Annecy 2020 : Interdit aux chiens et aux italiens, un projet personnel et mémoriel

A l’occasion du Festival d’Annecy, l’équipe du film d’animation en stop motion Interdit aux Chiens et aux Italiens présente un Work In Progress. Un contenu que nous vous conseillons : la vidéo, d’une vingtaine de minutes, permet de faire le tour de l’équipe et met l’accent sur l’humain, le côté artisanal de la production, le soin manifeste apporté par chaque artiste.

Réalisé par Alain Ughetto, Interdit aux Chiens et aux Italiens est l’occasion pour l’auteur d’explorer son propre passé. En effet, on suit ici Luigi Ughetto (grand-père du réalisateur) et ses frères, des italiens ayant fui l’Italie fasciste dans l’espoir d’un monde meilleur. Si l’Amérique était dans leurs rêves, c’est finalement en France qu’ils s’établiront et façonneront de leurs mains champs, routes, tunnels, barrages.

Comme l’explique Alain Ughetto dans le WIP et dans la note d’intention artistique lisible ci-dessous, le projet part du « je » mais se tourne vers le « nous », et son objectif est aussi de rappeler le sort des très nombreux italiens venus en France et ailleurs, entre volonté de fuir la misère et travail acharné, entre des pays désireux de main-d’œuvre et des populations locales pouvant se montrer hostiles (le titre du film est une référence directe à des panneaux que l’on pouvait trouver sur la porte de certains cafés à l’époque).

Luigi Ughetto et ses frères laissent derrière eux leur village d’Ughettera, la terre des Ughetto dans leur Piémont natal, pour aller découvrir «La Merica», ce pays fabuleux où les dollars poussent sur les arbres…
En guise d’Amérique, c’est en Provence que Luigi posera son baluchon. Et de ses mains qui ne pouvaient plus exploiter une terre qui ne voulait plus donner, il va construire nos routes, nos ponts et nos barrages.
Luigi, c’était mon grand-père, un homme au destin romanesque qui a affronté deux guerres, la misère et le fascisme, avant de rencontrer Cesira et de fonder une famille qui a grandi à l’ombre du Tour de France et de l’accordéon d’Yvette Horner.
Mais son histoire, si elle est singulière, c’est également celle de centaines de milliers d’Italiens, qui ont quitté leur patrie pour s’établir en France, en Suisse, en Belgique.
Et partout ailleurs.

Les images de coulisses nous montrent que la forme vient servir le fond : Alain Ughetto précise qu’en se servant de charbon pour faire les décors montagneux, de citrouilles pour construire certaines maisons, il s’agit d’utiliser des éléments du quotidien de de ces émigrés.

Entre fond social et volonté de proposer un film humoristique, Interdit aux Chiens et aux Italiens s’inscrit dans la tradition du cinéma italien. Le projet est porté par Les Films du Tambour de Soie, Foliascope, Vivement Lundi !, Nadasdy Film, Graffiti Doc.
En attendant la finalisation de la fabrication, voici le teaser qui avait déjà été rendu public :

A Lire également

1 commentaire

johan26 17 juin 2020 at 0 h 01 min

Ce titre 😂

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite