Aline
Accueil » Comment MPC a transformé et rajeuni Valérie Lemercier pour le film Aline

Comment MPC a transformé et rajeuni Valérie Lemercier pour le film Aline

Temps de lecture : 3 minutes

Sorti fin 2021 au cinéma, le film Aline de Valérie Lemercier est une adaptation libre de la vie de Céline Dion.

Le film a demandé un gros travail de la part du studio MPC Film & Episodic, et l’équipe a profité des conférences du PIDS 2022 pour revenir sur les coulisses du projet.

En effet, Valérie Lemercier a fait le choix d’interpréter elle-même le rôle principal à différents âges. Elle souhaitait aussi éviter les techniques mélangeant les performances (par exemple, utiliser une actrice qui soit enfant ou adolescente lors du tournage, conserver son corps et remplacer son visage par la suite).

Autre contrainte majeure : Valérie Lemercier voulait à tout prix éviter d’avoir des marqueurs de tracking sur le visage durant le tournage.

Face à ces exigences, l’équipe devait donc gérer à la fois la taille/stature de l’actrice et l’évolution de son visage.

Une partie de l’équipe, durant le PIDS 2022.
De gauche à droite sur scène : Nicolas Borens (Superviseur 2D), Sébastien Rame (Superviseur VFX), Lorianne Lucas (Productrice VFX), Maxime Chaix (Lead Compositing)

Jeux d’échelles

En pratique, le choix a été fait d’utiliser différentes techniques selon le type de plan, en analysant le storyboard avant le tournage. Par exemple, lorsqu’Aline est jeune et seule dans un plan, utiliser des décors agrandis permettait de retrouver la bonne échelle, en calculant le ratio adapté.
Autre méthode possible, en plan fixe et lorsqu’Aline n’est pas seule : faire plusieurs passes et filmer la comédienne et les autres personnes à l’écran en faisant changer le recul de la caméra.
Restaient enfin les plans les plus complexes. D’autres méthodes ont alors été utilisées, comme nous allons le voir.

La jeune Aline, un défi

Pour les plans d’Aline très jeune, il était exclu de prendre en référence des images de Valérie Lemercier étant enfant : comme beaucoup de personnes, le visage de Valérie Lemercier a changé de morphologie entre son enfance et l’âge adulte. En voyant une version réaliste de Valérie Lemercier jeune, le grand public ne la reconnaîtra pas forcément. L’idée n’était donc pas de remonter le temps mais de créer une Aline jeune que le public identifierait immédiatement comme étant Valérie Lemercier.

En pratique, l’équipe a assez peu utilisé de techniques 3D, préférant la retouche en 2D à la fois pour le rajeunissement du visage et la morphologie globale du corps (pour les plans sur lesquels elle est enfant, et pour lesquels ajuster la taille était donc nécessaire). MPC Film & Episodic nous a expliqué avoir beaucoup utilisé les smart vectors de Nuke.
Toujours sur le plan technique, si le film projeté en salles est en 2K, la postproduction s’est faite en 4K, et l’équipe a indiqué qu’un visionnage en 4K du film passerait tout à fait. Le tournage avait parfois grimpé jusque 8K, sur des plans dans lesquels Aline était éloignée de la caméra : les pixels supplémentaires donnant donc plus de matériau avec lesquels travailler.

Valérie Lemercier, en travail étroit avec l’équipe

Ce travail avancé en compositing semble avoir beaucoup intéressé la réalisatrice : Valérie Lemercier utilise déjà Photoshop pour créer ses propres affiches, nous a indiqué l’équipe durant la conférence, et elle s’est beaucoup impliquée dans le suivi du processus.

D’autres effets

Outre l’actrice principale, MPC Film & Episodic a également travaillé les plans de concerts dans des salles de spectacle et stades, avec à chaque fois un travail sur les environnements et la foule. Une tâche finalement assez subtile puisque l’ambiance lumineuse changeait et que l’attitude du public devait suivre la progression de la carrière d’Aline.

Enfin, il a fallu travailler sur des effets « invisibles » tels que des extensions de décor et découvertes (décor apparaissant derrière une ouverture comme une fenêtre ou une porte).

Au final, MPC Film & Episodic a géré 521 plans à effets visuels sur ce film, répartis entre Paris, Liège et Bangalore.

A Lire également

Laissez un commentaire