Le nouveau NVIDIA Studio Driver accélère vos applications créatives

NVIDIA a lancé il y a quelques jours une nouvelle version de son NVIDIA Studio Driver. Il prend en compte les dernières versions de plusieurs logiciels : Cinema 4D R21, Adobe Lightroom Classic 8.4, Adobe Substance Designer 2019.2, DaVinci Resolve Studio 16.0 et enfin Unreal Engine 4.23.
Toutes ces mises à jour ont évidemment en commun le fait de s’appuyer en partie sur le GPU, via la technologie RTX dans certains cas.

Le nouveau driver peut être téléchargé chez NVIDIA. Quelques précisions : d’une part, il vous faudra disposer d’une carte graphique de type Pascal, Turing ou Volta (tous les modèles n’étant pas supportés). D’autre part, il reste possible de basculer du driver Game Ready au driver Studio via l’application GeForce Experience.

A Lire également

10 commentaires

Lugi 11 septembre 2019 at 0 h 18 min

On peut avoir les deux et switcher à loisirs ?

Réponse
XtaaZ 11 septembre 2019 at 10 h 54 min

J’ai test hier, le switch consiste a installer le driver que tu veux. Du coup c’est pas vraiment un switch a proprement parle, moi qui pensais que NVidia avait trouve un moyen de reellement switcher entre les deux 😛

Réponse
Shadows 11 septembre 2019 at 9 h 55 min
Tout à fait, comme indiqué (très brièvement) en fin d’article. GeForce Experience permet d’installer les deux drivers puis de basculer de l’un à l’aitre via le menu en haut à droite : ça se fait en deux clics, normalement.

Après, si tu ne joues pas aux jeux dès leur sortie, tu peux sans doute te contenter du Studio : il est mis à jour moins souvent mais quand il l’est, il contient a priori aussi les correctifs et optimisations pour les jeux, pas juste pour les outils créatifs.

Afficher la pièce jointe 39543

Réponse
vinc3r 11 septembre 2019 at 16 h 14 min
Tiens d’ailleurs est-ce qu’il existe des articles ou interviews à propos du système de màj des drivers Nvidia ? J’ai toujours trouvé ça bizarre leur logique de patcher les drivers en fonction d’un jeu, plutôt que d’améliorer de façon générale le bouzin (et de laisser le soin aux dev’ d’applications d’optimiser leur code).

Parce que bon un driver qui pèse 500 Mo, ça serait pas Nvidia je me dirais que c’est bien codé avec les pieds (en fait je me le dis même si c’est Nvidia)…

Réponse
Shadows 11 septembre 2019 at 16 h 38 min
laisser le soin aux dev’ d’applications d’optimiser leur code

Malheureusement ça me semble très optimiste, surtout côté jeux vidéo où les délais sont très serrés…

Réponse
vinc3r 12 septembre 2019 at 11 h 51 min
Mais du coup ça m’intéressarait de savoir comment un driver peut apporter des modifs spécifiques à un jeu. Je veux dire, pourquoi pas des modifs spécifiques à un moteur 3D, ça parait moins déconnant, mais juste sur un jeu ? Ou alors quand dans leur changelog ils citent un jeu, c’est peut-être pour communiquer au grand public, mais derrière il s’agirait en fait de patchs améliorant le dialogue avec les moteurs utilisés ?
Réponse
Shadows 12 septembre 2019 at 12 h 04 min
Non, il y a vraiment des améliorations spécifiques à tel ou tel titre. Et pas que dans les jeux : ça se fait aussi pour les outils 3D pro.
Si tu regardes les notes de version, d’ailleurs, ça ne se limite pas à des améliorations globales, il y a des bugs corrigés spécifiquement sur un soft. Tu peux donc avoir un correctif inclus uniquement parce que tel jeu a un menu qui scintille, ou que tel autre crashe dans certains cas.
Réponse
Shadows 20 septembre 2019 at 21 h 29 min
@vinc3r J’ai justement évoqué depuis le sujet avec un responsable NVIDIA, qui me rappelait l’exemple de Battlefield V : à la sortie, RTX plombait les perfs, NVIDIA est arrivé derrière pour optimiser tout ça. Grosso modo, les devs y étaient allés trop fort et utilisaient du raytracing en excès, les ingés de NVIDIA ont aidé à alléger la chose.

Côté drivers, on retrouve ce genre de bidouille au cas par cas : quelque part, c’est un peu comme si les studios externalisaient à NVIDIA une partie du développement. Le driver se met à réparer des bugs, des choses mal codées qui causaient des crash, à bypasser un fonctionnement théorique, etc. Et NVIDIA a intérêt commercialement à le faire, sinon les joueurs accusent leurs GPUs.

Evidemment, les délais serrés dans le secteur du jeu n’aident pas à faire en sorte que les studios sortent qqch de propre.

Réponse
vinc3r 23 septembre 2019 at 9 h 40 min
OK, merci pour la précision, ils rattrapent les pots cassés quoi. Et NVidia interviendrait donc non seulement sur leurs drivers, mais aussi en conseil sur le code des jeux eux-mêmes ? Ça ne parait pas déconnant. Mais je continue à penser que cet empilement de patchs spécifique à des jeux est plutôt casse-gueule sur le long terme, les studios de jeux ont eux aussi à faire un effort pour leur image, même si c’est la norme pour les AAA de sortir une version officielle aussi bugguée qu’une bêta…
Réponse
Shadows 23 septembre 2019 at 15 h 19 min
C’est tout le souci : les joueurs acceptent les AAA buggés qui nécessitent des patchs multiples, donc l’incitation à changer les pratiques est faible.
Par contre NVIDIA investit dans le développement d’outils de debugging/profiling, qui permettent théoriquement de développer des choses plus proprement…
Réponse

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

This site uses XenWord.
X