7 jours

Critique : « 7 Jours », un anime moderne et optimiste, mais pas naïf

7 jours sort aujourd’hui dans les salles obscures françaises, via le distributeur Eurozoom. Ce film d’animation japonais est réalisé par Yuta Murano et animé par les studios Ajiadō. Nous avons pu le voir en avant-première, et nous vous en proposons donc une critique.


7 jours nous invite à suivre le jeune Mamoru, qui découvre que sa voisine Aya va déménager alors qu’il n’a jamais osé lui avouer ses sentiments pour elle.

Le scénario va rapidement prendre une tournure surprenante lorsque Mamoru propose à Aya de fuguer pour fêter ses 17 ans. Réfugiés dans une mine désaffectée, nos deux adolescents sont rapidement rejoints par d’autres jeunes de leur entourage, et croisent le chemin d’un réfugié thaïlandais qui fuit la police.

L’histoire légère se mue alors en révolte : le groupe passera plusieurs jours à s’opposer aux adultes, multipliant ruses et affrontements, tout en savourant une liberté précaire.

A la lecture de ce pitch, on pourrait craindre un n-ième film sur le passage à l’âge adulte, un John Hughes à la sauce anime totalement inoffensif. Il n’en est rien.

Certes, les personnages sont sans doute un peu trop stéréotypés, et le déroulé pourra parfois sembler manichéen.
Mais 7 jours complexifie la situation via des révélations en cascade, qu’elles soient intemporelles ou résolument d’actualité : corruption, réseaux sociaux, secrets inavoués, fautes passées, harcèlement, choix entre des idéaux lourds de conséquences et des solutions de facilité, question des migrants.
En résultent des échangent entre personnages qui dépassent les schémas classiques et évitent de sombrer dans la naïveté. On appréciera aussi un traitement des réseaux sociaux qui nous montre les deux visages des échanges en ligne, positifs comme négatifs. De quoi, là encore, apporter de la nuance là où de (trop) nombreux autres films n’en ont aucune.

7 jours a beau être issu d’un romain de Soda Osamu de 1985 dont le succès avait déjà donné lieu à une adaptation live quelques années plus tard (cette dernière a droit à une référence discrète dans l’anime), c’est une oeuvre qui se veut définitivement moderne.
Graphiquement, le scénario est soutenu par un character design plutôt efficace, et un joli travail sur les décors.

Le film devrait plaire au public adolescent par ses thématiques, son traitement, ses sujets d’actualité.
Les adultes, eux, pourront peut-être y raviver une étincelle d’optimisme et de rébellion qu’ils avaient trop longtemps oubliée.

7 Jours sort au cinéma aujourd’hui 6 octobre 2021.
Durée :1h28.
Séances disponibles sur Allociné.

A Lire également

2 commentaires

Cetras 7 octobre 2021 at 8 h 46 min
Oh bah j’étais passé complètement à côté de celui là ! merci 3dvf pour la news ! :)
Shadows 7 octobre 2021 at 9 h 14 min
C’est vrai qu’avec l’avalanche de sorties post-restrictions, c’est assez facile de passer à côté de certains films. :)

Laissez un commentaire