Accueil » Pixar lance RenderMan Studio 4, RenderMan Pro Server 17

Pixar lance RenderMan Studio 4, RenderMan Pro Server 17

RenderMan

Comme annoncé en juin dernier, Pixar dévoile les nouvelles versions de RenderMan Studio (désormais combiné avec RenderMan for Maya) et RenderMan Pro Server.

RenderMan Studio 4.0

RenderMan est l’ensemble d’outil de Pixar dédié au shading, lighting et rendu. Rappelons qu’il se compose des produits suivants :
– RenderMan for Maya 5 : autrefois proposé en standalone, RenderMan for Maya est désormais combiné avec RenderMan Studio. Il permet de créer un workflow efficace incluant Maya et RenderMan.
– Slim 10 : un outil de création, utilisation et gestion de shaders.
– IT 10 : visionneuse d’images et outil de gestion.
– Pixar’s RenderMan 17 : le moteur de rendu proprement dit.
– LocalQueue : un gestionnaire de rendu local.
– Tractor 1.6 : une solution de gestion de tâches pour les renderfarms.

Nouvelle politique commerciale

Cette version 4 est l’occasion pour Pixar d’un changement de politique commerciale. RenderMan for Maya est, comme indiqué ci-dessus, désormais inclus, et le prix chute de façon conséquente : le tarif est de 1300$ outre-atlantique, ce qui se traduit par un tarif de 990 € HT en France (dans la boutique 3DVF/Progiss, qui est le revendeur officiel dans l’hexagone).
Renderman Studio était jusqu’ici proposé 700$ plus cher, le moteur de rendu était optionnel et proposé à 1500$, et Renderman for Maya coûtait 995$.

RenderMan for Maya 5

La nouvelle version de RenderMan for Maya apporte les avancées suivantes :
– librairie de shaders « GP » : une nouvelle librairie de matériaux Maya « general purpose » destinés à faciliter le travail des artistes et à proposer un système clés en mains d’illumination globale raytracée. Le tout est construit sur les shaders « physiquement plausibles » de RenderMan. Cette librairie comporte :

– nouveaux matériaux et lights « general-purpose » qui offrent une illumination globale avec rebonds multiples prête à être utilisée en production ;
– area lights avancées ;
– light blockers pour les area lights contrôlables directement dans Maya, notamment durant un re-rendu ;
– subsurface scattering raytracé, interactif durant le re-rendu ;
– effets de réfraction photoréalistes désormais optimisés pour le re-rendu ;
– caustiques photon-based : construits sur des améliorations du photon engine ;
– support Fur and Hair : le hair raytracé est désormais plus rapide ;
– support des volumes : on peut désormais calculer l’irradiance et intégrer les volumes avec tous les autres éléments de la scène ;
– co-shaders : les nouveaux matériaux tirent parti de l’attachement multiple de shaders de RenderMan ;
– cache avancé : il est possible de réutiliser des calculs coûteux en raytracing avec les deep textures, ou de remplacer les calculs raytracés par du rendu photon-based pour un objet donné.

– binding dynamique : système flexible, non-destructif et reposant sur des règles permettant d’attacher des shaders et de substituer de la géométrie, qui devrait permettre d’améliorer le travail sur des scènes complexes. Une nouvelle interface donne un accès direct à cette fonctionnalité.
– générateur de code RSL : un nouveau générateur de code qui permet de créer des nodes de shading personnalisés.
– re-rendering : RenderMan Studio dispose de deux modes de re-rendu : hybride et raytracé. Le premier est destiné à obtenir une qualité optimale pour les résultats finaux, tandis que le mode raytracé permet d’avoir un rendu interactif, plutôt destiné à une approche de look developement.
Les shaders GP évoqués plus haut sont optimisés pour le re-rendu.
A noter, le re-rendu a été découplé du rendu lui-même : la gestion des licences est simplifiée, et le re-rendu raytracé peut être fait sans installation RenderMan Pro Server additionnelle.
– archivage amélioré : workflow de référencement de la géométrie améliorée avec les archives RIB, intégrées au système de binding dynamique.
– deep textures : support complet des deep textures. Les deep textures générées par RenderMan Studio sont compatibles Nuke.

D’autres améliorations sont présentes, comme le support de Maya 2013.

Slim 10

L’outil de gestion, manipulation, utilisation et réutilisation de shaders RenderMan est largement utilisé au sein du studio Pixar, et est utilisé pour créer la quasi totalité des shaders utilisés en production.
La version 10  introduit de nouveaux modèles (templates) pour un meilleur support des shaders « physiquement plausibles » de PRMan, et des nodes Light Blocker permettant de mieux contrôler la lumière dans les scènes.

IT 10

– It utilise désormais OpenGL pour améliorer les performances au niveau du relighting/re-rendering et du view mapping (sRGB, correction gamma, etc).
– support « multi-résolution » pour une meilleure compatibilité avec l’interface de re-rendu de RenderMan Studio.
– nouveau framework pour les commandes personnalisables et pouvant être définies par l’utilisateur.

RenderMan

RenderMan Pro Server 17

RenderMan Pro Server se met lui aussi à jour, l’accent étant mis sur les performances :

Instancing : nouvelle implémentation de l’instancing des objets pour de meilleures performances et une consommation mémoire plus faible lors de l’utilisation de géométries lourdes et répétées dans une scène, en particulier pour le raytracing.

Photon Mapping : photon tracing multithread, avec support de la génération des photon map en une seule passe, illumination diffuse photon-guided, nouvelle méthode de shader pour générer des photos à partir d’une source lumineuse quelconque.

Hair et Fur : l’amélioration des RiCurves permet d’améliorer nettement les performances du raytracing : 32% plus rapide en moyenne, mais jusqu’à 500% plus rapide pour le hair et fur raytracé. La consommation mémoire baisse de 25 à 55%.

Area Shadows adaptatives : l’échantillonnage des ombres se fait désormais de façon adaptative : moins d’échantillons dans les zones avec peu de variance. Conséquence directe, les performances sont en hausse pour les Area Shadows, qu’elles soient raytracées ou non.

Tableaux RSL : nouvelle implémentation des arrays dans RenderMan Shading Language (RSL) permettant une amélioration des performances de 20% en moyenne lors du shading.

Rendu volumique : il a été amélioré sur différents points : les zones proches de la caméra sont rendues plus rapidement, la mémoire « visible point » a été réduite, optimisation du test de collision pour les volumes qui se déplacent à travers la caméra et implémentation de meilleurs critères de dicing.

Là encore, d’autres améliorations moins mises en avant par Pixar sont au programme, comme le sipport Alembic ou des mises à jour concernant OpenEXR.

Pour plus de détails sur les mises à jour, on pourra se reporter à l’annonce de RenderMan Studio 4 et à celle de RenderMan Pro Server 17.

Vous pouvez retrouver les produits Renderman dans la boutique 3DVF.fr : RenderMan Studio est disponible pour 990€ HT ; RenderMan Pro Server, lui, est proposé à 1595€ HT.
Comme toujours, si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter notre partenaire Progiss, par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par e-mail : info@progiss.com.

RenderMan

A Lire également