Adobe : baisse des tarifs sous la pression Australienne

Adobe vient de baisser en partie ses tarifs australiens, sous la pression des parlementaires locaux.

Il y a quelques jours, le parlement australien se fâche : comme l’explique CNET, les députés veulent savoir pourquoi des éditeurs comme Apple, Microsoft et Adobe pratiquent sur la grande île des prix supérieurs à ceux d’autres pays, USA en particulier. L’action des députés fait suite au lancement d’une enquête en avril dernier.
En ce qui concerne Adobe, la différence de prix est de plusieurs centaines de dollars par rapport aux USA pour la Creative Suite Master Collection, à tel point qu’il serait moins cher de prendre l’avion pour l’acheter aux USA.
Résultat, les députés ont décidé de demander aux gros éditeurs de s’expliquer face à eux.

Creative Cloud

Adobe, voulant manifestement esquiver la polémique, a décidé de prendre les devant : deux jours après la demande de comparution, et avant même de témoigner, l’éditeur baisse ses prix : le Creative Cloud passe de 63 à 50 dollars australiens par mois, soit 5€ de moins environ ; l’abonnement annuel a également été réduit d’une quinzaine d’euros.
Curieusement, l’éditeur n’évoque absolument pas la requête du gouvernement pour annoncer cette baisse, et parle plutôt de volonté d’en donner toujours plus à ses clients.

Les nouveaux tarifs sont quasi identiques à ceux pratiqués aux USA, mais cette évolution ne concerne que le Creative Cloud : les licences classiques sont toujours facturées plus cher, de l’ordre de 1300€ pour la Creative Suite Master Collection.

Adobe peine manifestement à justifier ses tarifs : interrogé par des journalistes sur la différence de tarif pour les licences, le CEO d’Adobe Shantanu Narayen a préféré, le 14 février dernier, botter en touche de façon assez maladroite, en se reportant sur les tarifs du Creative Cloud. (vidéo mise en ligne par Delimiter, média australien focalisé sur les nouvelles technologies)
Relancé, Narayen persiste et signe, soulignant que les entreprises peuvent également bénéficier du Creative Cloud et qu’il s’agit, pour lui, de l’avenir.

A l’heure actuelle, Adobe ne semble pas vouloir modifier ses tarifs pour les licences. L’édition australienne de Gizmodo va même jusqu’à qualifier l’éditeur “d’enfant fait une promesse tout en croisant les doigts dans le dos”.

A Lire également