Rencontre avec l’équipe de la série d’animation Kaeloo – Cube Creative

3DVF : Quel a été le rôle des principaux membres de l’équipe ?

 

 

Rémi Chapotot : Tristan Michel est le directeur artistique du projet. Il s’est occupé tout de suite de tout le côté visuel de la série : décors, ambiance, proportions, détails, certains dessins qui peuvent apparaître. A mon niveau, je suis surtout en charge de la réalisation, du montage des animatiques, de l’écriture et de tout ce qui se rapproche de la pré-production. Pierrot Jacquet est le directeur de production depuis le début de l’aventure ; c’est mon garde-fou et mon meilleur ennemi ! [Rires]

 

En fait, même si à la base ce projet semble surtout venir du fait que Cube aimait mon style graphique, derrière tout ce projet, il y a surtout un énorme travail d’équipe. C’est pour ça que l’on continue à bosser vraiment comme un collectif pour tous les projets qui nous arrivent.

 


 

3DVF : En dehors de Kaeloo, vous avez effectivement travaillé sur d’autres projets, notamment un projet pour Dubaï ?

 

 

Rémi Chapotot : Oui, c’était pour de l’évènementiel, donc très différent de ce que l’on fait d’habitude. Nous disposions d’un système optique qui donnait l’impression que les personnages étaient véritablement sur la scène, en dessin animé, face à un public et avec le créateur à leur côté. On a produit quasiment une heure d’images en à peine 9 mois, ça a été très enrichissant. Pour la première fois, on se retrouvait avec 60 personnes de front sur un projet. Cette expérience a clairement contribuée à développer nos compétences de travail en équipe. D’ailleurs, dans l’absolu, nous aimerions vraiment recréer un peu l’esprit que pouvait avoir les studios Tex Avery, avec un corps créatif complet (boarders, monteurs, musiciens, direction artistique), toute une équipe soudée.


 

3DVF : Tristan, intéressons-nous maintenant à ton travail et à la direction artistique du projet. Sur quoi es-tu parti, quelles références, etc… Bref comment as-tu mis au point l’univers de Kaeloo?

 

 

Tristan Michel : En fait, tout est vraiment parti des personnages de Rémi. Pendant qu’il créait les personnages, j’étais sur un autre projet à Cube, mais nous nous connaissions déjà puisque l’on est issus de la même promo de Supinfocom. Il a donc eu besoin de décors, et je lui ai filé un coup de main le soir, après le boulot. Après avoir fini mon projet, je me suis donc attaqué au pilote, et j’ai travaillé sur les textures, ambiances, etc. Suite au pilote, je suis devenu le directeur artistique de Kaeloo, tout simplement car Rémi avait trop de boulot pour s’en occuper.

 

 

 

 

3DVF : Est-ce que tu peux nous parler de l’aspect visuel des personnages une fois rendus en 3d, le côté très lissé, presque velours des shaders ?

 

 

Tristan Michel :  Les personnages, c’est vraiment Rémi. J’ai fait les textures pour le pilote, et c’est Yannick Castaing qui a géré tout l’aspect shading et rendu de la série. J’avais par contre fait quelques ‘color scripts’, autrement dit, des recherches visuelles en couleur assez poussées sur la série, pour vraiment avoir une idée précise de ce vers quoi on voulait tendre. Pour tout ce qui concerne la création des matériaux et des shaders, c’est vraiment Yannick qui a fait un boulot formidable.

 

Rémi Chapotot :Tristan est trop modeste ; il a eu un grand rôle dans le positionnement de la série, avec la volonté d’obtenir des graphismes les plus lisses possible pour que l’on reste profondément cartoon sur le plan visuel, afin de pouvoir inclure des personnalités ignobles derrière les personnages.

 

Tristan a un style très pastel en peinture, on a donc cherché à retrouver cet aspect de son travail : des personnages très lisses et ronds de loin, mais avec en 3D un petit grain de peau, un petit compromis qui fait que… Voila !


3DVF : Sur les 52 épisodes, introduisez-vous des personnages supplémentaires, de façon ponctuelle ou non, ou bien est-ce que c’est la même équipe de personnages qui reste tout du long ?

 

 

Tristan Michel : On reste principalement sur les mêmes personnages, sachant qu’ils peuvent se déguiser (super héros, Zorro, etc.), parfois aussi se déformer quand ils reçoivent des coups ou sont brûlés…

 


A Lire également