Accueil » BUF s’implante à Montréal

BUF s’implante à Montréal

Temps de lecture : 2 minutes

BUF

Le studio BUF a annoncé son intention de créer officiellement une filiale basé à Montréal : BUF Canada.

Le lancement de cette entité s’accompagnera de 125 postes créés sur trois ans. Les artistes travailleront sur des effets visuels pour des films en live-action, mais également sur de l’animation 3D.
Une entité R&D sera mise en place, de façon à créer de nouveaux logiciels.

Interrogé par le journal canadien La Presse, Pierre Buffin (PDG et fondateur de BUF) indique que « Paris n’existe pas » en termes de VFX. Selon lui, la France pénalise les entreprises du secteur.
La décision de s’implanter au Canada remonte à la fin de 2012. Depuis novembre 2013, toujours selon La Presse, une vingtaine d’employés ont été recrutés sur place. Pierre Buffin indique que si les projets le permettent, le studio n’hésitera pas à monter ponctuellement à 150 voire 200 employés.

Pierre Buffin loue les qualités de Montréal dans le domaine des effets visuels : « Montréal est une ville jeune et dynamique et elle possède un héritage exceptionnel dans le domaine de l’imagerie numérique. Il y a près de 30 ans, Softimage révolutionnait le monde des effets visuels et depuis, la métropole n’a cessé d’innover et de se surpasser sur la scène internationale ».

Bien évidemment, le talent des artistes locaux n’explique pas tout. Buffin indique clairement que les aides fiscales sont un facteur majeur de développement. Dans La Presse, il va même jusqu’à prédire que « si la politique gouvernementale garde ce système de crédits d’impôt, Montréal deviendra plus gros que Londres en effets visuels », la proximité géographique avec Hollywood étant un avantage supplémentaire. Il concède d’ailleurs que le futur de BUF se joue sans doute au Canada plutôt qu’en France, en raison des aides.

Il semble regretter cette dépendance aux incitations fiscales (près de 54% de crédit d’impôt à Montréal contre 20% en France) : toujours dans La Presse, il trouve « dommage que notre chiffre d’affaires dépende de notre lieu géographique plutôt que de la qualité de notre travail, mais c’en est ainsi. »

Cette annonce est à voir comme une stratégie de redéploiement et non une expansion : BUF a souffert ces dernières années, avec un chiffre d’affaire divisé par trois entre 2009 et 2013, et ses effectifs ont sensiblement diminué à Paris.
BUF a également ouvert une entité en Belgique, avec une vingtaine d’employés.

Via La Presse, qui a publié un article détaillé sur l’annonce.

A Lire également