Supamonks : Supermoine Holypop et tests logiciels

Temps de lecture : 11 minutes
Supamonks

Nombreuses giclures de sang, bouteille de Holypop bue par Supermoine, bouteille qui crée une explosion de mousse… Le court présente de nombreux fluides. Comment avez-vous géré cet aspect du projet ?

Maxime: La gestion des fluides et des VFX au sein de ce projet a été l’un des points techniques les plus intéressants à aborder. Il est difficile pour un graphiste FX de travailler avec une animation très cartoon. Ce type de spacing d’animation se trouve en dehors des règles de la physique. Il faut donc modifier ces règles pour accepter l’animation et en définir d’autres pour donner un comportement cartoon aux fluides ! Il y a donc eu un gros travail autour de ce comportement que devaient retranscrire les graphistes.

Supermoine

 

Supermoine
Supermoine
Crédit : Mehdi Leffad

 

Puits

De même, pouvez-vous revenir sur les effets de destruction ? (sol dévasté, puits détruit, …)

Maxime: Créer les effets de destruction a été une partie plutôt amusante. C’est toujours un plaisir pour un graphiste FX de détruire des objets. Même chose pour le travail de modeling et de texturing d’éléments détruits qui est un travail qui laisse une grande part à la créativité.

Le problème s’est posé quand nous nous sommes rendus compte que certaines animation ne pouvaient être faites par des effets dynamiques. Il a donc fallu animer des éléments détruits, objet par objet, comme pour cette scène du puits !

 

Supermoine

 

Comment avez-vous abordé le rigging et l’animation de Supermoine ? Sa carrure a-t-elle posé problème lors des scènes d’action ?

Maxime: Pour ce projet nous avons fait le choix très tôt de ne pas utiliser de dynamiques afin de garder le contrôle pour rester dans l’animation cartoon.
Ce choix nous a donc obligé à pousser le plus possible l’étape de rigging afin de pouvoir contrôler l’animation des vêtements et des cheveux.

Supermoine

Crédit : Mehdi Leffad

Supermoine

 

Supermoine
Crédit : Mehdi Leffad
Color Board
Ci-dessus, le color board du projet.

 

Un soin particulier a été apporté au lighting et à la couleur. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Maxime: Le lighting et la couleur ont été définis en phase de pré-production. Nous avons défini un colorscript et des concepts très détaillés, que nous nous sommes appliqués à suivre au mieux, tout au long de la production, jusqu’aux dernières retouches à l’étalonnage.

 

 

 

Supermoine

 

Quel est votre pipeline logiciel actuel, et quels aspects cherchez-vous à améliorer ?

Maxime : Nous avons déjà développé ici un pipeline solide autour de Photoshop, Maya, Vray, Nuke et After Effect.

Dee: Au delà des solution logicielles choisies, notre volonté est d’accompagner au mieux chacun des talents qui participent à nos projets. C’est dans cet esprit que nous investissons une grande partie de notre développement dans des solutions dédiée à l’organisation de production, l’automatisation des taches et l’intégration d’un maximum de solutions commerciales. Nous aimerions pouvoir accueillir des artistes ayant l’habitude de travailler avec Houdini, Clarisse ou Max sans leur imposer de s’adapter à Maya.

Mouton

Crédit : Mehdi Leffad

Supermoine

A Lire également