inciprocal

inciprocal, spécialiste de la capture d’assets

Découvrez les travaux d’inciprocal, sociétée fondée par Dmitry Andreev (qui a notamment été Senior Rendering Engineer chez LucasArts, Visceral Games) et spécialisée dans la numérisation d’objets réels pour la VR/AR, les effets visuels, le e-commerce et le jeu vidéo.

Inciprocal a développé un pipeline propriétaire de numérisation d’assets pour en faire des modèles 3D. L’entreprise ne se contente pas d’une simple numérisation par photogrammétrie : le studio utilise un mélange de techniques au croisement de la photogrammétrie, de la lumière structurée (projection de motifs sur l’objet pour en déterminer le relief) et de la photométrie (généralement utilisée pour capturer des visages humains dans les VFX, avec une capture du sujet sous des éclairages très divers).

Chaque technique apporte des données utiles, qu’il s’agisse des propriétés de la surface ou de la forme de l’objet. Inciprocal utilise aussi, selon les besoins, de la capture HDR, des marqueurs ou même une atmosphère contrôlée afin de couvrir l’objet d’humidité pour rendre des différences de surfaces plus visibles.

Le processus est largement automatisé, l’intervention humaine se limitant surtout à modifier la position du sujet numérisé, changer un support, etc. Selon le type de matériau et la complexité de l’objet, la capture prend entre 5 et 30 minutes, plusieurs heures dans les cas les plus difficiles.

Le résultat de la séance : quelques milliers à dizaines de milliers de photos, qui sont ensuite traitées et combinées pour donner la géométrie, puis la texture PBR. Inciprocal précise que c’est le texturing qui demande le plus de soin : la précision du matériau est plus importante pour le réalisme visuel que les détails géométriques.
Inciprocal s’aligne sur le modèle de shading physique de Disney et produit des maps variées : Diffuse Albedo, GGX Roughness, Colored GGX F0 Reflectance, GGX et/ou Diffuse Normals…

De gauche à droite : vraie photo, rendu sous Blender/Cycles, rendu temps réel sous Sketchfab.

Enfin, Inciprocal précise qu’une de ses forces est d’utiliser les photos de capture comme référence : en faisant un rendu du modèle 3D sous des conditions identiques à celles de la capture, il est possible de vérifier et garantir la précision du résultat. Inciprocal dispose même d’un pipeline de validation artistique dédié, qui implique des photos dans des conditions proches de celles de films ou publicités (fond uni, softboxes, etc).

Si Inciprocal propose avant tout ses services en direct à des studios, les contraintes de confidentialité l’empêchent de montrer certains travaux. L’entreprise a donc opté pour la mise en place d’un portfolio sur Sketchfab, avec des assets à bas prix : le but étant en grande partie l’autopromotion, Inciprocal a préférer garder des tarifs largement inférieurs à ceux qui seraient normalement demandés auprès d’un client.

Précisons enfin qu’outre la numérisation à la demande, Inciprocal propose aussi du service aux entreprises, par exemple pour un studio qui souhaiterait mettre en place son propre pipeline.

Pour plus d’informations, on pourra visiter le site d’inciprocal, son compte Twitter, et un article sur Sketchfab qui donne quelques détails supplémentaires (et fut l’une des sources utilisées pour notre article).

A Lire également

1 commentaire

phicata 28 mai 2021 at 17 h 11 min
Qualité impressionnante

Laissez un commentaire