Adobe

Nouvel écosystème Adobe Substance 3D : le point sur les outils et le prix

Adobe a dévoilé son nouvel écosystème Substance 3D, un ensemble d’applications qui viennent capitaliser sur le succès de Substance Painter et Designer dans une nouvelle offre.

Au menu :

  • Substance 3D Painter, pour la peinture sur modèles 3D en temps réel ;
  • Substance 3D Designer, pour créer des matériaux et motifs ;
  • Substance 3D Stager, une solution de création et rendu de scènes 3D ;
  • Substance 3D Sampler, pour créer des matériaux et éclairages à partir de photos du monde réel ;
  • Substance 3D Modeler, une solution de sculpture 3D sur ordinateur et en réalité virtuelle, en version beta fermée. Ce produit évoque évidemment le rachat de Medium, acquis auprès de Facebook fin 2019.
  • Aero, un outil de création et partage d’expériences immersives en réalité augmentée, sans code.

La démarche globale d’Adobe face à cette nouvelle collection d’outils est évidente : proposer un écosystème 3D auto suffisant, de la création d’assets à leur rendu/exploitation.

Sans réelle surprise, ce nouvel écosystème est proposé uniquement sous forme d’abonnements.

Adobe propose plusieurs plans :

  • Substance 3D Texturation (avec Painter, Sampler, Designer) pour indépendants et particuliers ;
  • Substance 3D Collection (avec Stager, Painter, Sampler, Designer) pour indépendants/particuliers mais aussi sous forme d’offre pour les équipes/studios.

Les tarifs s’échelonnent d’une vingtaine d’euros par mois pour la première offre, à une centaine pour la seconde en version équipes (après la fin de la promotion de lancement). Bien entendu, des éléments cloud sont intégrés : ressources gratuites, stockage en ligne, accès à Bridge, Fonts, Behance, Portfolio, et pour les équipes une gestion simplifiée des licences.

Une évolution prédite de longue date

La volonté de créer un écosystème complet autour d’un abonnement 3D avait été envisagée par de nombreuses personnes de longue date : les rachats successifs d’Allegorithmic, Medium montraient assez clairement l’objectif d’Adobe.

Bien entendu, Adobe n’entend pas remplacer Maya, Max, Houdini ou Blender (du moins à ce stade). En revanche, pour un secteur comme la photographie virtuelle, la création de packshots et catalogues, l’éditeur souhaite clairement faire en sorte de proposer un workflow de A à Z.

Un écosystème complet, et après ?

Petite révolution ? Début d’une nouvelle aventure prometteuse ? Nous vous laisserons donner votre avis en commentaire.

En complément, les vidéos ci-dessous vous permettront de découvrir la gamme plus en profondeur avec une présentation plus complète par l’équipe Adobe, et des tutoriels pour débuter qui viennent d’arriver en ligne.

A Lire également

3 commentaires

johan26 25 juin 2021 at 22 h 29 min
Vu le peu de mises à jour, Substance Designer à l’air d’etre théoriquement achevé, ils ne savent plus quoi faire d’autre dessus.
Pour Substance Painter c’est à peu près pareil, à part l’ajout d’ilots UVs dans l’UV automatique il n’y a rien d’autre que de l’UI.

Dans un sens c’est plutôt sympa de voir la fin, l’achêvement d’un logiciel qui a presque dix ans.
Ils ont allés au bout du concept et les anciennes licences perpétuelles des anciens ne devraient pas dépérir aussi vite que celles de 3DMAX ou Photoshop.

L’outil de modélisation paramétrique dans susbstance est rigolo et ça va dans le bon sens mais la concurrence est dure face à Blender et Houdini sans abonnements.
Pour ce qui est de Substance Modeler (Medium) Heureusement que 3DVF nous montre des alternatives tout aussi bonnes parce que Adobe n’aura pas le dessus cette fois ci.
Mon seul regret restant Substance Sampler qui n’a hélas pas vraiment d’équivalent à l’heure actuelle même si j’espère que ce n’est qu’une question de temps.

cmonnely 12 juillet 2021 at 18 h 17 min
par la suite est ce que adobe compte nous les rajouter dans notre abonnement cloud ou pas du tout ??
Shadows 13 juillet 2021 at 9 h 49 min
@cmonnely Bonne question ; difficile de prédire l’avenir mais vu la création d’un abonnement cloud séparé, je vois mal Adobe décider ensuite de fusionner le tout sans hausse tarifaire. Une poursuite de l’approche "un Creative Cloud, un cloud 3D séparé" me semble probable.

Laissez un commentaire