Critique : Yakari arrive sur grand écran, l’aventure est-elle au rendez-vous?

Le 12 août prochain sortira en France Yakari – La Grande aventure, réalisé par Xavier Giacometti, coréalisé par Toby Genkel. Le célèbre personnage de bande dessinée, né en 1969, nous propose ici de le suivre dans les grandes plaines et même au-delà :

Alors que la migration de sa tribu est imminente, Yakari le petit Sioux part vers l’inconnu pour suivre la piste de Petit-Tonnerre, un mustang réputé indomptable. En chemin, Yakari fera la rencontre magique de Grand-Aigle, son animal totem, de qui il recevra une superbe plume… et un don incroyable : pouvoir parler aux animaux. Seul pour la première fois, sa quête va l’entraîner à travers les plaines, jusqu’au territoire des terribles chasseurs à peaux de puma… Mais comment retrouver la trace du tipi ? Au bout du voyage, le souffle de l’aventure scellera pour toujours l’amitié entre le plus brave des papooses et le mustang plus rapide que le vent.

Que vaut ce nouveau long-métrage ? Quelques éléments de réponse avec notre critique.

Un parti pris graphique réussi

Visuellement, Yakari – La Grande aventure atteint pleinement son but. Si l’auteur de ces lignes n’apprécie pas toujours la 3D avec cel-shading, il faut bien avouer que le résultat est très propre, et que la 3D des personnages se marie bien avec les décors 2D. Ces derniers sont d’ailleurs particulièrement diversifiés et soignés. Sans compter que se plonger dans les grands espaces après plusieurs mois de confinement est, très clairement, un vrai plaisir. Du côté animation, dans l’ensemble, rien à redire là encore.

Le film bénéficie ici à la fois de l’expérience de la série et d’un budget (8 millions d’euros environ) suffisant pour donner corps à un scénario qui demandait de nombreux changements de lieux et des personnages très divers. La mise en scène prend soin de mettre le tout en valeur, certains plans étant même d’une beauté et d’une fulgurance graphique mémorables.

Des personnages variés, un scénario en demi-teinte

Après la forme, place au fond. Mettre en scène la rencontre initiale entre Yakari et Petit-Tonnerre permettra aux enfants n’ayant jamais vu la série ou lu les bandes dessinées de rentrer sans peine dans l’histoire.
Cette rencontre est aussi l’occasion d’évoquer certaines thématiques : Petit-Tonnerre qui explique à Yakari qu’il n’a pas le droit de monter sur son dos sans permission, et le cheval se permet même une critique des Sioux car, explique-t-il, en attrapant des chevaux ils ne valent pas mieux que les terribles chasseurs à peaux de puma. Ce message et la volonté de liberté de Petit-Tonnerre sont intéressants, et on regrette d’ailleurs que cette idée soit finalement peu exploitée (les propos n’auront pas de réelles conséquences en dehors de la relation entre le cheval et son petit compagnon).

Autre regret, la trame générale du film : le concept du personnage principal perdu loin de sa famille, qui doit retrouver les siens et se fait des amis en chemin, est malheureusement vu et revu. On aurait souhaité plus d’originalité à ce niveau, d’autant que les péripéties s’enchaînent et sont résolues rapidement.

Pour le reste, Yakari – La Grande aventure nous propose une sympathique série de personnages, qu’ils soient humains ou animaux. Les rencontres sont variées, et sont bien souvent l’occasion de glisser quelques pointes d’humour. Le coeur du film reste évidemment la relation entre Yakari et Petit-Tonnerre, qui va se développer au fil du temps.

Un peu de fraîcheur au coeur de l’été

Vous l’aurez compris : si nous avons apprécié la patte graphique de Yakari – La Grande aventure, nous sommes restés sur notre faim en ce qui concerne le scénario convenu que les obstacles et péripéties ne suffisent pas à rendre vraiment original. On peut espérer qu’une future suite prendra plus de risques.

D’ici là et malgré ses maladresses d’écriture, Yakari – La Grande aventure risque tout de même fort de trouver son public. La promesse de dépaysement, l’amitié et l’humour vont sans aucun doute conquérir de nombreux enfants.

Yakari – La Grande aventure, au cinéma dès le 12 août, d’après la bande dessinée de Derib + Job – Le Lombard.
Réalisation Xavier Giacometti, co-réalisation Toby Genkel, coproduction de Dargaud Media, WunderWerk, Belvision, Bac Films Production, France 3 Cinema, leonine Studios, WDR, Gao Shan Pictures, Dupuis Audiovisuel. Distribution par Bac Films.

A Lire également

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite