Image default

Ghost in the Shell 2017 – Rencontre avec le réalisateur et le superviseur VFX MPC

 

A l’occasion de la sortie du remake live-action du cultissime Ghost in the Shell de Mamoru Oshii, nous avons eu l’opportunité de passer un moment en compagnie de son réalisateur, Rupert Sanders et du superviseur VFX, Axel Bonami, du studio Moving Picture Company, à qui l’on doit la majeure partie des effets spéciaux numériques du film.

 

Voici donc une plongée dans la mise à jour 2017 de cet univers cyberpunk initialement inspiré du célèbre manga de Masamune Shirow !

 


L’édition 1995 à gauche (augmenté avec des plans en CG depuis, mais on vous déconseille…) et le nouveau de Rupert Sanders à droite

 


Datant de 1989, l’œuvre de Shirow a considérablement inspiré la science-fiction contemporaine, réunissant de façons uniques de nombreux thèmes chers à la science-fiction orientée cyberpunk. Les fondements de l’oeuvre trouvent d’ailleurs aujourd’hui un écho sans précédent avec les récentes évolutions du monde : montée en puissance de nouvelles formes d’idéologies et d’extrémismes, fédéralisme et remise en question des frontières, politiques sécuritaires, espionnages massifs, BigData, etc. Ne se contentant pas de dépeindre un monde ultralibéral aux mains à des corporations oligarchiques mafieuses, l’univers de Ghost in the Shell rentre aussi en résonnance avec le discours aussi inquiétant qu’effrayant du transhumanisme.

 


Au-delà de cette dystopie futuriste, Shirow, Oshii et aujourd’hui Sanders, en profitent aussi pour poser de nombreuses questions d’ordre philosophique. Et au-delà de la forme, c’est sans doute cette dimension introspective qui fait la grande force de la licence et qui apporte cette profondeur unique qui a séduit tant de monde. Cependant, les approches divergent. Si le manga originel est d’une complexité macro-politique rarement atteinte dans le genre, le film de Oshii se concentre davantage sur le personnage principal que sur l’écosystème. Au-delà de l’esthétisme, ce nouveau film quant à lui film cherche à préserver l’essence générale tout en se voulant plus accessible. Chaque vision apporte cependant son lot de questions d’avant-garde, toutes sujettes à mûres réflexions : quelle place pour l’intelligence artificielle dans la société ? Quelle place pour l’homme dans une société où le métabolisme et l’esprit peuvent être augmentés à loisir par la technologie ? mais plus fondamentalement : qu’est-ce que le vivant ? Que signifie être “Humain” ? Où, quand, comment, commence la conscience ? L’âme ? le Ghost ? Etc….

Autant de questions qui mériteront beaucoup de réflexions et des réponses dans les décennies à venir. En attendant, voilà de quoi vous plonger dans l’envers du décor de cette nouvelle adaptation avec une rencontre en compagnie de ses auteurs, le réalisateur Rupert Sanders et le superviseur VFX Axel Bonami du studio MPC.

 

 

 

 

 

 

 

 

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

X