Interview : Eric Tranchefeux – Illustrateur numérique et traditionnel



3DVF – En 10 ans, on a vu émerger toute une génération de talent 2d ou 3d, brillamment mis en avant dans les ouvrages Ballistic Publishing dans lesquels tu figures aussi d’ailleurs. Que penses-tu de cette soif de créativité et de ses évolutions en si peu de temps ?

 

Eric Tranchefeux : Oui c’est un peu fou !
Ce qui à permis cette évolution si rapide de génération de talents et cette explosion du marché c’est évidemment le numérique, Internet, les échanges de savoir, les forums, le partage d’images et de sources d’inspiration, etc. Cela a créé une émulation, ainsi qu’une énorme stimulation permettant de progresser et de s’enrichir.

 

Un visuel peu faire le tour du monde en quelque clics et influencer d’autres artistes qui vont à leurs tours proposer d’autres choses, une sorte de rebond qui ne s’arrête jamais vers la création et la qualité des images. Je trouve ça super, sauf sur un point. Il y a maintenant tellement d’images qui sont proposées, que l’on n’a même plus de temps de tout voir, et comme beaucoup d’entre elles se ressemblent, il risque peut-être d’y avoir un jour une overdose indigeste de trop vu.



The candle  (Traditionnel peinture à l’huile)


3DVF – Pour en revenir à ton expérience professionnelle, quelles sont les missions sur lesquelles tu as commencé ? et que fais-tu ces derniers temps ? 

 

Eric Tranchefeux :  Mes premières commandes ont été réalisées pour des sociétés de jeux vidéo avec des illustrations de jaquettes de boîtes comme Lode runner, Alphakhor, super Sweek, Tennis cup, beaucoup d’autres. Puis j’ai enchaîné avec des illustrations cartoon pour l’habillage de produits sous licences Disney pour une boîte allemande, ainsi que de l’édition vidéo où j’ai réalisé aussi pas mal de jaquettes.

 

La communication visuelle et les agences de pub sont venues se greffer naturellement à ma clientèle pour qui l’illustration hyperréaliste marchait aussi très bien, ainsi que le packaging alimentaire, une autre branche où je me suis rapidement spécialisé. La demande était énorme et les budgets plutôt très sympas à cette époque.

J’ai réalisé des visuels pour Disney land Paris, TF1, France Télévision, Peugeot, Renault, Marionaud, Quick, Kodak, La Française des jeux, Vittel, Henkel, Milka, Kellogg’s, Kinder, Lu, Danone, Nesltlé, la grande distribution. Pour en citer quelques-uns.

 

Actuellement j’ai plusieurs casquettes : toujours Illustrateur, mais aussi photographe, retoucheur ou DA pour des agences de Com. packaging. Je travaille aussi un peu pour l’édition de jeux de cartes, et je reste preneur de mission en tant que concept-artiste ; c’est un domaine que j’aimerais d’ailleurs développer. Les demandes peuvent êtres très différents selon les créas et secteur. Je suis aussi maintenant professeur à l’école NEW3DGE  sur Paris.

 

L’ambiance et le professionnalisme de l’école me plaisent beaucoup. J’aime aussi lever le pied sur des commandes parfois trop alimentaires, afin de me consacrer davantage à mes créations personnelles, notamment sur des projets de peinture qui m’épanouissent pleinement.



Pirate  (numérique)

A Lire également