Accueil » Critique : l’impression 3D, par Mathilde Berchon (Eyrolles)

Critique : l’impression 3D, par Mathilde Berchon (Eyrolles)

Temps de lecture : 4 minutes

L'impression 3D

Avec le boom de l’impression 3D, le besoin de documentation explose : quelle machine choisir ? Quel matériau sélectionner lors d’une impression en ligne ? Quels sont les procédés actuels, et ceux à venir ?

Sans surprise, l’éditeur Eyrolles s’attelle à la tâche et a lancé l’ouvrage L’impression 3D, écrit par Mathilde Berchon avec la collaboration de Bertier Luyt. L’auteure est la fondatrice du site MakingSociety, dédié à l’open-source hardware.

Le fond : que contient le livre ?

L’ouvrage se présente comme un panorama complet du secteur, avec une approche poussée mais non technique. Les chapitres sont thématiques :

Qu’est-ce que l’impression 3D ?
L’impression 3D en bref
Les différents procédés
Les types d’imprimantes 3D
Les matériaux d’impression 3D

L’impression 3D en pratique
La phase de modélisation et de préparation
La phase d’impression
La phase de finition

Applications et perspectives
L’impression 3D pour les particuliers
L’impression 3D pour les entreprises
La troisième révolution industrielle ?

Annexes
A. Ressources utiles
B. Glossaire

Très didactique, l’ouvrage ne présuppose pas de connaissance du secteur de la part du lecteur.

Le premier grand volet sera donc l’occasion d’effectuer un cours de rattrapage pour ceux qui découvrent le sujet. Les lecteurs déjà familiers avec cette technologie y trouveront aussi leur compte, en complétant leurs connaissances.
Le chapitre sur les procédés est clair et complet, très bien illustré. Les deux chapitres suivants, dédiés aux types d’imprimantes et matériaux seront un très bon moyen d’avoir une idée de l’état du marché.
Au passage, on appréciera la présence d’un bref historique du procédé.

La seconde grande partie, sur l’impression 3D en pratique, revient plus en détail sur le processus d’impression, de la création ou récupération d’un modèle 3D aux différents types de finitions, en passant par la conversion STL, le contrôle du modèle ou l’optimisation de l’impression pour minimiser temps et coût.

L’aspect logiciel est traité, mais aurait mérité d’être plus étoffé. On aurait aimé disposer de conseils précis sur le découpage d’un modèle (impression d’une figurine en plusieurs parties), ou disposer d’un panorama détaillé des solutions logicielles de contrôle avant l’impression : on pense par exemple ici au projet Miller d’Autodesk, ou aux innovations récentes de Blender. Peut-être par volonté de ne pas être trop technique, l’ouvrage manque de précision à ce niveau, même s’il donne des conseils sur la création de fichiers STL ou indique l’existence de quelques solutions de test avant impression.

La troisième grande partie, Applications et Perspectives, se divise en deux grands volets : les usages pour les particuliers, puis ceux pour le secteur des entreprises. Là encore, Mathilde Berchon choisit l’approche « panorama » pour donner une idée du large éventail des possibilités actuelles et à venir.

Le dernier chapitre, en forme de conclusion, rappelle les possibilités infinies du secteur, avant un retour sur Terre : les défauts tels que le manque de variété de matériaux, les problèmes de qualité et problèmes sanitaires, le prix, la lenteur ou la question du recyclage sont ainsi évoqués. Une « douche froide » salutaire : oui, l’impression 3D a un potentiel formidable, mais beaucoup reste à faire avant de transformer le rêve de l’impression simple, sans danger, rapide et peu chère en réalité.

La forme

Ouvrage richement illustré, nombreux schémas et photos couleurs, papier de qualité : Eyrolles a très bien joué son rôle, et le livre physique est de qualité. La volonté de proposer un livre facile à feuilleter se sent au travers de la table des matières détaillée, des numéros de page colorés pour reprendre les grandes parties du livre (coloration visible sur la tranche du livre, qui permet donc d’aller directement au bon endroit).
Tout juste pourra-t-on regretter la présence d’une poignée de coquilles ou d’une ou deux illustrations légèrement pixellisées. Des erreurs de jeunesse compréhensibles pour une première édition.

Bilan

L’impression 3D arrive au parfait moment, et trouvera un large public. Son approche le rendra utile à la fois à ceux qui ne connaissent rien au secteur et voudraient comprendre de quoi il retourne, aux particuliers bidouilleurs, aux artistes ou même aux entreprises qui y voient un potentiel de développement.

Le pari de proposer un panorama complet du secteur en 200 pages était délicat, mais plutôt réussi. Comme indiqué plus haut, on regrettera surtout qu’une plus grande place n’ait pas été laissée à certains points délicats du processus, même si ce n’était peut-être pas l’objectif d’un ouvrage non technique.
Eyrolles va d’ailleurs lancer un autre ouvrage plus précisément centré sur la MakerBot, qui a donc pour ambition de donner plus de conseils concrets. Nous vous en reparlerons très prochainement dans un nouveau test.

L’impression 3D est un précieux allié face à l’océan de solutions disponibles sur le marché : au prix auquel il est proposé, il serait dommage de s’en priver avant d’investir plusieurs centaines d’euros dans une machine inadaptée ou d’être déçu par votre première impression commandée en ligne…

L’impression 3D, par Mathilde Berchon et Bertier Luyt, est d’ores et déjà disponible, directement chez Eyrolles (23,75€) ou sur Amazon au même tarif. Dans les deux cas, une édition numérique est aussi proposée, pour 18€ : ePub+pdf chez Eyrolles, format Kindle chez Amazon.
200 pages, environ 600g.

A Lire également