Accueil » Critique – Les Enfants de la Mer : Ayumu Watanabe sublime les océans

Critique – Les Enfants de la Mer : Ayumu Watanabe sublime les océans

Temps de lecture : 3 minutes

Les Enfants de la Mer

Dévoilé il y a quelques semaines au public du Festival d’Annecy, le film d’animation Les Enfants de la Mer sort le 10 juillet en France. 
Réalisé par Ayumu Watanabe chez Studio4°C, le film est une adaptation d’un manga de Daisuke Igarashi.

Côté scénario, Les Enfants de la Mer nous invite à suivre une collégienne nommée Ruka. perdue une mère avec qui elle a du mal à s’entendre et une exclusion injuste de l’équipe de handball au tout début de l’été, la jeune fille décide de partir à l’aventure dans les rues de la ville avant de rejoindre son père qui travaille dans un aquarium. C’est là qu’elle découvrira un jeune garçon très singulier : Umi est un orphelin qui fut élevé par des dugongs et entretient une relation étroite avec les créatures marines…
Frère d’Umi, phénomènes surnaturels, voyage initiatique et même quête mystique : la suite du scénario réserve bien des surprises que nous vous laisserons le soin de découvrir.

Les Enfants de la Mer

Disons juste que ce qui semblait au premier abord être une banale amitié de vacances se transforme donc en oeuvre bien plus ambitieuse. Peut-être trop : on regrettera une narration parfois maladroite, avec notamment certains personnages secondaires qui ont un impact négligeable sur l’intrigue. L’aspect mystique de l’oeuvre, qui culmine avec une séquence digne des plans les plus sidérants de 2001, L’Odyssée de l’Espace, pourra sans doute de son côté faire décrocher une partie du public du fait se son enchaînement de scènes au sens parfois obscur. 

Cependant, ne vous y trompez pas : nous vous recommandons chaudement Les Enfants de la Mer. Finalement moins pour son histoire que pour son ambiance et son univers visuel somptueux. L’équipe de Studio4°C fait en effet preuve d’un talent et d’un sens du détail rarement vus, qui méritent à eux seuls le ticket de cinéma.
Bancs de poissons, décors riches, plans contemplatifs ajoutant du sens à une séquence : le parti pris esthétique du film est sublime, le travail sur les animaux marins exceptionnel. Même l’eau bénéficie d’un traitement qui va au-delà des classiques vus et revus, qu’il s’agisse d’une scène où la pluie devient si intense qu’elle se change presque en océan, ou de la caméra très mobile qui oscille parfois autour de la surface de la mer telle un poisson. Sur le plan technique, l’utilisation combinée d’animation 2D et 3D fonctionne à merveille, la 3D permettant notamment d’accentuer les effets de vitesse de certains passages.

Plus foisonnant qu’un aquarium, plus rafraîchissant qu’une promenade à marée basse, Les Enfants de La Mer est un film puissant et évocateur bénéficiant d’une patte graphique marquante et d’un rare sens du détail. Le parfait mélange en cette chaleur d’été. Afin de profiter pleinement de l’aspect esthétique du long-métrage, nous vous conseillons de le voir sur grand écran, sans attendre la sortie DVD/Blu-Ray. Et si d’aventure le message mystique du film vous laissait de marbre ou vous perdait en route, pas de panique : laissez-vous porter par le sublime travail visuel du Studio4°C, vous ne le regretterez pas.

Les Enfants de La Mer sortira le 10 juillet en France, via le distributeur Eurozoom.

A Lire également