Comme chaque semaine, la rubrique inspiration revient, avec son lot de trouvailles pas forcément liées à la 3D mais qui pourront vous donner quelques idées…

– Tout feu tout flamme
Geoffrey H. Short s’est lancé en 2009 dans un projet photo atypique, towards another (big bang) theory. Le concept, explorer les relations entre la terreur et le sublime, via des photos d’explosions…
S’il est évidemment exclu de réutiliser ces images dans vos projets, elles pourront par exemple servir de références à ceux d’entre vous qui cherchent à simuler ce type d’effet physique.
On trouvera d’autres clichés sur le site de l’auteur.

Explosions
Photos Geoffrey H. Short

– Déchirements magnétiques
Jólan Van Der Wiel, de son côté, crée des “tabourets à gravité” aux formes uniques et torturées. Sa recette, utiliser une résine magnétique pour créer, avec trois aimants puissants, des tabourets modelés par les lignes du champ de force et la pesanteur. Chaque modèle est unique, et le résultat est assez organique…

Gravity Stool
Via SolidSmack.

– 60 secondes et aucune action
Déniché chez Graphism.fr, un projet de David Do Van Minh, ça dure une minute. L’idée ? Filmer des visages pendant 60 longues secondes, sans la moindre action. De quoi mettre en valeur les expressions spontanées, les regards, la gêne, les sourires… Quand il y en a.

L’auteur présente ainsi la série :
“En une minute, il peut tout se passer. En une minute, il peut ne rien se passer. Une minute, c’est court, Une minute, c’est long. Pendant une minute, le visage peut parler sans qu’on ait besoin de parler.”

On trouvera d’autres vidéos sur le profil vimeo de l’auteur.

Ce projet peut se voir comme le prolongement du Cinématon de Gérard Courant, long-métrage débuté en 1978 et toujours en cours de tournage : Courant filme des personnalités des arts et du spectacle en gros plan de 3 minute 20, muet, et une liberté totale pour la personne filmée. Chaque film est numéroté, et il en existe plus de 2500…
En voici un exemple, avec Terry Gilliam :

Andy Warhol avait de son côté, entre 1964 et 1966, filmé ses Screen Tests, avec un principe semblable. Les modèles étaient des employés des célébrités, invités, amis, voire toute personne en qui il discernait un potentiel. Les films étaient tournés en 24 images par seconde, diffusés en 16i/s, avec par conséquent un léger effet de slow-motion.

– Timelapse
Pour finir, voici un timelapse issu d’une collaboration entre Sheldon Neill et Colin Delehanty. Le tout a été filmé dans le somptueux parc de Yosemite, aux USA.
Pour plus d’informations, on ira jeter un oeil au site du projet.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

X