Critique : Lupin III the First a-t-il su voler notre coeur ?

Au milieu d’une hécatombe de reports ou de diffusions en streaming, Lupin III The First tient bon : il sort aujourd’hui dans les salles françaises.

50 ans après sa naissance, Lupin III rencontre l’animation 3D

Réalisé par Takashi Yamazaki, le film adapte pour la première fois en animation 3D la licence créée par Monkey Punch il y a un demi siècle. Vous connaissez peut-être déjà le personnage Lupin III via la série animée Edgar, détective cambrioleur (pour des raisons de droits, le personnage avait été renommé). A moins que vous ne l’ayez découvert via l’adaptation Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki.

Si en revanche le cambrioleur ne vous dit rien, retenez que Lupin III est le petit-fils du célèbre Arsène Lupin, né d’une mère japonaise. Il a hérité de son ancêtre un talent certain pour le cambriolage et l’effraction.

Ce nouveau long-métrage met en scène Lupin III, des compagnons de route hauts en couleurs, ainsi que la jeune Laëtitia, passionnée d’archéologie et à la recherche d’un mystérieux journal…

Le cultissime «gentleman cambrioleur» Lupin III revient dans une aventure effrénée, pour la première fois au cinéma en France et marque son grand retour au pays de son illustre grand-père !
Il s’associe à la jeune Laëtitia pour faire main basse sur le journal de Bresson, un trésor que même Arsène Lupin n’a jamais réussi à dérober.
Alors que Lupin III et ses compagnons se démènent pour dénouer les secrets du fameux journal, ils doivent faire face à une sombre cabale poursuivant d’horribles desseins.

Nazis et artefacts : l’Indiana Jones 4 que l’on n’a pas eu ?

Côté scénario, donc, Lupin III et sa bande partiront en quête d’un journal qui les emmènera bien plus loin que prévu. Face à eux, une sinistre bande d’antagonistes. Et pas n’importe lesquels : comme le montrent les premières minutes du film, ce sont ici des nazis qu’il faudra combattre.

Nostalgiques du 4ème Reich, artefact, archéologie course autour du monde, péripéties… Ca ne vous rappelle rien ? Difficile de ne pas faire le rapprochement avec Indiana Jones qui utilise des ingrédients similaires. Mais alors que la saga avait débouché en 2008 sur l’indigeste Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, Lupin III The First réussit ici à faire fonctionner la recette. Comme le disait un autre journaliste derrière nous, à la fin de la projection presse, ce Lupin est en quelque sorte l’Indiana Jones 4 que l’on aurait aimé avoir.
Scènes d’action réussies, traitement des antagonistes un peu plus subtil qu’il n’y paraît, nostalgie (quitte parfois à tomber dans le cliché), Lupin III The First réussit là ou Indiana Jones 4 échouait, et propose une fin plus satisfaisante que l’opus de Spielberg.

Une animation soignée

Revenons également sur l’animation : l’adaptation 3D de Lupin III est pour nous une franche réussite artistique. L’équipe a su conserver un character design marqué, sans excès, et l’équipe d’animation a su donner le meilleur d’elle même pour exploiter ces personnages. Mention particulière pour les visages, expressifs et soignés, qui renforcent le côté cartoon de l’ensemble. TMS Entertainment et Marza Animation Planet ont fait de l’excellent travail.

Le reste de l’équipe d’artistes n’est pas en reste : décors variés, matériaux soignés, une dose de FX… Un cocktail bien dosé.

Et la pandémie, dans tout ça ?

Reste un dernier point : aller au cinéma peut rebuter certaines personnes en cette année 2020.
Evidemment, nous ne pouvons que vous encourager à respecter les consignes d’espacement et le port du masque. Ce dernier s’oublie vite une fois que le film débute, et la climatisation de la salle évite la surchauffe. En respectant ces règles, vous devriez pouvoir savourer les aventures de Lupin sans perte de confort et en toute sécurité.

Distribué en France par Eurozoom (à qui l’on devait déjà, cet été, la ressortie 4K d’Akira), Lupin III The Third est dès à présent visible au cinéma. Voici les bandes-annonces VO et VF :

A Lire également

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite