Accueil » Rédactions » Ryan Church

Ryan Church

 

 

Un Concept Artist donne vie à la vision de l’auteur avant qu’elle ne soit portée au grand écran. Peu de films se fondent autant sur le concept artistique comme le fait la série Star Wars, connue pour son univers vivant. Travaillant en tant que ‘Concept Design Supervisor’ sur l’épisode II de Star Wars et par la suite comme Directeur Artistique Senior sur l’épisode III, Ryan Church est au premier rang de la conception du film. Dans l’épisode III, l’accent mis sur les animatiques montre qu’il a vraiment aidé à visualiser le film entier, jusqu’à l’ambiance et aux palettes de couleurs.




Créer un concept artistique :
Comme beaucoup d’artistes talentueux, Ryan Church a commencé sa carrière très jeune ( 4-5 ans). Sous la direction de son père, Designer Industriel, Church a développé son talent de dessinateur en copiant des images de livres de dinosaures et de vaisseaux spatiaux, ainsi qu’en illustrant des scènes de films. « Le fait que mon père soit Designer Industriel m’a vraiment aidé, explique Church. Son enthousiasme
et sa capacité à me montrer et expliquer les techniques d’illustration m’ont réellement permis de grandir plus vite en tant qu’artiste ».

Church a complété sa formation à l’Art Center ou il a plus appris des autres élèves que des instructeurs. Church est diplômé durant l’hiver 1997 et a directement commencé chez Walt Disney, a fait des recherches de concepts sur des parcs à thème futuriste, et comme free-lance pour Universal Studios. Cinq mois plus tard il intègre ILM comme ‘Concept Designer’ sur un projet numérique. Il déménage du sud de la Californie au nord, et travaille dans le département numérique, tout en enseignant le Design à l’Art Center.


 


Lucasfilm/ILM :
Après deux années de travail sur de nombreux projets numériques, Church change de position et devient Superviseur des designs, place qu’il occupe encore aujourd’hui. « J’ai commencé par travailler sur l’épisode II en décembre 2001″ explique-t-il,  » en créant les fonds et des ébauches de matte paintings pour les animatiques détaillées créées pour ces films ».

De là, le rôle de Church s’est étendu et il a participé aux designs des véhicules, des droïdes, de l’architechture et des environnements présentés sour la forme de croquis, de peintures et d’illustrations finies de production. « En plus de mon coup de crayon, ajoute Church, j’allais chez ILM au département numérique et dirigeais au niveau artistique des modèles 3D, des mattes paintings, des miniatures et les plans finaux qu’ils créaient pour le film. Ma plus grande contribution fut la supervision générale des designs du dernier tiers du film. Ce fut un réel plaisir de voir des plans montrant mes designs de droïdes roulants et de tanks armés lorsqu’ils se battent entre eux sur grand écran ».

 

 


Style visuel :
Church décrit son style visuel comme le désir de pouvoir dépeindre rapidement mais de façons précise sa vision : « J’adore les peintures qui allient action, mouvement et profondeur; des peintures qui immergent le spectateur et lui donne l’impression de participer à la scène. La clef réside dans la composition, qui doit entraîner les yeux du spectateur dans une peinture tout en conservant un aspect dramatique de la scène. J’ai tendance à préférer les illustrations ou le détail est plutôt suggéré que montré, donnant un résultat précis tout en gardant un aspect frais de peinture ».


La progressions artistique de Church commence avec le dessin et les croquis. Il se met par la suite à la peinture et utilise principalement la gouache et l’acrylique. « Que ce soit à l’école ou très tôt dans ma carriere professionnelle, j’ai affiné mon savoir-faire avec les outils traditionnels et appris différentes techniques de rendu, explique t il. Lorsque j’ai commencé à travailler, les ordinateurs devenaient plus rapides et moins chers, et j’ai vite compris les avantages de la peinture numérique dans un environnement professionnel (de même pour les projets personnels).

Le style de Church est aussi influencé par les exigences de son environnement professionnel : « Ces jours-ci la plupart de mes travaux sont finalement assez épurés et faits très rapidement, ce qui est directement dicté par mon instinct et les impératifs de mon travail quotidien. J’aime vraiment faire la différence entre le design d’un objet 3D et le design d’une illustration ou d’un plan (2D). Vous pouvez avoir de supers designs dépeints d’une manière fade ou stérile, tout comme avoir de magnifiques peintures sur les sujets les plus communs. Le summum, c’est lorsqu’on se trouve devant une superbe peinture avec un design génial; c’est ce que je m’efforce de faire.


L’Inspiration :
L’inspiration personnelle de Church lui vient principalement de son enfance : « Je pense qu’aujourd’hui je suis moins impressionnable. Lorsqu’on est jeune, on est si facilement impressionné ! Lorsque je suis confronté à une tâche particulièrement difficile, j’essaye de me rappeler des films que j’ai vus, d’un jouet avec lequel j’ai joué ou d’un musée que j’ai visité, et j’essaye de distiller et  de reproduire mes impressions de cette expérience. Une grande partie de mon travail consiste à peindre des scènes ou des objets que j’ai dans ma tête depuis que je suis tout petit ».

Church pense que pour avoir de l’inspiration lors d’un projet, il suffit de garder son esprit fertile de choses qui nous concernent personnellement.  » Mon thème préféré continue d’être le design de vaisseaux spatiaux et leurs habitacles, aussi beaux et variés qu’ils peuvent l’être. En dehors de cela je ne suis pas très compliqués, le design industriel, l’architecture, et les environnements naturels sont des choses que j’adore concevoir et peindre. Je m’amuse beaucoup en concevant des moments dramatiques et très théâtraux de films. Vous devez être assez créatif pour arriver à illustrer le mouvement, le drame et l’ambiance dans une illustration 2D. Evidemment le plaisir vient plus généralement de la liberté qu’on nous donne. Ma partie préférée de n’importe quel travail est de proposer des choses fraîches et nouvelles. Une variation ou un concept que personne n’a encore vu ou imaginé. Il est merveilleux de pouvoir créer comme cela et d’en partager le résultat avec d’autres à travers une illustration. Je me considère comme étant avant tout un designer, puis un illustrateur et, enfin, un artiste. Etre capable de créer quelque chose et de le rendre sous n’importe quel point de vue pour produire une image superbe procure une très grande satisfaction ».

L’intérêt de Church pour les avions, la conception industrielle et automobile, et les formes naturelles aide à donner du sens à ses designs et à les faire exister dans une certaine réalité. « En tant que designer, je m’intéresse principalement aux véhicules, exlique-t-il, mais le design pour la production cinématographique est souvent en rapport avec l’architecture et les environnements, qui sont de très bon sujets d’étude pour n’importe quelle illustration. Mes premières grosses inspirations sont venues grâce aux designs de Syd Mead, Joe Johnson et Ralph McQuarrie. J’ai découvert leurs travaux très tôt et je m’en suis imprégné. L’industrie actuelle ne serait pas ce qu’elle est sans eux ».


Les outils numériques :
Bien qu’il ait perfectionné ses compétences artistiques dans le milieu traditionnel, Church travaille essentiellement avec l’outil numérique : « Pourtant j’ai toujours un carnet de croquis sous la main, et j’aimerais me remettre au dessin traditionnel pour mes projets professionnels (quand j’aurai plus de temps!). Pour moi l’art digital est plus rapide et plus souple, et permet davantage l’expérimentation dans l’illustration. On n’a plus à se battre avec ses outils comme on le fait avec la peinture traditionnelle. S’asseoir devant un ordinateur rapide, avec un gros moniteur, une grosse tablette graphique et un bon logiciel est la meilleure configuration que j’ai pu obtenir pour retranscrire les idées sorties de mon imagination.


A Lire également