Accueil » Rédactions » FRAT – Court-métrage ESMA 2008

FRAT – Court-métrage ESMA 2008





FRAT

Synopsis :
Dans un monde où la pierre prend peu à peu possession des habitants et les transforme en statues,
Sai, un petit garçon d’une douzaine d’années, détient le pouvoir de guérison grâce à son sang.

Il est depuis l’enfance martyrisé par son grand frère Vlad qui profite de lui et de son don en le battant. Un jour, Vlad concède de prêter Sai (son « médicament ») à ses amis voyous qui en profitent pour guérir leurs plaies et le frapper, le laissant sombrer dans l’inconscience. Dans son rêve, Sai découvre qu’il a lui aussi en lui, profondément enfouie, de la pierre…

Réalisé par :
Sébastien DURAND,Aurélien PEIS, Julien LIMON, Cédric TREZEGUET

Musique Originale :

Trio Zephyr

Son :
Yoann PONCET ; José VICENTE (Studio Des Aviateurs)

Musique aditionnelle :
Empire Of the Death de Florian CLARY et Maxime COUCAUD


3DVF – Salut à vous trois ! Pour commencer, pouvez-vous vous présenter et nous parler de vos rôles respectifs sur le projet ?


JULIEN : Julien Limon, j’ai 23 ans et des poussières et je viens d’Avignon. Je me suis occupé du design des personnages, du storyboard, de la modélisation, la texture, l’éclairage et le rendu des décors extérieurs et des matte-paintings.


SEBASTIEN : Sébastien Durand, j’ai 23 ans et je viens de Marseille. Durant la pré-production, j’ai effectué des recherches graphiques/couleurs, puis j’ai abordé la modélisation des personnages, les systèmes faciaux ainsi que le développement des shaders et de la pipeline de rendu. Pendant une grosse partie de l’année je me suis concentré sur l’animation, la séquence de la caverne, la séquence d’introduction (anim, compo, montage) ainsi que l’intégralité du compositing.


AURELIEN : Aurélien Peis, j’ai 25 ans et je viens de Montpellier. Je me suis occupé du scénario, du découpage technique, du lay-out 3d, du rigging-skinning, d’une grosse partie de l’animation et du montage. Sans oublier Cédric, qui a 24 ans, qui vient de Nîmes, et qui s’est occupé du design des décors, de la modélisation , texture, éclairage et rendus des décors intérieurs, ainsi que des textures des personnages.



3DVF – Comment est née l’idée d’un scénario aussi noir ?



JULIEN : Le scénario de base n’avait pas été écrit pour être drôle. C’était une histoire sur les comportements à risque chez les adolescents. Les statues étaient là pour représenter les adultes. Mais l’histoire avait de gros points faibles et on a travaillé ça tous ensemble pour en arriver à Frat. Mais ce qui nous a le plus motivés, c’était de faire un film différent de ce qui se fait habituellement.


AURELIEN : Nous avions tous envie d’écrire un film différent, nouveau et qui touche à des sujets sensibles. Après quelques mois où nous avons tourné en rond, nous avons trouvé la base de notre histoire qui est la relation entre deux frères. A partir de là, tout s’est décanté, et les différentes envies artistiques que nous avions se sont réunies pour créer une histoire dure et saisissante. La pierre allait servir de socle à nos envies et peu à peu elle est devenue le symbole des mauvais comportements humains. Le personnage de Sai s’est greffé à ce constat et en est devenu le remède. Il est devenu au fil du temps un ange, confronté à un monde totalement mauvais. Nous voulions montrer la bonté humaine, et quoi de mieux que de l’insérer dans un contexte totalement opposé pour la mettre en valeur ?


SEBASTIEN : La 3d est un outil que l’on utilise de manière un peu répétitive ces temps-ci, les films qui sortent au cinéma ou les pubs qui sont produites finissent par toutes se ressembler, on peut nous juger rebelles d’avoir fait ce film, mais c’est avec ce genre de projet que nous avons l’impression de réellement créer et dire quelque chose. Nous voulions avant tout utiliser l’outil fabuleux qu’est la 3d, pour transposer des émotions et des sentiments humains bruts, ne laissant pas indifférent.


A Lire également