The Foundry a profité du jeudi matin pour présenter en détail FLIX, son logiciel destiné au travail collaboratif autour du storyboard d’un projet.

FLIX

Yiotis Katsambas (product manager de FLIX), Brandon Jeffords (qui était Head of Story sur le film Tempête de Boulettes Géantes 2) et Florian Wagner (Studio Creative Director chez Bardel Entertainment, localisé à Vancouver) dirigeaient la présentation.

Le trio est revenu sur la philosophie du logiciel : un outil web, accessible depuis n’importe quel navigateur, et qui permet de travailler sur la dernière version du storyboard d’un projet, tout en ayant accès aux nombreuses itérations successives passées : 500 environ par séquence pour un projet comme Tempête de Boulettes Géantes 2.
Brandon Jeffords en a d’ailleurs profité pour montrer comment il pouvait accéder facilement aux itérations de la séquence de la séquence située sur une rivière, via FLIX.

FLIX

Le système de gestion de versions de FLIX ne se contente pas d’enregistrer les évolutions du projet : un code couleur permet de savoir quel artiste a créé ou modifié un élément.

L’édition d’une case de storyboard est relativement simple : un clic permet de l’ouvrir dans Photoshop (mais aussi TV Paint), et d’ouvrir le fichier avec calques. Des scripts facilitent les itérations (par exemple, si l’on veut créer une itération en partant de la version précédente au lieu de repartir de zéro, ou nettoyer un fichier en supprimant automatiquement les calques inutiles). Une simple sauvegarde, et les modifications sont prises en compte par FLIX.
La timeline de Photoshop est gérée : on pourra donc dessiner quelques frames puis les exporter d’un bloc.
La gestion des dossiers ou noms de fichiers est faite automatiquement par FLIX.

FLIX

Bien entendu, l’outil ne s’arrête pas là : export de fichiers pdf avec la dernière version du storyboard, ajout de sons, envois d’EDL vers FLIX, possibilité d’aplatir les fichiers PSD à la fin d’un projet pour archivage…
Le travail entre plusieurs studios est possible : un studio pourra ouvrir les données situées sur le serveur d’un partenaire.
De même, il sera possible d’afficher la même vue sur deux stations différentes, ce qui permettra de discuter sur le projet sans être au même endroit.

A noter enfin, il est possible d’envoyer des captures d’écran directement depuis Maya vers FLIX, ce qui sera utile pour placer un décor ; les informations de caméra seront également sauvegardées au sein de FLIX.

La série de questions-réponses qui a suivi la présentation a été l’occasion d’entrevoir l’avenir du produit, avec par exemple l’extension des compatibilités avec les outils tiers ou le support des scanners comme dispositifs d’entrée.

Pour en savoir plus : la page produit de FLIX.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite