Immersion

Les Fées Spéciales mêlent sculpture et technologie à Annecy

Dans le cadre de la sélection XR du Festival d’Annecy, l’équipe du studio Les Fées Spéciales a présenté un projet atypique au croisement de l’art et de l’environnement.

L’objectif : créer une installation qui puisse sensibiliser le grand public au sort des zones humides, qui abritent une faune et une flore unique mais sont victimes des activités humaines. Les politiques font aussi partie du public visé, les élus ayant une grande influence sur la préservation de ces lieux si particuliers (par exemple, en choisissant d’y autoriser ou non la construction d’un supermarché).

Le projet s’appuie sur une oeuvre sculptée d’Anne-Lise Koehler, augmentée grâce aux talents des Fées Spéciales : une tablette permet au public, en réalité augmentée, d’afficher des animaux, de voir le défilement des saisons, d’explorer le cycle de l’eau… Voici un aperçu vidéo du résultat :

Le studio nous a donné quelques détails sur les coulisses du projet. Il a notamment fallu numériser la sculpture par photogrammétrie, afin d’en avoir un double numérique et de bien caler les éléments 3D.
Ces éléments 3D, d’ailleurs, sont eux aussi en partie issus de photogrammétrie, Anne-Lise Koehler ayant réalisé des sculptures des animaux qu’il a fallu scanner, nettoyer, rigger, animer.

Numérisation sous Meshroom de la sculpture
Création des animaux physiques, qui seront ensuite numérisés et animés

L’équipe des Fées Spéciales a eu quelques surprises en cours de route : il s’agissait de son premier projet en réalité augmentée, d’où un certain nombre de surprises, essais, expérimentations :

  • L’équipe a rapidement réalisé lors des tests que la perception du temps est différente en AR par rapport à un film animé classique. Il a été nécessaire raccourcir les boucles d’animation, typiquement une animation pédagogique d’une minute est beaucoup trop longue et il faudra plutôt viser les 30 secondes ;
  • pour les interactions et l’activation de fiches d’informations, l’usage du doigt a rapidement été écartée : tout ce qui nécessite de tenir moins fermement la tablette est un risque supplémentaire de chute et donc de casse. Des essais ont été faits en utilisant une bascule à 90° de l’écran comme déclencheur, mais cela n’a pas non plus été concluant : finalement, les fiches s’activent sur la tablette en visant des cibles ;
  • Les Fées Spéciales ont hésité entre une approche de repérage par marqueur ou via la reconnaissance 3D de la surface de l’oeuvre. Si cette seconde approche est plus « magique » d’un point de vue utilisateur, elle s’est avérée inadaptée car trop instable, sans compter que certains éléments de la sculpture (les plantes) peuvent bouger lors d’un transport ou au fil du temps, ce qui gênerait la reconnaissance. Au final, un marqueur (esthétisé et sous forme de logo sur le socle de la sculpture) a donc été retenu.

Axel Wolff, responsable du pôle Bouches-du-Rhône – Zones humides au Conservatoire des Espaces naturels – PACA, a de son côté souligné que la médiation reste indispensable avec ce type de dispositif : il faut une personne dédiée afin de pouvoir guider le public si nécessaire.

Un mot sur l’aspect économique : le budget théorique du projet est de 74 000€, mais en pratique les entités impliquées ont investi davantage, et le bilan est donc dans le rouge. Un dépassement qui s’explique notamment par le fait que Les Fées Spéciales ont expérimenté dans un domaine hors de leur zone de travail habituelle. Une rentabilisation n’est toutefois pas exclue : le projet a été pensé avec des modules transportables, et des partenariats pourront être mis en place avec diverses entités.

Pour finir, on pourra saluer le choix des Fées Spéciales de proposer une démonstration sur scène du projet, avec la sculpture et en direct : le tout sans problème technique, malgré un éclairage assez tamisé.

Crédits du projet :

Outil de médiation développé par Les Fées Spéciales, avec et pour le CEN PACA à partir des œuvres d’Anne-Lise Koehler dans le cadre du Congrès mondial de la Nature du l’UICN.

CEN PACA

Responsables scientifiques : Bénédicte Meffre, Axel Wolff, Hubert Dupiczak et Emeline Oulès.

Produit par : Les Fées Spéciales et leConservatoire d’espaces naturels de PACA en partenariat avec l’Agence de l’eau et le Département 13.

Les Fées Spéciales

Réalisation et animation 2D : Eric Serre

Direction artistique et sculpture : Anne-Lise Koehler

Directeur technique : Flavio Perez

Directrice financière : Sophie Marron

Suivi de production : Natalène Darfeuille

Développement Unity : Simon Galland

Rig, photogramétrie et retopologie : Damien Picard et Pascal Larramendy

Artiste technique : Gnoumagbée Camara

Animation 3D : Ghislaine Serre – Ameglio

Recherche de concept : Duy Nguyen

Stagiaires 3D : Maxime Debocq et Guillaume Collin

Graphisme et ergonomie : Marie Saby

Immersion a été réalisé avec des outils libres développés dans le cadre du programme Transmédia.

A Lire également

Laissez un commentaire