Accueil » Microsoft rachète Activision Blizzard pour 60 milliards d’euros (MAJ)

Microsoft rachète Activision Blizzard pour 60 milliards d’euros (MAJ)

Temps de lecture : 3 minutes

Microsoft annonce son intention de racheter Activision Blizzard, ses licences (Call of Duty, Warcraft, Diablo, Overwatch, Candy Crush…) et filiales, qui rejoindront sa branche Microsoft Gaming.

L’accord et en cours de finalisation et se fait pour 95$ par action. Soit près de 70 milliards de dollars au total (environ 60 milliards d’euros), en cash.

Mise à jour : depuis la publication de l’article, de nouveaux éléments ont été dévoilés. En particulier, sur le lien entre l’offre de rachat et les affaires de discrimination/harcèlement, mais aussi sur un possible départ du CEO Bobby Kotick. L’article a été édité en conséquence.
Publication initiale le 18 janvier 2022.

Activision Blizzard, un géant dans la tourmente

Cette annonce intervient dans un contexte difficile pour Activision Blizzard : rappelons que ces derniers mois, le groupe a été secoué face à des révélations de harcèlement sexuel toléré voire encouragé, de harcèlement moral, de discrimination envers les femmes. Pire encore, le PDG Bobby Kotick a été accusé d’avoir été au courant des problèmes internes, sans agir en conséquence.
Nous avions publié un résumé de cette affaire, qui se prolonge encore : le Wall Street Journal avance que 40 employés environ ont été renvoyés depuis juillet, un nombre similaire ayant écopé de mesures disciplinaires.

En parallèle, une pétition exigeant le départ de Bobby Kotick a été signée par environ 20% des équipes (près de 2000 signatures) et rendue publique : une action sans précédent qui montre à quel point la situation est critique.

Un lien entre ces affaires et le rachat ?

Bobby Kotick a donné une interview dans laquelle il explique que le rachat n’a rien à voir avec les affaires qui ont éclaboussé le studio et sur lequel nous revenons plus bas.

Ce ci est contredit par une source de Bloomberg, selon laquelle c’est précisément suite à ces problèmes graves que Microsoft aurait envisagé le rachat, pensant qu’avec cette médiatisation négative et cette pression, Bobby Kotick serait plus susceptibles d’accepter un accord. Kotick aurait d’abord refusé de vendre, et aurait également cherché à voir si d’autres entités pouvaient être intéressées afin de faire grimper les enchères. Mais les déboires d’Activision Blizzard auraient coupé court à la manoeuvre face au reste du conseil d’administration.

Venture Beat avance la thèse inverse, selon laquelle c’est Activision qui aurait approché Microsoft. Autant dire que pour le moment, on manque de certitudes.

Quel avenir pour Bobby Kotick ?

Après ce rachat, la question du maintien ou non de Bobby Kotick à son poste se pose évidemment. Microsoft explique qu’il restera en place, sans évoquer le moindre remplacement pour le moment.

Microsoft se contente d’évoquer un “cheminement vers l’inclusion dans tous les aspects du gaming” à la fois chez les joueuses et joueurs et en interne, sans annoncer de nouvelles mesures concrètes.

Cependant, le Wall Street Journal évoque des sources selon lesquelles en coulisses, Microsoft et Activisions Blizzard se seraient mis d’accord pour pousser Bobby Kotick vers la sortie après la fin du processus de rachat.

Quelles conséquences pour le marché du jeu vidéo ?

Avec ce rachat Microsoft devient le troisième plus gros acteur mondial du jeu vidéo, derrière Tencent et Sony.

Microsoft disposera de 30 studios de développpement interne, sans compter des capacités importantes en édition de titres développés en externe et en esport.

Microsoft précise que son objectif sera de proposer autant de jeux que possible au sein de son abonnement Game Pass, à la fois en nouveaux titres et en s’appuyant sur le catalogue existant d’Activision Blizzard.
De quoi renforcer encore le nombre d’abonnés du Game Pass, qui a déjà dépassé les 25 millions.

Notons que le mobile n’est pas oublié, Candy Crush et son studio King étant affiliés à Activision Blizzard. Microsoft souligne aussi ses intentions sur ce segment, avec une volonté de proposer sur ce type de plateforme ses licences phares.

En bref

Avec cet accord, Microsoft frappe donc un grand coup et bouleverse l’équilibre du secteur.
En parallèle, la confiance explicitement accordée à Bobby Kotick semble fermer la porte à toute idée de son départ, malgré la colère exprimée publiquement par une part importante des équipes.

A Lire également

8 commentaires

frenchy pilou 18 janvier 2022 at 17 h 33 min
C’est une somme non négligeable! :)
Shadows 18 janvier 2022 at 19 h 36 min
Complément : selon le Wall Street Journal, certaines sources internes évoqueraient un départ de Bobby Kotick après le bouclage de la transaction, même si officiellement rien n’est acté.

(article sur abonnement)

Y
Yetee 18 janvier 2022 at 23 h 57 min
Le monde part vraiment en sucette…
TURTLE 19 janvier 2022 at 12 h 54 min
Je trouve que c’est une bonne nouvelle, sans compter le game pass qui devient trés intéressant, Microsoft est train de rassembler sous sa bannière les licences phare du PC des années 90 / 2000
Il y a une vrai identité qui est en train de se créer ou se recréer.
Shadows 19 janvier 2022 at 17 h 07 min
J’ai mis à jour l’article, avec les infos sur le possible départ de Kotick mais aussi sur le fait qu’apparemment, Microsoft a fait l’offre précisément après avoir vu les problèmes internes d’Activision Blizzard, dans l’idée qu’ils seraient plus à même d’accepter un deal.
johan26 21 janvier 2022 at 22 h 36 min
Etonnant que le titre soit racheté à $95 alors qu’il était à $65 au moment de l’annonce. Il doit y avoir une raison. Et dire que Vivendi les avait dans la main.

Il est fait mention dans le communiqué qu’ils constatent que 95% des trois milliards de joueurs sont des joueurs mobiles. Donc rien à voir avec le AAA.
Kotick a l’air traumatisé par Genshin Impact, Roblox, PUBG et Minecraft. Cette course contre les jeux mobiles et bacs à sables électronique est assez triste.

C’est cinglé de convoiter les revenus du marché mobile chinois. Ni Activision, ni Blizzard in MSFT ne savent faire des jeux mobiles, seul KING s’en sort.
Ils n’ont pas retenus les leçons d’hollywood qui après s’etre vendus corps et ame à la Chine se font à présent humilier et bouder par le public chinois.

A moins bien entendu que tout ne soit qu’un subterfuge pour se parachuter hors des mutineries sociales en interne; vive l’acquisition empoisonnée.
Etant donné que la majorité des studios sont en Californie, Microsoft ne se rend pas compte qu’ils viennent d’acheter des machines à problèmes :cool:

K
kin4n 23 janvier 2022 at 10 h 19 min
95% des trois milliards de joueurs sont des joueurs mobiles. Euuh c est completement faux. Et meme les statistiques (les plus fiables etant ceux de statistica) sont biaises. Ils ne prennent en compte que les revenus. Or il le modele economique n est pas le meme. d un cote t as des jeux indiens avec 3 pubs toutes les 2 secondes, qui visent les moins de 5 ans et qui polluent le marche mobile, et de l autre t as un modele economique classique console (achat du jeu, ou achat ingame). Les stats actuels sont de 2.2Milliards de joueurs mobiles. pour 3M de joueurs. Mais quasiment tous les joueurs de moins de 25 ans ont une console. Les stats ne se basent que sur les depenses. Mais c est la ou le biais encore plus faux. Les tranches d age qui jouent le plus, sont celles qui depensent le moins, mais rapportent le plus au marche publicitaire (les petits victimes des pubs). viennent ensuite les victimes des pay to win, puis les adultes qui achetent des coeurs pour jouer. Mais l ensemble reste un marche publicitaire. C est un peu comme comparer des pommes et des clous.
K
kin4n 23 janvier 2022 at 10 h 24 min

Laissez un commentaire