This is the way

Le compositing sera-t-il tué par la production virtuelle et les écrans LED ? (non, et voici pourquoi)

A découvrir chez BorisFX, un article de Steve Wright, vétéran du compositing. Il tente de répondre à une interrogation soulevée par l’explosion de la production virtuelle et des décors à écrans LED : puisque ces système permettent de capturer les images directement et sans fond vert classique, le compositing va-t-il devenir obsolète ? Ou, au minimum, risque-t-il de voir son champ d’action se réduire très fortement ?

C’est un « non » net et clair que propose Steve Wright en réponse.
Il s’appuie ici sur plusieurs arguments :

  • les systèmes LEDs ont de nombreux défauts techniques encore non résolus : effet de moiré (qui peut se compenser en ayant une profondeur de champ réduite, mais cela limite de fait l’usage des écrans LED), métamérisme (le spectre ponctuel des éclairages LED peut créer un rendu colorimétrique gênant pour les costumes et props, ce qui implique une correction en post-production), la nécessité de masquer numériquement la frontière entre le sol physique et le bas des écrans LED, les problèmes liés à la latence d’affichage, les limites de l’éclairage par écrans…
  • des contraintes plutôt liées à l’usage actuel des systèmes de production virtuelle : l’utilisation de proxies pour la géométrie et non de modèles très haute résolution, la nécessité de combiner des éléments filmés sur plateau, affichés par exemple avec Unreal Engine, et des effets créés avec des moteurs de rendu classiques, le fait que les plateaux virtuels continuent d’utiliser des fonds verts (quitte à ce qu’ils soient eux-mêmes virtuels et affichés sur le mur de LEDs)…

Steve Wright se veut donc rassurant dans son article. On pourra aussi ajouter que le compositing peut évoluer et non disparaître : ainsi, Chermaine Chan, spécialiste du compositing chez ILM, est devenue spécialiste du compositing on set à l’occasion de la série The Mandalorian. Enfin, on pourra rappeler que lors du SATIS, et durant une table ronde sur les effets visuels, un réalisateur à qui l’on demandait ce qu’il pensait de ces techniques de production virtuelle… A spontanément demandé s’il restait tout de même possible de faire des changements en post-production. Le confort de pouvoir modifier des éléments au compositing est tel qu’il restera probablement d’actualité très, très longtemps encore…

A Lire également

1 commentaire

johan26 30 décembre 2020 at 20 h 11 min
Vu a quel point la mode est à la profondeur de champ bien floue et les gens dénigrent la 8K, je sais pas si le moiré est si problématique…
Pour l’IRC/CRI (Metameters) là encore il chipotte un peu…

Laissez un commentaire