Accueil » DreamWorks Animation : résultats financiers 2013

DreamWorks Animation : résultats financiers 2013

DreamWorks

DreamWorks Animation a publié ses résultats financiers pour le dernier trimestre 2013, ainsi que pour l’année complète. En voici les informations principales et notre analyse :

Une année en hausse, mais encore impactée par un echec en salles

Pour l’année 2013, la société dévoile un chiffre d’affaire de 706,9 millions de dollars, et un résultat net de 55,1 millions.

Le dernier trimestre a été mauvais financièrement, avec une charge de 13,5 millions directement liée aux mauvais résultats de Turbo. Katzenberg espérait en juillet dernier que le film serait rentable après le troisième trimestre… Ce qui ne s’est manifestement pas réalisé. Les 282 millions engrangés en salles jusqu’ici peinent à éponger les frais de production, marketing et distribution.
Conséquence, Katzenberg parle désormais de « franchise profitable à long terme ». Une nuance de taille qui inclut les revenus des années à venir en séries, livres, produits dérivés, ventes de vidéo.

Turbo

Malgré cette mauvaise nouvelle, le dernier trimestre et l’année 2013 dans son ensemble sont en net progrès par rapport aux dernier trimestre 2012 et à l’année 2012 elle-même, qui avaient été plombés par les résultats catastrophiques des Cinq Légendes.
Ils s’étaient soldés par une perte nette de 82,7 millions de dollars au troisième trimestre 2012, 36,4 pour l’année 2012 dans son ensemble, contre des bénéfices nets de 17,2 millions de dollars et 55,1 millions respectivement au troisième trimestre 2012 et pour l’année 2012 complète.

Les Cinq légendes

Le studio a donc réussi à repasser dans le vert, mais peine à retrouver une pleine santé sur le secteur des longs-métrages animés.

Une diversification qui porte ses fruits

DreamWorks met par ailleurs en avant une hausse spectaculaire de 24% sur son chiffre d’affaire non lié aux longs-métrages : séries, livres dérivés des licences ou encore comédie musicale Shrek. Une stratégie de diversification des revenues que Forbes a qualifiée de stratégie « Cloud Atlas » et qui se poursuivra, comme le montre la recente annonce de la création de la division DreamWorks Press.
Pour le groupe, il s’agit bel et bien de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, ce qui devrait permettre d’assurer des revenus plus réguliers d’un trimestre sur l’autre, et de mieux encaisser des échecs éventuels au cinéma.
Jeffrey Katzenberg évoque un « progrès significatif » dans cette démarche de « transformation et positionnement de DreamWorks Animation pour un succès à long terme en tant que groupe de divertissement famillial ».

Prévisions 2014

Enfin, pour l’année 2015, l’annonce de DreamWorks prévoit sans surprise que les résultats seront principalement liés aux résultats de M. Peabody et Sherman : Les Voyages dans le temps et du très attendu Dragons 2.

A Lire également