Atomontage : 1,75 million d’euros pour mettre fin au règne des polygones

Vieux serpent de mer de la 3D, le rendu volumétrique à l’aide de voxels fait régulièrement parler de lui. On se souvient par exemple d’Euclideon, société qui au début des années 2010 promettait une révolution technologique avec un « niveau de détail illimité » grâce aux voxels.

Quelques années plus tard, la révolution n’a pas eu lieu, et Euclideon a finalement réservé sa technologie à des applications industrielles (visualisation de modèles lourds et fixes), preuve que les promesses initiales étaient intenables. En parallèle, on croise bien des jeux vidéos et outils créatifs en voxels, mais ils restent largement minoritaires.

Si nous revenons sur les voxels aujourd’hui, c’est parce qu’une société a récemment levé 1,75 million d’euros autour de cette approche : Atomontage. L’entreprise est américaine, mais en pratique son équipe de développement est basée en Slovaquie.
Si Atomontage a su séduire des investisseurs du secteur (Karl Magnus Troedsson, ex PDG de EA DICE, Tommy Palm, PDG de Resolution Games, ou encore Hilmar Pétursson PDG de CCP)., c’est que sa technologie semble plus viable que celle d’Euclideon. Les démos ci-dessous sont assez parlantes, et comportent même de l’animation soft-body.

Fondée en 2018, Atomontage devrait profiter de cette entrée d’argent pour poursuivre ses travaux de R&D et étoffer sa petite équipe technique (une demi-douzaine d’ingénieurs). De quoi, peut-être, faire des voxels la technologie de demain.

A Lire également

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

This site uses XenWord.
X