Minecraft : 1,8 millions d'exemplaires vendus, 23 millions d'euros

Le célèbre jeu indépendant Minecraft a été vendu à plus de 1,8 millions d’exemplaires, et a apporté à la société qui en est à l’origine, Mojang, presque 23 millions d’euros. C’est ce qu’a révélé Marcus “Notch” Persson, dirigeant de Mojang et à l’origine du jeu, lors d’une discussion sur Reddit.

Une réussite phénoménale pour un jeu indépendant qui n’était pas forcément prédestiné à la gloire, avec ses graphismes volontairement rétro et ses performances limitées (peut-être en partie à cause de la plateforme utilisée, Java).
Le jeu, pour rappel, propose un gameplay simple mais riche : humain égaré dans un monde inconnu, vous devez survivre face à de nombreuses créatures hostiles qui surgissent dans l’obscurité et la nuit. Pour cela, vous pouvez récolter à peu près tout ce qui se trouve sur votre chemin : bois, pierre, terre… Qui vous permettront de créer un abri de fortune, de concevoir vos premiers outils et armes, avant de repartir de plus belle explorer et accumuler les ressources les plus variées : laine de mouton, lave, minerais, nourriture, cuir… Qui permettront à leur tour de construire d’autres objets.
Une sorte de croisement entre un monde ouvert et les légos qui a donc réussi à captiver un nombre élevé de joueurs.

Voici la vidéo de présentation, qui donne une petite idée des graphismes :

L’utilisation de Java permet par ailleurs à la communeauté d’utilisateurs de participer à son tour en créant des mods et outils en tous genres : créatures supplémentaires, gestion de la faim, possibilité de voler ou encore “triche” en éditant son inventaire d’objets font partie des possibilités.

A noter également, le jeu n’est en fait pas encore terminé ; Mojang a opté pour une mise en vente à prix réduit de la beta, avec 50% de rabais, puis 25% sur la version actuelle, proposée pour 15 euros au lieu de 20. Une méthode qui a sans doute motivé les clients à débourser sans tarder.

Bien entendu, 23 millions de revenus n’équivaut pas à 23 millions de bénéfices ; si la distribution (via Amazon S3, en téléchargement en ligne)  n’est probablement pas un gros poste de dépense, PayPal et les taxes prennent une part non négligeable de ce gateau.
Marcus Persson a indiqué qu’il se rémunère toujours selon le principe du salaire mensuel, mais sans en préciser le montant.

En attendant la version finale, Mojang prouve que le jeu indépendant peut réussir, et que les gros éditeurs ne sont pas la seule voie royale vers le succès critique et financier.
Du côté de Mojang, on garde la tête sur les épaules : l’équipe planche déjà sur un futur jeu, Scrolls.

Pour plus d’informations sur Minecraft : le site officiel.

A Lire également