animation : mocap, SolidFace, SolidEyes. Dans une moindre mesure, on sollicitera SolidTrack pour faire de la caméra virtuelle.


 

3DVF – En plus de votre expérience autour des effets spéciaux, vous suivez aussi de très près les technologies liées au temps réel et aux jeux vidéo. Peux-tu nous en dire plus sur votre démarche ?

 

Isaac Partouche : Nous nous inspirons des technologies issues du jeux vidéo pour les adapter aux contraintes des effets spéciaux. Le temps réel était avant uniquement utilisé pour le jeu. Aujourd’hui, avec les demandes croissantes de previz pour les effets spéciaux, cela devient indispensable sur de plus en plus de projets. Le chantier est vaste car même si techniquement beaucoup d’outils pourraient servir dans les deux industries, culturellement, le monde des jeux vidéos et des effets spéciaux cinéma ont encore beaucoup de chemin à faire pour se comprendre l’un et l’autre. Vu notre expérience passée dans ces deux univers, nous sommes à leur point de convergence et mettons à profit nos connaissances pour faire évoluer les techniques et les méthodologies de production.

 

 

3DVF – Après 5 ans d’activité, où en êtes vous dans vos envies et vos ambitions, que ce soit vis à vis de futurs outils, ou de production à part entière ?

Isaac Partouche :  Nous comptons pour cela toujours renforcer notre métier de base qui reste la capture de mouvement, en lui adjoignant des outils innovant que nous développons. Parallèlement à cela, nous possédons aujourd’hui un outil de travail mûr et nous nous attachons aux contenus des projets. Nous voulons donc prendre part de plus en plus à l’aspect créatif des projets auxquels nous participons, grâce justement à l’expertise que nous possédons maintenant. Enfin, notre ambition est de pouvoir nous développer davantage à l’international, à travers des partenariats que nous sommes justement en train de mettre en place

 

3DVF – Isaac, merci de nous avoir éclairé sur SolidAnim; on espère vous retrouver prochainement sur de nouveaux projets passionnants !

 

Pour en savoir plus sur la société SolidAnim, visitez leur site officiel : www.solidanim.com

 

A Lire également