Accueil » Nostalgie : Jean-François Emery nous quitte

Nostalgie : Jean-François Emery nous quitte

Comme chaque semaine, la rubrique nostalgie revient, pour vous plonger comme toujours dans l’histoire de la 3D et de l’imagerie…

Cette semaine, nous rendons hommage à Jean-François Emery, qui nous a quittés il y a quelques jours, des suites d’une longues maladie.

Son parcours a débuté aux Arts Décoratifs et à l’Ecole de Création Industrielle. Dès la fin des années 80, il se lance dans la 3D avec son frère Olivier sur Imagix3D, premier logiciel d’animation « clefs en mains » du marché, développé par Olivier Emery et Pascal Terracol.

Chez BSCA (Buffin Seydoux Computer Animation, studio de création d’images lancé en 85 par Pierre Buffin et Henry Seydoux), il travaillera sur le court-métrage Computer Home, avec un logiciel maison dérivé d’Imagix3D.

En 1988, il écrit et réalise au sein du studio IVAO le court Paillafrisson, au succès retentissant : prix à Imagina 1989 et au SIGGRAPH 1989.

Avec son frère Olivier, il lancera la société Trimaran en 1991. Exit le logiciel Imagix3D : comme le souligne le wiki du Paris ACM SIGGRAPH sur l’histoire de la 3D française, son développement avait fortement ralenti dès 1988, face notamment à la concurrence de TDI Explore et des logiciels venus des USA, sur PC ou Silicon Graphics. Jean-François travaillera donc sur Explore.

En 1995, il choisira de quitter le studio pour passer chez Duran, pendant deux ans. Devenu intermittent, il travaillera ensuite sur Maya (une suite finalement assez logique, puisque pour rappel, le logiciel Explore de TDI a fusionné dans Maya après son rachat par Wavefront puis Alias). Il enchaînera les studios de 3D et effets visuels, Mac Guff en particulier.

Jean-François Emery avait seulement 51 ans.

Pour en savoir plus :
– Le groupe Facebook sur l’histoire de la 3D française, sur lequel son frère Olivier Emery a brossé un portrait de son frère qui a largement inspiré cet article. Un lieu sur lesquel ceux d’entre vous ayant déjà parcouru un certain chemin pourront échanger des souvenirs, tandis que les plus jeunes en profiteront pour en savoir plus sur la naissance de la 3D française…
– Le wiki sur l’histoire de la 3D française, lancé par le Paris ACM SIGGRAPH ; on y trouvera notamment des pages dédiées sur Imagix3D, TDI Explore, Trimaran ou sur le court Paillafrisson. Une mine d’or.

A Lire également