Accueil » Rédactions » Nozon : retour le spot MILK

Nozon : retour le spot MILK

Temps de lecture : 11 minutes

Nozon

Il y a quelques semaines, le studio d’animation et effets visuels Nozon dévoilait un spot publicitaire faisant appel à de la simulation de fluides pour Vlam et la European Milk Foundation : des chevaliers liquides émergent d’une étendue de lait…

Nous vous proposons aujourd’hui de revenir sur ce projet, mais aussi sur le studio lui-même. L’occasion notamment d’évoquer Naiad, logiciel de simulation de fluides racheté par Autodesk.
Précisons enfin que Nozon est client de Progiss, la société partenaire de 3DVF.

 

Spot MILK
Director: Raf Wathion
Client: Vlam And European Milk Foundation
Agency: Darwin, Brussels
Production: Czar.be, Brussels

 

3DVF : Pouvez-vous présenter le studio ?

Nozon : Nozon existe depuis 1998 à Bruxelles et Paris.
Nozon est un « private owned » studio spécialisé en VFX et 3D animation. Les propriétaires forment un collectif de compétences techniques et créatives en animation, programmation et développement et compositing. Ils dirigent leurs équipes vers des standards de la post production « high end ».   Les 20 ans d’expérience dans le domaine et leur volonté de créer des images superbes et parfaitement intégrées font la différence.

   
Initialement, Nozon a été créé par des artistes dans le domaine des images de synthèse et de l’animation, Chris Mascarello, Xavier Leconte et Mike de Coninck et rejoint ensuite par un spécialiste en programmation et intelligence artificielle, Tristan Salomé. Ensemble, ils ont développé le studio 3D & animation.

Rarement contents de l’intégration de la 3D dans le live, ils se sont trouvé un partenaire en compositing, James Vanderhaeghen.
En 2004, le studio VFX s’est créé dans sa structure actuelle, offrant un service de qualité en CGI et intégration de la 3D dans le live.
Nozon a travaillé uniquement pour la publicité depuis sa création. Durant ces années, nous avons acquis une réputation de qualité dans le monde de la publicité nationale et internationale.

Depuis 2008, Nozon a étendu ses compétences dans le domaine de la fiction. Nous avons créé un studio à Liège. Nozon a travaillé sur la série Minuscule 2 et travaille actuellement sur le film stéréoscopique Minuscule, Valley of the lost Ants. En automne, Nozon fera le rendering et compositing du film Asterix produit par M6/Araneo.  

Nous avons fait la postproduction de VFX sur deux « award winning » courts métrages : Oh Willy (Marc Roels & Emma De Swaef/Beast Animation)) et Perfect Drug (Toon Aerts/Epidemic) et venons de terminer le court métrage full CGI Mc Trony de Raf Watthion.
Et nous continuons à rechercher des projets excitants…

3DVF : Quels services proposez-vous, et quels sont vos clients types ?

Nozon : Nozon s’occupe de toute la chaîne de postproduction en collaboration étroite avec le réalisateur et producteur pour arriver au résultat créatif souhaité.
Avant le tournage, Nozon aide à la préparation par des réunions techniques, animatiques, programmation motion control si nécessaire, etc.

Pendant le tournage nous nous occupons de la supervision sur le set

En postproduction, nous avons une cellule offline, du color grading sur Scratch, et la chaîne VFX avec un département CGI et un département compositing 2D et 3D.

Ci-dessous, démoreel 2012 de Nozon.

3DVF : Nozon est situé à la fois en France (Paris) et en Belgique (Bruxelles, Liège). Quels sont les avantages et inconvénients de cette situation ? Comment est réparti le travail entre les différentes branches ? Sont-elles autonomes ou fortement liées ?

Nozon : Nozon est constitué de deux sociétés indépendantes, l’une en France à Paris et l’autre en Belgique.
La société française travaille à la fois sur des projets publicitaires, des séries animées et des longs-métrages.
La société Belge à deux établissements : celui de Liège s’occupe principalement des travaux de longue haleine : séries et long-métrage et Bruxelles des travaux publicitaires.
Pour la publicité, l’avantage majeur est la possibilité de lisser les charges de travail entre les deux sociétés. Si l’un a un gros travail à effectuer, il peut faire appel à l’autre pour l’aider. Nos directeurs artistiques : Xavier Leconte pour la France et Chris Mascarello pour la Belgique sont de la même école (au propre comme au figuré) et assurent une vision cohérente des travaux. Du point de vue technique, nous utilisions les mêmes logiciels et partageons nos développements (plugins, scripts, shaders …)

C’est ce qui nous permet d’échanger (relativement) facilement des charges de travail.

Pour les travaux de fiction : séries animées et les longs-métrages, cette présence dans deux pays facilite la mise en place de coproductions.
Au niveau des inconvénients, la gestion de 3 sites et les problèmes de communication sont évidements plus complexes qu’au sein de locaux uniques.

3DVF : Quelle est la taille du studio, et comment sont répartis les effectifs entre les sites ?

Nozon : Entre les 3 sites, en pleine charge, nous montons à un peu plus de 60, répartis grosso modo en 3 fois 20. À l’inverse, en période de creux nous sommes plutôt une vingtaine avec 15 à Bruxelles, 4 à Paris et 1 à Liège.

 

Spot pour Total.
Client: Total
Advertising company: CLM BBDO
Director: Lieven van baelen
Production company: Henry de CZAR

3DVF : Pouvez-vous nous parler de votre pipeline logiciel et de vos choix matériels ?

Nozon : Pour la 3D nous sommes Maya-centriques. Avec MtoA et Arnold pour le rendu (après être passé par Maya Natif, Mental Ray, Maxwell et Air/MayaMan). Autour gravitent Softimage (pour ICE et les simulations), Mari, Massive, Realflow et maintenant Naiad. Plus 15 ans de scripts et de plugins maison.

Au niveau logiciel, on essaie de privilégier les solutions open-source ou en tout cas ouvertes, tel qu’Alembic pour les caches, openEXR pour le format d’image, MtoA pour le rendu Arnold,…

Ne pas être directement dépendant du bon vouloir d’un éditeur pour implémenter une fonction ou corriger un bug est souvent un gain de temps appréciable.
Pour la 2D nous utilisons principalement Nuke et pour les présentations des Flints HD sur Linux.
Hiero fait son chemin et Katana va suivre à priori.
Pour le matériel :
Nous travaillons depuis le début avec Dell pour les workstations, et maintenant pour la render farm.
Sinon, on leur fait des infidélités pour le réseau (du HP-Procurve) et pour les serveurs principaux : du sur-mesure : OpenSolaris /ZFS.

 

Spot pour Yoki
Director: Ismael
Client: Yoki
Agency: Selmore , Amsterdam
Production: Pink Rabbit, Amsterdam

 

Milk

 

3DVF : Évoquons maintenant MILK, la publicité réalisée pour Vlam et la European Milk Foundation. Comment vous êtes-vous retrouvés chargés du projet ? Quelles étaient vos contraintes en termes de temps et de ressources humaines ?

Nozon : Czar.be et Raf Watthion ont gagné la compétition entre trois maisons de production, Nozon a pu convaincre Raf Watthion d’être le meilleur partenaire pour lui pour ce projet parmi 3 studios….
Les chevaliers en « liquid » étaient un challenge qu’on a approché créativement et techniquement en close discussion avec Raf Watthion.
Nous travaillons depuis longtemps avec Raf Wathion, le réalisateur, et nous avions une idée très claire de son niveau d’exigence. Il a une grande habitude de la post-production, il savait que ce serait un processus lent et empirique. Les films avec beaucoup de simulations sont assez frustrants pour les réalisateurs. Ils doivent être très patients et accepter que pour voir un changement il faille de nouveau processer un shot pendant 15 heures.

Nous avons eu la chance d’obtenir plus de 3 mois pour le projet. Ce qui nous a laissé du temps pour gérer les grandes quantités de simulations mises en jeu.
L’équipe au total faisait dans les 8 personnes et nous avons fait appel à un free-lance anglais spécialisé en Naiad pour nous épauler.

3DVF : Une impressionnante simulation de fluides constitue le cœur de la publicité, avec des chevaliers liquides au galop. Quelle a été la démarche artistique derrière cette idée ?

Nozon : L’idée générale était de symboliser les bienfaits du lait au travers de cette charge de chevaliers. La difficulté était que cette scène devait être entièrement générée avec le liquide.

Milk

Milk

A Lire également