Accueil » Rédactions » Associations : AFIG

Associations : AFIG

AFIG

 

Nous vous avons présenté récemment les associations « les algoristes », le Paris ACM SIGGRAPH ainsi que l’AFRV,  dans notre série d’articles concernant les associations françaises en lien avec la 3D.


Voici une nouvelle interview dans la lignée des précédentes, focalisée cette fois sur l’AFIG (Association Française d’Informatique Graphique).

Jean-Pierre Jessel, président de l’association, a accepté de répondre à nos questions.


Rappelons au passage que les associations intéressées par des interviews sont invitées à nous contacter : benoit –at- 3dvf.fr.

 

 

3DVF : Bonjour Jean-Pierre, et merci d’avoir accepté cette interview. Pourriez-vous nous présenter l’AFIG en quelques mots ?


J.P.J : L’AFIG est une Association loi de 1901 qui se veut représentative de tous les grands courants de l’Informatique Graphique : synthèse d’image, modélisation, animation, visualisation, architecture de machines, interfaces graphiques, réalité virtuelle…

3DVF : Quels sont les objectifs principaux de l’AFIG ?


J.P.J. : Ses principaux buts sont de promouvoir l’Informatique Graphique dans tous ces aspects, enseignement, recherche, études et développements, de privilégier les contacts entre les personnes et les structures intéressées par l’Informatique Graphique, et de faire reconnaître cette communauté par les institutions françaises, européennes et internationales.

 

AFIG

 

3DVF : Depuis quand l’association existe-t-elle ? Quelle est son histoire ?


J.P.J. : La communauté académique en Informatique Graphique  s’est structurée à partir de la fin des années 1980 avec les journées Informatique Géométrique et Graphique. L’association AFIG a été créée en 1993. La création de l’AFIG a été une étape fondatrice pour la communauté, et les Journées de l’AFIG ont été l’occasion de poursuivre les rencontres annuelles initiées auparavant. Ces journées continuent toujours aujourd’hui, toujours avec un rôle structurant et en privilégiant l’échange et l’expression des jeunes chercheurs.

 

3DVF : Quelles sont les activités concrètes des  membres au sein de l’AFIG ?


J.P.J. : L’activité consiste à assurer l’animation scientifique de la communauté de favoriser les rencontres et les échanges, et de permettre aux jeunes chercheurs d’exposer leurs travaux.

 

Ces activités sont organisées autour de Groupes de Travail : Modélisation Géométrique, Animation et Simulation, Rendu et visualisation. Les journées nationales, organisées chaque année par un laboratoire, avec l’aide du CNRS (GDR Informatique Graphique), sont partagées avec le Chapitre français d’Eurographics. Elles permettent à une grande partie de la communauté académique de se retrouver pour communiquer sur des idées ou des  résultats de recherche.

 

Les Groupes de travail organisent aussi des journées pendant l’année, soit sur leur thématique, soit en rencontrant d’autres groupes de notre communauté ou d’autres communautés scientifiques. Certaines de ces journées sont des « Écoles pour jeunes chercheurs » où des chercheurs confirmés présentent des tours d’horizon ou des exposés plus spécialisés.

3DVF : Quel est l’intérêt pour un individu ou une organisation (entreprise ou laboratoire) d’adhérer à l’association ? Quelles sont les conditions d’adhésion ?


J.P.J. : Les membres de l’AFIG sont des individus et des laboratoires. Les entreprises peuvent aussi adhérer, mais leur nombre n’a jamais été important. Elles sont les bienvenues et elles sont néanmoins présentes par des membres qui adhèrent à titre individuel. La seule condition d’adhésion (hormis de payer le cotisation) est l’intérêt (individuel ou collectif pour une institution) porté à l’informatique graphique sous l’un de ces aspects : synthèse d’image, modélisation géométrique, animation et simulation, géométrie algorithmique, géométrie discrète, visualisation scientifique, programmation des cartes graphique, systèmes de réalité virtuelle… L’intérêt pour un individu (travaillant dans un laboratoire ou une entreprise), un laboratoire ou une entreprise d’être membre de l’association est d’avoir un accès plus privilégié aux diverses activités (journées de travail et de conférences) et aux informations échangées entre les membres.

 

3DVF : Combien l’association compte-t-elle de membres ? De quels milieux viennent les adhérents ?
Y a-t-il un « profil type » des membres ?


J.P.J. : L’association compte une centaine de membres en moyenne. Les journées nationales attirent jusqu‘à plus de cent cinquante personnes. La communauté scientifique représente autour de 250 enseignants et/ou chercheurs et autant de doctorants. En associant les communautés de l’Imagerie Médicale, et de la Réalité Virtuelle, ce nombre peut augmenter considérablement. Si l’on ajoute les personnes travaillant en R&D dans les sociétés du domaine, il y a un potentiel de croissance important ! Les adhérents sont d’une part un noyau stable de permanents des laboratoires de recherche et des doctorants qui ne sont adhérents que pendant une partie de leur thèse. En effet les services offerts sont surtout orientés vers les besoins de ce profil.

 

AFIG

 

3DVF : L’AFIG compte donc une forte proportion de membres issus de la recherche française en infographie, un secteur qui n’est sans doute pas assez mis en lumière à l’heure actuelle… Pouvez-vous nous donner quelques exemples d’axes de recherche ou de travaux réalisés par les membres de l’association ?

J.P.J. : Les membres de l’association travaillent sur les différents aspects de la synthèse d’image (modélisation, rendu, animation, interaction). Les travaux les plus sophistiqués s’attaquent aux objets et phénomènes naturels : modélisation de végétaux, de paysages avec simulation du vieillissement, de l’érosion, etc.  ; animation et simulation du vivant ; rendu photo réaliste de phénomènes particuliers ou au contraire rendu expressif. L’interaction peut être vue comme l’introduction de capacités pour rendre robuste la modélisation ou le rendu à l’animation ou aux actions de l’utilisateur ou donner des capacités d’expression à l’utilisateur pour agir avec l’environnement de synthèse.

 

3DVF : Comment se situe l’AFIG, par rapport aux autres associations liées à la 3D en France ? Quelles sont vos spécificités, et quels sont vos liens avec les autres groupes ?


J.P.J. : De nombreux membres sont aussi membres d’associations internationales (Eurographics, ACM, IEEE) ou françaises comme l’AFRV. Certains peuvent être membres de MICADO ou de Paris ACM Siggraph. L’AFIG n’est pas concurrentes de ces associations, mais complémentaire de par les profils professionnels des adhérents qui partagent souvent la même passion de la 3D et les mêmes centres d’intérêts avec des perspectives différentes.

3DVF : Quels sont les projets en cours de l’association ? À quelles manifestations et évènements l’association va-t-elle participer durant l’année 2011 ?


J.P.J. : L’association participe à l’organisation des conférences internationales en France cette année, et commence déjà à préparer Eurographics Symposium on Rendering puis Eurographics dans un proche avenir (avec le chapitre français d’EG).

 

3DVF : Plus globalement, quels sont les axes de développement de l’association, pour les années à venir ?


J.P.J. : Développer les adhésions en essayant de conserver les membres à la sortie des laboratoires, en offrant des services mieux adaptés à ces profils et ainsi entrainer l’adhésion des sociétés du domaine. L’autre axe de développement est le partenariat avec d’autres associations dont les points d’intérêt sont proches des nôtres, tant dans les domaines académiques, industriels que culturels ou artistiques. 

 

ligne

 

3DVF : Quel est votre parcours personnel, et qu’est-ce qui vous a conduit à vos responsabilités actuelles au sein de l’AFIG ?

 

J.P.J. : J’ai fait une thèse puis j’ai été recruté à l’Université : d’abord Maitre de conférences puis professeur. Je suis actuellement responsable d’une équipe de recherche tournée vers les Objets Visuels numériques (2D/3D, réels ou synthétiques). J’ai été secrétaire de l’association pendant plusieurs années puis président depuis plus de cinq ans.

3DVF : Selon vous, quelle est la place de la France par rapport aux autres pays, en ce qui concerne les domaines couverts par l’AFIG ? A-t-elle d’ailleurs une position particulière ? Si oui, pourquoi ? Comment voyez-vous évoluer cette position dans les années à venir ?

J.P.J. : La France est très bien placée face à la concurrence des autres chercheurs étrangers. De la même manière que les artistes français ou que les sociétés travaillant en 3D (on parle de French Touch), la qualité de nos travaux est reconnue depuis longtemps à travers les publications dans EuroGraphics ou Siggraph ou la faciliter de placer les jeunes docteurs (PhD) pour des séjours dans les laboratoires étrangers. Il ne faut pas nous reposer, car la concurrence est importante et se renforce : en Amérique du Nord, en Europe et en Asie (de nombreux chercheurs chinois faisant suite aux Coréens et Japonais).

 

ligne

 

3DVF : L’infographie est plus que jamais un secteur en changement permanent, qu’il s’agisse des révolutions techniques, de leurs applications ou encore de l’évolution du monde du travail. Quelles sont pour vous les tendances de fond qui vont marquer les années à venir ?

J.P.J. : C’est une question difficile. Si l’on regarde l’évolution de ces dernières années, pour les effets spéciaux, les jeux vidéo et les films d’animation, les images et les mondes virtuels sont devenus de plus en plus réalistes et quand elles gardent un aspect cartoon, les images permettent de mieux en mieux transmettre l’émotion des expressions des personnages. En même temps, les images sont sorties des laboratoires académiques et industriels et des sociétés de production, elles sont de plus en plus utilisées dans de nombreux domaines pour concevoir, simuler, illustrer, démontrer, enseigner. Ces tendances vont continuer et se fondre : plus de gens vont pouvoir disposer des outils leur permettant de créer de plus en plus facilement des images de grande qualité pour leurs besoins professionnels ou privés.

Pour en savoir plus :

– Le site officiel de l’association.

AFIG

A Lire également