Accueil » Annecy 2014 : Astérix: Le domaine des Dieux (extraits vidéo)

Annecy 2014 : Astérix: Le domaine des Dieux (extraits vidéo)

Temps de lecture : 4 minutes

Retour sur Astérix : Le Domaine des Dieux, réalisé par Louis Clichy et Alexandre Astier, qui était dévoilé au Festival d’Annecy la semaine passée. A ne pas manquer en fin d’article, quelques extraits du film.

Astérix : Le Domaine des Dieux

Evénement de la dernière journée à Annecy, la présentation en avant première des images et séquences du long métrage de Mikros Image, Asterix : Le domaine des Dieux. Les visiteurs sont venus en masse aux abords de la salle Pierre Lamy. Les plus chanceux, ceux ayant réservé leur place, ont pu rentrer sans problèmes. Malheureusement d’autre fans et curieux pourtant arrivés dès 9h du matin sont restés jusqu’à 11h30 sous une chaleur étouffante sans pouvoir connaitre ce privilège.

Parmi les intervenants ont pris part Philippe Bony (Directeur General), Nathalie Altmann (Productrice Executive), Thierry Fournier (Directeur Artistique)
Louis Clichy et Alexandre Astier, co-réalisateurs du projets, étaient évidemment sur place.

M6 studio a pris une part importante à la réalisation de ce projet. Le groupe souhaite devenir un des partenaires principaux dans l’animation afin de rivaliser avec les studios américain. Pour la réalisation des nouvelles aventures du Gaulois, Philippe Bony nous a confié qu’il a fallu près de trois ans pour convaincre l’un des créateurs, Uderzo, de lancer ce projet de film d’animation 3D. La sortie dans les salles de cinéma est prévue pour le 26 novembre 2014. L’ensemble de la production était plutôt fière d’annoncer l’invasion Gauloise en Europe, au Canada et une partie de l’Asie.

Scénariste et co-réalisateur, Alexandre Astier, est longuement revenu sur les choix de l’adaptation de cet album. Avec son ton humoristique habituel il a expliqué le choix de la bande dessinée adaptée : « Ben euh, c’est ma préférée voila ! ». Pour lui, l’histoire doit contenir des choses toutes faites, indispensables, comme par exemple la menace. Cette dernière doit être claire et annoncée. Et justement, l’album choisi album répond parfaitement à cette volonté. Dès les premières vignettes, on peut comprendre le plan peu académique de César. Alexandre Astier n’a pas souhaité tomber dans le piège des précédentes adaptations des aventures d’Asterix. Dans la plupart d’entre elles, il a fallu reprendre des éléments de deux albums pour construire une trame scénaristique. Or lui ne voulait traiter qu’un seul et même album. Il a bien sur évoqué certaine modifications dans le scenario mais l’ensemble film est très proche de l’œuvre d’Albert Uderzo et René Goscinny.

Astérix : Le Domaine des Dieux

Le deuxième point important qu’à souhaité apporter Alexandre Astier, sa volonté d’enregistrer toute les voix en français, c’est à dire que tous les animateurs ont fait le lip-synching des personnages dans la langue de Molière.
Après avoir vu et revue bon nombre de films avec ses enfants, il ne souhaitait pas qu’un film français, tiré d’une bande dessinée française puisse être enregistré en anglais, avec un acting anglais.
En pratique, les acteurs ont été enregistrés sans images du film. Louis Clichy et Alexandre Astier ont souhaité tourner une « fiction radio » et répéter les scènes jusqu’à ce que les jeux d’acteurs conviennent.
Le souci d’un jeu de qualité explique le choix de l’inimitable Roger Carel, connu pour sa voix dans les vieux films du gaulois. Guillaume Briat interprète Obélix, Lionnel Astier pour Cétautomatix et Alexandre Astier lui même joue le rôle d’un centurion. Ce dernier a précisé avoir placé des gens de chez lui pour des « raison financières », toujours à interpréter dans le cadre de son humour caractéristique.

Sur le plan artistique, Louis Clichy (co-realisateur passé notamment par Pixar, puisqu’il était animateur sur Là-Haut et Wall-E) et le Directeur artistique Thierry Fournier sont venus présenter le design des principaux personnages à travers nombres d’illustrations et images 3d, mais aussi des color scripts définissant toutes les ambiances du film.
L’équipe n’a pas souhaité simuler les cheveux de façon réaliste avec du hair, se contentant d’une modélisation plus stylisée qui au final fonctionne très bien. Concernant l’animation, plusieurs tests ont été fait avec et sans son. La déformation faciale étant importante au moment des fameuses baffes, les rigs ont parfois été repris plusieurs fois et poussés au maximum. Alexandre Astier en a profité pour rajouter qu’afin de faire partie de l’équipe d’animation, les animateurs devaient impérativement réussir une baffe… A noter qu’au moment de ce work in progress, l’animation était au bout de la dernière ligne droite puisque que les dernier plans se finalisaient ce vendredi 13 juin.

Cette présentation s’est terminée par une belle surprise, puisque l’ensemble de la production a decidé de nous offrir en avant première mondiale les 11 premières minutes du film. Tout n’était pas entièrement terminé au niveau du rendu et compositing, mais le résultat était saisissant, assez pour qu’au bout de la vidéo on en demande encore plus.

Pour ceux qui n’ont pas pu assister à la conférence, voici deux reportages de la chaîne M6 qui reviennent sur le projet, avec des extraits et un aperçu des coulisses du projet en compagnie de Louis Clichy.

A Lire également