MAJ – Double Negative : sale temps pour les artistes ?

Double Negative

Mise à jour : le témoignage d’un employé de Double Negative a été ajouté en fin d’article.

La rumeur a couru une bonne partie de la journée d’hier : le studio Double Negative s’apprêterait à renvoyer 200 artistes environ à Londres, le studio étant en manque de projets (mais pas en danger financier pour autant).

FxGuide a pu parler au studio directement, qui s’est fendu d’une réponse cultivant le flou artistique. En résumé :
– Oui, la nature de ravail par projet des studios fait que les studios VFX ont besoin de s’étendre et de diminuer en taille régulièrement ;
– Double Negative indique que sa politique a toujours été de garder le plus de monde possible dans le second cas ;
– Enfin, le nombre d’artistes dont le studio doit se séparer est “loin des 200 personnes”.

Pour autant, le studio ne donne strictement aucun ordre de grandeur, et se contente surtout de souligner les projets sur lesquels il a planché cette année, ainsi que ceux sur lesquels ils travaillera bientôt. Une façon de répondre sans vraiment le faire, donc.

Reste que même si le nombre d’artistes réel est “loin d’avoisiner les 200 personnes”, on imagine qu’il est suffisamment important pour avoir inquiété les employés du studio.

Nous avons pu entrer en contact avec un employé actuel de Double Negative, toujours en poste. Il a bien voulu nous donner son ressenti sur la situation, mais préfère que son identité ne soit pas rendue publique.
Voici son témoignage :

“L’annonce d’hier a été un vrai choc pour l’ensemble des employés de DNeg, d’autant plus que c’est la première fois dans l’histoire du studio qu’un layoff est si important. Double Negative ayant toujours eu à cœur de conserver ses employés dans les temps morts et les intervalles entre les shows…
 
Nous avons entendu les rumeurs les plus folles concernant les chiffres hier, allant de 100 a plus de 250 personnes licenciées, principalement dans les départements 2D du studio. Il est, je crois, très compliqué d’y voir clair, en tous cas depuis nos positions d’artistes. Je sais que certaines personnes ont d’ores et déjà reçu un nouveau contrat pour février 2013, mais ne saurais vous dire combien d’artistes cela concerne.
 
Malgré la crise qui ravage Soho depuis avril 2012, nous pensions tous que DNeg était encore un espace protégé de la tourmente que traverse les studios londoniens en ce moment. La chute a été vertigineuse hier, et les séquelles sont encore bien visibles aujourd’hui (les locaux sont très calmes, peu de discussions et de blagues sur les newgroups internes de la société).”

 

A Lire également