Débuts désastreux pour le film Playmobil aux USA

Le week-end de lancement d’un film est crucial : en dehors de cas particuliers (films à petit budget dont la distribution s’appuie sur le bouche à oreille, par exemple) il s’agit bien souvent d’un très bon moyen de prédire le succès global d’un long-métrage.
Dans ces conditions, le score de Playmobil Le Film aux USA ce week-end a tout d’un désastre. Le film n’a rapporté que 656 530$ sur place, bien loin des projections de spécialistes (2 à 3 millions) pourtant déjà décevantes et malgré plus de 2300 salles dédiées.

Au total, le film a rapporté à peine plus de 13 millions de dollars dans le monde, et a déjà épuisé plusieurs marchés importants. Le budget de production, lui, serait de l’ordre de 75 millions.
Sauf retournement de situation jamais vu, le film s’achemine donc vers un bilan très déficitaire.

Le pari initial semblait pourtant intéressant : au vu de l’énorme succès de La Grande Aventure Lego, un film s’appuyant sur d’autres jouets animés avait du potentiel. Le problème : les audiences se sont rapidement lassées, comme l’ont montré les suites du film Lego qui n’ont pas su rapporter autant que le premier opus.

Outre cet essoufflement, les choix artistiques retenus par le réalisateur Lino DiSalvo et le studio On Animation n’ont su convaincre ni la critique ni le grand public qui a vu le film : une bonne dose d’humour et d’univers différents à la Grande Aventure Lego, une trame scénaristique centrée sur une soeur et son frère projetés dans un univers de jouets qui évoque certains longs-métrages des années 90, et enfin plusieurs chansons de qualité très inégale. Enfin, de nombreuses critiques ont évidemment fait la comparaison avec La Grande Aventure Lego, au détriment de Playmobil.

A Lire également

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

X