Lidar HD

Le pari de l’IGN avec Lidar HD : numériser la France entière en 3D

L’IGN annonce Lidar HD, un ambitieux programme qui vise à numériser en 3D la France, Outremer inclus (à l’exception de la Guyane, qui fera l’objet de mesures spécifiques).
La campagne de collecte produira des données d’une précision jusqu’ici jamais vue : 10 points de mesure en moyenne pour chaque mètre carré du sol français. 3 Péta-octets de données.

Au coeur du projet, le Lidar

Comme le nom Lidar HD l’indique, la numérisation se fera par Lidar, une technologie désormais incontournable qui a de gros atouts, comme la capacités de numériser à la fois un couvert végétal et le sol caché dessous.
Sur le plan technique, le Lidar s’appuie sur l’envoi d’ondes en infrarouge proche vers la surface à numériser (ici, le sol) ; en mesurant le temps mis par celles-ci pour revenir, on peut en déduire les éléments du relief avec une grande précision.

Quels objectifs ?

Ces données auront des usages massifs : aménagement du territoire, prévention des risques tels que les inondations, analyse des ressources forestières, transition énergétique, gestion de la biodiversité, mais aussi recherche scientifique : on imagine que les archéologues, par exemple, en profiteront pour découvrir de nouveaux sites à fouiller. Sans compter d’éventuels futurs usages dont on ne soupçonne même pas encore l’existence.
Les données seront « riches, fiables, ouvertes et accessibles à tous », promet l’IGN.

Avec quels moyens ?

Vu l’ampleur de la tâche, les moyens déployés sont eux aussi massifs : 60 millions d’euros de budget estimé, 5 ans de travail, 7000h de vol, 4 groupements de sous-traitants en appui (Avineon / APEI, Geofit /Geofly, Sintegra / Pixair / BlueSky, Eurosense / SFS)

Coordonné par l’IGN, le programme s’appuie en pratique sur de nombreux partenaires : ministère de la transition écologique, ministère de l’agriculture et de l’alimentation, région Occitanie, sous-traitants divers pour l’acquisition et le traitement.

Avancée et suivi

En pratique, le Sud de la France va être numérisé en premier, suivi du reste du territoire. Le résultat sera un ensemble de données traitées (« nuages de points classés, modèles numériques de terrain, modèles numériques de surface, modèles numériques de hauteur ») qui seront hébergées par l’IGN ; l’institut aura aussi pour mission d’accompagner les entités qui utiliseront ces données : un des objectifs étant d’aider les PME à se développer grâce à ces données.

Il sera possible de suivre l’avancement sur le site de l’IGN, via une carte dont une capture est disponible ci-dessous.

A Lire également

8 commentaires

tibop 13 juillet 2021 at 20 h 29 min
Super initiative, mais dans quel but?
tibop 13 juillet 2021 at 20 h 32 min
Ah ba oui c’est décrit dans l’article
Shadows 13 juillet 2021 at 20 h 49 min
@tibop Voilà. :)
Du coup j’ai rajouté des intertitres histoire d’améliorer la lisibilité. ;)
tibop 13 juillet 2021 at 21 h 38 min
Au top!
P
pixym 14 juillet 2021 at 15 h 49 min
Quid des départements d’outre mer ?
Shadows 14 juillet 2021 at 17 h 56 min
@pixym J’en parle dans l’article: la Guyane est exclue et aura droit à un plan spécifique, mais tout le reste est inclus dans cette campagne.
TURTLE 15 juillet 2021 at 11 h 17 min
Surement encore un truc payé par le contribuable et qui sera récupéré par apple et google dés qu’ils en auront l’occasion pour leur gps.
Shadows 21 juillet 2021 at 10 h 24 min
@TURTLE Par eux mais pas seulement : n’importe quelle PME pourra y avoir accès, normalement, et comme indiqué dans l’article il y aura même une aide pour celles-ci.
On peut imaginer des usages très ciblés n’intéressant pas les GAFAM, j’imagine par exemple qu’en agriculture ou agroforesterie, avec le relief précis et un calcul de l’orientation solaire + la météo, on peut avoir des choses intéressantes.

Plus largement, l’actu récente en Allemagne montre que malheureusement, rien que l’aspect prévention des inondations peut vite rentabiliser la chose.

Laissez un commentaire