Accueil » Impression 3D : le point de vue de Carl Bass, PDG d’Autodesk

Impression 3D : le point de vue de Carl Bass, PDG d’Autodesk

Temps de lecture : 2 minutes

Carl Bass
Avatar de Carl Bass sur Twitter.

A lire chez Wired, un article de Carl Bass, CEO et président d’Autodesk, qui donne sa vision de l’impression 3D.
Son objectif est en particulier de dénoncer certains mythes liés à cette technologie :

– Pour Carl Bass, l’impression 3D ne remplacera pas les autres types de techniques de création de produits. Il emploie l’analogie du micro-ondes qui n’a pas remplacé le four ou la gazinière : l’impression 3D est un nouveau moyen de produire des objets, pas le seul qui a de l’avenir.
Il soulève le fait que les attentes très fortes sur l’impression 3D font que l’imagination collective lui a conféré une sorte d’aura magique, celle d’un réplicaeur universel digne de la science-fiction. Alors que la réalité en est bien loin…

– Il souligne que le travail dans l’espace implique que la puissance 3 est utilisée pour les coûts : pour un objet deux fois plus grand, il faut payer 8 fois plus et cela prend 8 fois plus de temps. Pour un objet trois fois plus grand, le coût est multiplié par 27 environ, et cela prend 27 fois plus de temps.
Une façon de souligner que la contrainte du volume est et restera très forte.

– Bass souligne ensuite que l’écosystème de l’impression 3D (machines, qualité, matériaux) évolue très rapidement, de même que leur accessibilité au plus grand nombre. Il entrevoit un processus semblable à celui de la démocratisation de l’informatique avec la naissance du PC.

– Le CEO d’Autodesk affirme ensuite que l’impression 3D a besoin de meilleurs modèles économiques. Si beaucoup de constructeurs ont adopté une approche similaire à celle de l’impression 2D avec encre et des rasoirs jetables, pour Carl Bass l’approche ne tiendra pas ici.

– En ce qui concerne les axes de recherche, il pointe notamment l’impression d’électronique et l’impression biologique. Il évoque également l’impression à l’échelle architecturale, un domaine encore balbutiant.

– Dans la suite de son article, Carl Bass souligne que la prochaine étape pour l’impression 3D est le passage du prototypage à la production en série limitée. Les produits créés en petit nombre tels que les bijoux ou les objets personnalisables sont un marché rêvé pour l’impression 3D.

– Enfin, Bass indique que pour lui, la révolution liée à l’impression 3D créera de nouveaux emplois mais ne « ramènera » pas ceux délocalisés pour la production de masse.

Lire l’article complet chez Wired.

A Lire également