Accueil » (MAJ) 3D Sex end Zen : premier film porno en relief… Ou piège à journalistes ?

(MAJ) 3D Sex end Zen : premier film porno en relief… Ou piège à journalistes ?

Mise à jour du 04 mai – ajout en milieu d’article d’un film encore plus ancien que celui déjà indiqué, avec affiche et extrait (soft).
Le cinéma érotique relief a donc finalement non pas au moins 35 ans, mais au moins 40.

3D sex and zen

Vous l’avez peut-être vu dans différents médias, le film 3D Sex end Zen: Extreme Ecstasy sort à Hong-Kong. Tourné avec un budget faramineux de 3 millions d’euros, ce film est, comme son nom l’indique, destiné aux adultes.

3D sex and zen

La bande-annonce (soft) du film :

A ce stade, vous vous demandez sans-doute pour quelle raison 3DVF évoque ce film : tout simplement en raison du battage médiatique qui a eu lieu autour de la sortie. Le film est présenté, à tort, comme le premier film X ou érotique en relief.

Petit panorama:

c’est une petite première mondiale : non parce qu’il a été tourné en 3D mais parce que cette technologie n’avait pas encore été appliquée au genre X (interdit aux moins de 18 ans).
Le Monde, à propos du film

Le premier porno en 3D est sorti au cinéma à Hong Kong vendredi.
Fance Soir (notons le titre absolument pas racoleur de l’article : Le cinéma porno en 3D pénètre le marché. A remarquer également, le même article souligne que les premiers DVDs X en relief sont sortis en 2010, ce qui frise la contradiction)

Le premier film X en 3D attire les foules
Libération Next

Le problème, c’est que cette information… Est fausse. L’AFP nuance déjà un peu l’information, en parlant de premier film érotique en 3D relief… Produit par une sociéé de production de Hong-Kong. Le titre ne parle toutefois que du premier film érotique en 3D, ce qui laisse un doute sur ce qu’a voulu dire l’agence : premier film pour Hong-Kong, ou premier film tout court.

Car le coeur du problème est là : des films X en relief, ça existe déjà. Non, pas les essais de Dorcel en 2010, ni les DVDs évoqués par France Soir, mais bien avant.
Car il faut bien comprendre que la nature humaine sait tirer parti des médias visuels à des fins détournées, et ce depuis toujours. Wikipédia a même un article détaillé à ce sujet.
Ainsi, dès l’apparition de la photo, et en particulier avec le procédé de Jacques Daguerre, on trouvera des détournements peu avouables de la technique (l’article de wikipédia souligne que le prix de telles photos avoisinait la semaine de salaire, en raison des contraintes techniques pour la prise de vue et le développement).
Lorsqu’en 1838, le stéréoscope est inventé et permet de voir les photos en relief, là encore l’usage pornographique est quasi immédiat.

Bien entendu, le cinéma n’échappera pas à la règle. Dès l’invention des premières techniques de visualisation, puis de projection, on retrouvera des créations plus ou moins osées, allant de Serpentine Dance (film mettant en scène une danseuse habillée mais aux jambes nues, ce qui suffira à créer le scandale aux USA) à des films n’ayant rien à envier aux oeuvres modernes. Là encore, les plus curieux iront découvrir sur wikipédia l’historique de la chose.

Extrait de Serpentine Dance :

Du coup, et sachant que le cinéma relief a déjà connu un premier âge d’or dans les années 50 (inauguré par Bwana Devil, film américain mettant en scène des lions mangeurs d’homme en Afrique), puis un second dans les années 80 (on se souvient des Dents de la Mer en relief), il semblerait étonnant qu’un film de 2011 soit véritablement le premier film en relief.

Bwana Devil

Sans surprise… Il ne l’est pas.
S’il nous a été impossible de dater le premier film en relief du genre, une recherche rapide (que les journalistes des articles cités plus haut ne semblent pas avoir daigné envisager) montre par exemple que cette naissance remonte au moins à 1969, avec le film The Stewardesses. Ce film érotique peut apparemment également se targuer d’être le film relief le plus rentable avant Avatar, puisqu’avec un budget ridicule de 100 000 dollars de l’époque, le film a permis de récolter… 27 millions.

Stewardesses

Pour les plus curieux d’entre vous, voici quelques images du film (en 2D, et sans nudité) :



Ainsi, le cinéma érotique en relief a au minimum… 40 ans. D’autres films exploreront d’ailleurs cette voie, comme Wildcat Women aka Black Lolita en 1975.

 

Black lolita
Affiche de Black Lolita, film X en relief datant de 1975

 

Sauf à affirmer, de mauvaise foi, que les films en anaglyphes ne sont pas du relief, l’information massivement reprise ( une soixantaine d’articles au moins, selon Google Actualités), n’est donc qu’une vaste supercherie.

On peut alors se demander pourquoi l’information a été si reprise, sans le moindre esprit critique. Malheureusement, la seule explication plausible semble être la combinaison de la société de production de 3D Sex end Zen, soucieuse de promouvoir sa création, et de nombreux journalistes préférant reprendre aveuglément une information permettant de créer un maximum de buzz plutôt que.. de réfléchir et vérifier. Autrement dit, de faire leur travail.

A Lire également