Making-of PETA 98 Human – Vince Baertsoen, Head of CG – The Mill NY

 






3DVF – Comment s’est déroulée la collaboration avec l’acteur et quelles ont été les références utilisées ?


Vince : L’acteur nous a aidés sur le tournage pour les émotions. Dans le spot, l’idée était la suivante : il s’agissait d’un personnage enfermé et maltraité depuis des années. Et à la fin, il passe d’un état de curiosité, à celui de la compréhension de ce qu’il lui arrive vraiment, et décide de se suicider. Ce moment était important, car tu dois avoir une émotion dans l’œil et tu dois capturer ça. C’est le travail que l’on a tenté de réaliser avec l’acteur, et puis cela nous a aidés sur le plan éditorial pour faire le framing sur le tournage, et à la fin de faire un montage rapidement. On n’a pas attendu que les animateurs fassent des poses clés.  Ça a énormément aidé pour faciliter le process dans son ensemble.


Nous avons fait un casting de plusieurs personnes, mais c’est cet acteur qui avait le plus d’expressions et qui était assez flexible pour bouger comme un chimpanzé. On ne demandait pas d’avoir un mouvement parfait, mais on demandait un minimum de compréhension de l’animal, de ses mouvements dans l’environnement.

 



3DVF – Est-ce que tu nous parler du système de muscles et de peau que vous avez mis au point pour ce spot ?


Vince :  Je me suis chargé des muscles. Ce que j’ai essayé de faire, c’est de mettre quelque chose en place de simple et rapide. Le gros avantage du système que nous avons développé, c’est que l’on n’a pas besoin de rig. On a mis un squelette dans le rig, qui était contraint. Et quand tu animes, tu avais une version low rez du chimpanzé. Une fois l’animation terminée, proche du résultat final, on exportait ça et le squelette était envoyé dans une scène de muscle TD, afin que tous les muscles se connectent automatiquement sur les os. On a utilisé XSI Softimage, tout a été fait sur ICE, ce qui nous a permis de développer rapidement ces outils. Sans ICE, je pense que l’on serait encore en train de bosser dessus.





3DVF – Que penses-tu de l’arrêt d’XSI ? Quels seront les choix de The Mill pour l’avenir ?


Vince : Pour le moment, on n’a pas encore fait de choix, on regarde ce qui se passe autour de nous. Il y avait de nombreuses rumeurs depuis qu’Autodesk avait racheté Softimage, et on en parlait. Mais je sentais que la fin allait venir. On continuera quand même d’utiliser Softimage, même une fois que le logiciel ne sera plus commercialisé. Le but est de basculer sur quelque chose de plus intéressassent, le plus rapidement possible, mais actuellement il n’y a rien qui est mieux que Softimage. Chez The Mill, on est 80% Maya et 20% XSI, alors cela va nous affecter sur le moment, ce n’est pas un problème comme cela pourrait l’être dans d’autres compagnies qui ne travaillent que sur Softimage.

 


3DVF – Et avec la nouvelle release de Maya pour 2015, ne penses-tu pas que cela pourrait changer les choses ?


Vince : 
Non. Autodesk a essayé de nous en dire un peu plus sur ce qu’ils souhaitaient faire. Mais pour la version 2015, je ne suis pas impressionné. J’attends 2016 et surtout la version d’après. Car à mon avis, s’ils ont vraiment envie de faire les choses comme ils nous l’ont annoncé, il leur faut au moins un an ou pour sortir quelque chose de vraiment correct. C’est donc encore un peu flou. En conséquence, chez The Mill, on ne prend pas encore de décision définitive.


A Lire également